•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la quarantaine dans la LNH : l’espoir des promoteurs de boxe

Un homme en complet en point de presse

Camille Estephan, promoteur d'Eye of the Tiger Management

Photo : Radio-Canada / Jean-François Chabot

Jean-François Chabot

Les promoteurs de boxe Camille Estephan et Yvon Michel saluent le geste d’ouverture des autorités de santé publique envers le Canadien de Montréal et y voient un signe encourageant pour leur entreprise.

Michel, président de GYM, s’est ouvertement réjoui à la suite de l’annonce qui permettra au Tricolore et à ses prochains adversaires de passer la frontière sans avoir à se placer en quarantaine, mais en respectant un protocole strict.

Pour nous, c’est une excellente nouvelle. Ça démontre que nous allons dans la bonne direction et ça nous permet d’espérer de bonnes choses en prévision de nos prochains événements.

Une citation de :Yvon Michel, président de GYM

Parmi les soirées auxquelles Yvon Michel fait référence, on retrouve celle du 20 août, au stade IGA, qui marquera le retour à Montréal de Kim Clavel.

Il a également programmé une carte à la rentrée pour remplacer le rendez-vous perdu par le super-lourd-léger Oscar Rivas et la super-mi-moyenne Marie-Eve Dicaire. Chacun d’eux attend de remonter dans un ring pour livrer des combats de championnats du monde initialement prévus pour le 18 juin.

En entrevue à Radio-Canada Sports, Yvon Michel a précisé être en communication constante avec la santé publique du Québec ainsi qu'avec les dirigeants de Tennis Canada pour l'utilisation du stade. Même son de cloche du côté de Camille Estephan, qui a déjà des visées sur la date du 16 juillet pour présenter un gala à Shawinigan.

Les chiffres de la COVID se sont améliorés considérablement. Au Québec, on est en dessous du seuil de 200 cas par jour. On va continuer à exercer de la pression maintenant que les équipes de la Ligue nationale de hockey peuvent faire ça, a dit Estephan.

Nouveau jeu de patience

Ce dernier a déjà adressé, il y a plus d’une semaine, une demande en bonne et due forme à l’attention de la Dre Marie-Josée Godi, directrice de santé publique pour la région Mauricie/Centre-du-Québec, mais il est toujours dans l’attente d’une réponse.

Je commence à m'impatienter un peu. S’il est possible pour une équipe de hockey avec ses 30 joueurs, ses entraîneurs, ses soigneurs et des préposés à l’équipement de passer la frontière sans avoir à se soumettre à une quarantaine, je ne vois pas pourquoi un boxeur et ses deux coachs n’auraient pas droit à la même chose, a dit le patron d’Eye of the Tiger Management (EOTTM).

Estephan reconnaît que l’évolution favorable de la situation sanitaire au cours du dernier mois a peut-être incité la santé publique et le gouvernement fédéral à se montrer plus souples à l’endroit de la LNH.

Il ajoute que sur une éventuelle carte comprenant huit combats, seulement deux d’entre eux comprendraient des boxeurs venus de l’extérieur du pays, ce qui limiterait à six ou à huit le nombre de personnes à contrôler.

C’est clair dans mon esprit que l’on représente un risque moins élevé qu’une équipe de hockey. Je pense que le moment est venu pour que l’on nous dise qu’on peut aller chercher des adversaires de l’extérieur.

Une citation de :Camille Estephan, président d'Eye of the Tiger Management
Une boxeuse en peignoir blanc accompagnée de son entraîneur et de son promoteur.

Marie-Eve-Dicaire flanquée d'Yvon Michel et de Stéphane Harnois, en mars dernier, à Flint au Michigan.

Photo : Courtoisie Groupe Yvon Michel

Tant du côté de GYM que d'EOTTM, c’est à la fois une question de logistique et de coûts. Il faut comprendre qu’il est d’une part très difficile de convaincre un boxeur de s’isoler dans une chambre d’hôtel pendant 14 jours au moment où il entre dans sa phase finale de préparation physique et de perte de poids.

Et il y a les frais que cela engendre pour l’organisateur de la soirée pour l'hébergement, les repas, etc.

Estephan et Michel ont récemment organisé des soirées de boxe au Mexique dans le but de garder leurs protégés actifs. Mais tous deux piaffent d’impatience de renouer avec leur clientèle et les amateurs de boxe du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !