•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roland-Garros : Krejcikova rejoint Pavlyuchenkova en finale

Elle sourit avec sa raquette dans les mains.

Anastasia Pavlyuchenkova

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Agence France-Presse

La Russe Anastasia Pavlyuchenkova, 32e mondiale, s'est qualifiée jeudi à Roland-Garros pour sa première finale dans un tournoi du grand chelem en battant la Slovène Tamara Zidansek (85e) 7-5 et 6-3.

Pavlyuchenkova affrontera pour le titre la Tchèque Barbora Krejcikova (33e), qui a éliminé la Grecque Maria Sakkari (18e) 7-5, 4-6 et 9-7 en 3 h 18 min dans l'autre demi-finale.

Waouh, je le voulais tellement que je ne sais plus ce que je ressens, c'est beaucoup d'émotions. Je suis très contente, mais très fatiguée aussi, a déclaré Pavlyuchenkova.

Elle est devenue la première joueuse à dépasser les 50 présences dans un tournoi majeur avant d'atteindre la finale (52).

À 29 ans, la Russe a été plus solide que son adversaire de six ans sa cadette.

Son jeu combatif (155 coups gagnants, record du tournoi pour atteindre les demi-finales) a une nouvelle fois fait mouche. Zidansek, 85e, en a réussi 27 contre 19, mais elle a aussi et surtout commis plus de fautes directes que la Russe (33 contre 22).

Le tennis est un sport tellement mental, à 90 %, c'est ce qui est vraiment difficile. J'ai essayé de me battre sur chaque balle, chaque point, de travailler tactiquement aussi. Parfois, avec les émotions, je mets des balles partout et mon frère [son entraîneur, NDLR] me dit : "Réfléchis un peu!" Je suis contente d'avoir pu gagner malgré le stress et la fatigue, a souligné Pavlyuchenkova.

Elle était aussi nettement plus expérimentée que Zidansek puisqu'elle avait déjà joué six fois en quarts de finale d’un tournoi majeur (en Australie en 2017, 2019 et 2020, à Wimbledon en 2016, aux États-Unis en 2011, à Roland-Garros en 2011) sans parvenir jusque-là à passer dans le dernier carré. La Slovène n'avait jamais dépassé le deuxième tour d'un tournoi du grand chelem. Elle est la première joueuse de son pays à atteindre une demi-finale majeure.

Avec 12 titres au palmarès, Pavlyuchenkova était aussi, de loin, la plus titrée des quatre joueuses en quarts de finale. Elle visera son premier titre majeur samedi.

C'est ma première finale, j'ai envie de m'amuser, de bien jouer, et peu importe le résultat, a-t-elle lancé.

Elle reviendra lundi dans le top 20 mondial, après avoir atteint le 13e rang en 2011. Et si elle gagne, elle sera 14e. Zidansek, elle, fera son entrée dans le top 50.

Il y a 17 ans, Anastasia Myskina et Elena Dementieva étaient les premières Russes à atteindre la finale d'un tournoi du grand chelem, suivies par Maria Sharapova, Svetlana Kuznetsova, Dinara Safina puis Vera Zvonareva.

Depuis six ans et 24 tournois majeurs, aucune Russe n'avait atteint la finale, la dernière étant Sharapova en Australie en 2015, battue par Serena Williams.

Krejcikova élimine Sakkari

La Tchèque, qui a sauvé une balle de match, tentera de décrocher son premier titre majeur, le deuxième de sa carrière après Strasbourg en 2021. Face à Maria Sakkari, au terme d'un match étouffant où la tension à la fin était palpable, Krejcikova s'est imposée à sa cinquième balle de match.

J'ai toujours voulu jouer ce genre de match quand j'étais jeune, quand je jouais chez les juniors. J'ai toujours voulu mener ce genre de combat. On a toutes les deux eu nos chances, on a toutes les deux tellement bien joué. Même si j'avais perdu, je serais très fière de moi, parce que je me suis battue, et c'est le plus important. Se battre tout le temps, sur le court, mais aussi dans la vie, c'est le plus important, a dit la Tchèque.

La joueuse regarde vers le ciel, poing levé en signe de victoire.

Barbora Krejcikova

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Les larmes aux yeux, elle a dédié ce combat victorieux à sa compatriote Jana Novotna, victorieuse à Wimbledon en 1998 et décédée en 2017 à 49 ans.

Krejcikova est assurée d'atteindre au moins le 22e rang mondial lundi, le meilleur classement de sa carrière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !