•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations d'agression sexuelle dans la LHJMQ : les joueurs des Tigres sont relâchés

Ils se rassemblent pour célébrer une victoire le long de la bande devant des gradins dégarnis.

Des joueurs des Tigres

Photo : Courtoisie / LHJMQ

La Presse canadienne

Les deux joueurs des Tigres de Victoriaville qui ont été arrêtés en vertu d'allégations d'agression sexuelle ont été relâchés mercredi après-midi, selon TVA Nouvelles.

La Sûreté du Québec a indiqué que l'enquête était toujours en cours.

Selon les autorités, les deux joueurs de 18 ans doivent respecter certaines conditions le temps de la conclusion de cette enquête.

L'incident, qui reste nébuleux, se serait produit après la conquête de la Coupe du Président samedi dernier par les Tigres de Victoriaville.

Les noms des deux joueurs visés par ces allégations n'ont pas été précisés ni celui de la victime alléguée.

Les Tigres et la LHJMQ prennent ces allégations très au sérieux et vont collaborer avec les autorités policières dans leur processus d'enquête, pouvait-on lire dans le communiqué de la ligue, transmis mardi soir.

Les Tigres ont ajouté que l'organisation n'émettra aucun autre commentaire jusqu'à ce que les enquêteurs aient bouclé leur travail.

La formation de Victoriaville a soulevé la deuxième coupe du Président de son histoire, samedi, après avoir vaincu les Foreurs de Val-d'Or 3-2 pour sceller l'issue de la série de championnat en six matchs. Il s'agissait de leur premier titre en 19 ans.

À ce moment, l'équipe avait organisé une fête à l'hôtel Entourage sur-le-Lac, de Lac-Beauport, a rapporté Le Nouvelliste.

Toujours selon TVA Nouvelles, une adolescente aurait rencontré un joueur des Tigres au cours de cette soirée. Elle aurait consenti à avoir des rapprochements dans la chambre de ce joueur, mais lorsqu'elle y est arrivée, un coéquipier de celui-ci s'y serait également trouvé. La jeune femme aurait alors préféré ne pas aller plus loin.

C'est cette adolescente qui a déposé une plainte le lendemain à la SQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !