•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Novak Djokovic couronné à Roland-Garros pour la deuxième fois

Le trophée dans les mains, il sourit.

Novak Djokovic a soulevé la coupe des Mousquetaires pour la deuxième fois.

Photo : Getty Images / AFP/MARTIN BUREAU

Agence France-Presse

Stefanos Tsitsipas n’était qu’à une manche de remporter le premier titre du grand chelem de sa carrière. Le problème, c’est qu’il affrontait Novak Djokovic.

Après avoir cédé les deux premières manches de la finale, le Serbe a réussi une remontée dont lui seul a le secret et s’est imposé 6-7 (6/8), 2-6, 6-3, 6-2 et 6-4.

Il remporte ainsi un 19e titre majeur et s’approche à une unité du record que se partagent Roger Federer et Rafael Nadal.

Djokovic, qui avait gagné à Paris en 2016, devient le premier joueur de l’ère moderne à être titré au moins deux fois dans chaque tournoi du grand chelem. Les Australiens Roy Emerson et Rod Laver l'avaient réussi avant 1968.

J'ai affronté deux grands champions en moins de 48 heures, ç'a été très difficile physiquement et mentalement pour moi ces deux, trois derniers jours, a-t-il déclaré. J'ai réussi à rester présent mentalement, même quand j'étais mené deux manches à zéro. C'est un rêve qui s'est réalisé encore une fois.

Devenu le seul joueur à avoir battu Rafael Nadal à deux reprises à Roland-Garros, Djokovic a bien failli revivre la mésaventure de 2015. Après avoir éliminé l'Espagnol, alors en quarts de finale, il avait été surpris en finale par le Suisse Stan Wawrinka.

Sur le court Philippe-Chatrier baigné de soleil, le Grec de 22 ans a très brièvement été trahi par ses nerfs, le temps d'une double faute d'entrée. Mais une fois deux balles de bris écartées et trois as d'affilée claqués pour empocher le premier jeu, Tsitispas, pour la première fois en finale majeure, a parfaitement tenu tête à Nole dans la première manche.

S'il a semblé craquer au pire moment, brisé à 5 partout, non sans avoir eu une balle de manche au jeu précédent, il a immédiatement recollé et, dans le jeu décisif, a trouvé les ressources pour effacer une balle de manche de Djokovic à 6-5 avant de saisir sa deuxième chance.

On jouait déjà depuis plus d'une heure, et Tsitsipas allait accélérer. Dans la deuxième manche, il a maintenu son intensité et n'a commis que deux fautes directes pour se rapprocher à une manche seulement d'un tout premier sacre en tournoi du grand chelem.

Poids de l'histoire sur les épaules ou lassitude après avoir escaladé la montagne Nadal au tour précédent? Impossible à dire, mais de l'autre côté du filet, Djokovic, tête basse et comme désarticulé, n'était pas vraiment là.

Mais un tour au vestiaire plus tard, tout est allé mieux pour le numéro 1 mondial. Revenu la tête à l'endroit, il a retrouvé de l'allant et du tranchant quand, au contraire, Tsitsipas a connu un moment de flottement.

Le bris réalisé par Djokovic pour s'échapper à 3-1 dans la troisième manche, après être revenu cinq fois à la charge, a fait basculer le match. Le Serbe, redevenu cet implacable rouleau compresseur, a rapidement égalisé à deux manches partout.

Dans la manche décisive, il a fait la différence dès le troisième jeu, et Tsitsipas, même en bataillant jusqu'au bout et même porté par le public, n'a pu empêcher son adversaire de triompher au bout d'un nouveau match en plus de quatre heures, comme contre Nadal en demi-finales.

C'est la deuxième fois de la quinzaine parisienne que Djokovic comble un retard de deux manches à zéro, après son huitième de finale face au jeune Italien Lorenzo Musetti.

À 34 ans, il devient le 3e au palmarès des joueurs les plus âgés de l'ère moderne à remporter Roland-Garros, après Andres Gimeno et Nadal.

Roland-Garros a vécu sa première finale en cinq manches depuis celle entre les Argentins Gaston Gaudio et Guillermo Coria en 2004.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !