•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas d'explication pour l'arrêt cardiaque de Christian Eriksen

Il regarde devant lui pendant un entraînement.

Christian Eriksen

Photo : Reuters / HANNAH MCKAY

Radio-Canada

Le Danois Christian Eriksen, victime d’un malaise et d'un arrêt cardiaque durant le match Danemark-Finlande samedi, est toujours hospitalisé dans un état stable, a annoncé dimanche la Fédération danoise de soccer (DBU).

Le personnel médical n'a toujours pas d'explication pour l'incident survenu à la 43e minute de la rencontre, a expliqué dimanche en conférence de presse le Dr Morten Boesen, médecin de l'équipe. Visiblement encore bouleversé, le Dr Boesen a reconnu qu'Eriksen était parti dans les secondes qui ont suivi son malaise.

Nous avons procédé à une réanimation cardiaque. Il y a eu arrêt cardiaque, a-t-il précisé. Étions-nous près [de le perdre]? Je ne le sais pas. Nous l'avons fait revenir avec un coup de défibrillateur, c'est assez rapide. Pour ce qui est des détails, je ne suis pas cardiologue. Je m'en remettrai aux experts de l'hôpital pour la suite.

Les coéquipiers d'Eriksen l'entoure tandis qu'une équipe médicale lui porte secours par terre.

Entrevue avec Hassoun Camara

Photo : Reuters / Wolgang Rattay

Vers la fin de la première période, loin du ballon et de tout adversaire, il s’est effondré brutalement sur le terrain, les yeux révulsés. L'équipe médicale lui a administré un massage cardiaque.

Le match a été interrompu, tandis que les Danois, certains d’entre eux en larmes, se sont rassemblés pour former un cercle autour du milieu de terrain de 29 ans et le dissimuler des regards. Le match a ensuite repris et s’est conclu par une défaite de 1-0 des Danois.

Dimanche, tant le directeur de la fédération, Peter Moller, que le sélectionneur de l'équipe, Kasper Hjulmand, ont remis en question la pertinence de laisser la décision de jouer ou non aux athlètes, qui ont tous reçu de l'aide psychologique au cours des dernières heures.

Les joueurs étaient en état de choc, a raconté Hjulmand. Ils n'ont pas vraiment idée s'ils ont perdu leur meilleur ami, et ils doivent prendre une décision. J'ai le sentiment que nous n'aurions pas dû jouer, mais c'est difficile. Peut-être que nous aurions dû remonter dans l'autobus et attendre de voir ce qui se passerait.

J'ai le sentiment que c'était injuste d'imposer cette situation aux joueurs.

Une citation de :Kasper Hjulmand, sélectionneur du Danemark

Nous n'avons pas senti de pression de l'UEFA, mais ce n'était peut-être pas la bonne décision, a ajouté Moller. Quand on voit les joueurs, aujourd'hui, comment ils se sentent, on comprend que c'est un sujet auquel nous devons réfléchir à l'avenir. Nous adorons tous le football, mais le football, ce n'est pas tout.

Hjulmand s'attend à ce que certains joueurs ne se remettent pas tous de leurs émotions aussi rapidement les uns que les autres. Il pense cependant qu'une conversation par écrans interposés, dimanche matin, entre le groupe et Eriksen, aura un impact énorme sur leur moral.

C'était le Christian que l'on connaît, plus inquiet pour nous et pour sa famille que pour lui-même, a souligné Hjulmand. Il nous a dit qu'il ne se souvenait pas de grand-chose, et il nous demandait comment nous allions. Ça montre combien ces joueurs de l'élite sont aussi de grandes personnes. Il voudrait qu'on continue à jouer.

Les joueurs danois seront de retour à l'entraînement lundi, et le personnel d'encadrement essaiera d'établir le scénario le plus près de la normalité possible. Le Danemark a rendez-vous avec la Belgique jeudi pour son deuxième match.

Un moment effrayant pour Fabrice Muamba

Cela m’a rappelé des émotions que tu souhaites refouler le plus loin possible et que tu ne veux pas revivre, a déclaré, à propos du malaise d’Eriksen, l’ancien joueur anglais Fabrice Muamba, lui-même victime d’un grave arrêt cardiaque lors d’une rencontre de la Coupe d’Angleterre en 2012.

Voir ça de loin et ne pas savoir ce qui va se passer, c’est effrayant. Il faut féliciter l’encadrement médical de son intervention rapide sur le terrain et d'avoir fait un boulot incroyable pour Christian, a-t-il poursuivi dans cet entretien à la BBC.

Il salue la foule.

Fabrice Muamba avait été accueilli en héros par les supporteurs de Bolton lors de son retour au stade, le 2 mai 2012.

Photo : Getty Images / AFP/PAUL ELLIS

Le 17 mars 2012, Muamba, alors âgé de 24 ans, s’était effondré sur la pelouse de White Hart Lane avant la mi-temps d’un quart de finale de la Coupe d’Angleterre entre Tottenham et son club de Bolton.

Il est resté dans un état de mort clinique pendant 78 minutes avant de recommencer à respirer, puis est resté hospitalisé pendant un mois. Le joueur d’origine congolaise a dû mettre un terme à sa carrière professionnelle quelques mois plus tard.

En me retrouvant spectateur quand [Eriksen] a fait son malaise, j’ai demandé à ma femme : "Comment peux-tu supporter de regarder ça en sachant ce qui m’est arrivé", a-t-il ajouté.

J’espère que les choses vont finir par être OK pour lui, j’espère vraiment, vraiment, vraiment qu’il va s’en sortir, a-t-il conclu.

Bandeau consultez Tellement soccer
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !