•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Richie Porte s'empare de la tête à la veille de l'arrivée au Dauphiné

Il franchit le fil d'arrivée.

Richie Porte

Photo : Getty Images / AFP/ALAIN JOCARD

Agence France-Presse

L’Australien Richie Porte a pris les commandes d’un Critérium du Dauphiné toujours très incertain après la septième et avant-dernière étape gagnée samedi, à La Plagne (Savoie), par l’Ukrainien Mark Padun.

Six coureurs restent à moins de 40 s de Porte avant la dernière étape, qui présente pour point d’orgue le col de Joux-Plane, l’ascension la plus dure de la semaine.

Le Canadien Alexander Cataford, 55e de l’étape, a grimpé de 11 positions pour s’établir au 64e rang du classement général, à 38 min 39 s du meneur.

Dans la montée format géant de La Plagne (17 km à 7,5 %), la course a pris la forme d’un match entre deux équipes, Ineos et Movistar, pour finir à l’avantage de la formation britannique sans que sa rivale soit hors-jeu. Le Colombien Miguel Angel Lopez, 3e de l’étape à 9 s de Porte, ne compte que 38 s de retard au classement.

Porte, 3e du Tour de France l’an passé, s’est montré le plus performant de son équipe, moins impressionnante collectivement que dans ses grandes années, mais toujours bien placée. À l’exemple du Britannique Geraint Thomas, dans un jour visiblement moyen (9e de l’étape), mais désormais 3e au classement général.

Les Movistar ont mis la pression, a expliqué Porte à l’arrivée. Nous n’avions plus beaucoup de coureurs, Geraint m’a dit d’y aller. C’était notre plan ce matin.

Parti à l’avant à l’approche des huit derniers kilomètres de cette longue montée, Porte a été rejoint par un trio (Kuss, Padun, Mas). Contre toute attente, le futur vainqueur a distancé à 4600 m de l’arrivée Sepp Kuss, le grimpeur américain qui fait office de lieutenant pour le Slovène Primoz Roglic dans le Tour de France.

À 2072 m d’altitude, Padun a enlevé son cinquième succès, le plus important, d’une carrière professionnelle amorcée en 2018, deux ans après sa révélation dans l’étape de Saint-Gervais du Tour du Val d’Aoste, l’une des courses de référence pour les grimpeurs dans la catégorie des moins de 23 ans (Enric Mas 3e).

J’ai du mal à y croire! Je n’aurais même pas cru être dans les 10 premiers, je me sentais tellement mal depuis le début du Dauphiné, a dit l’Ukrainien de 24 ans, d’une redoutable efficacité à l’exemple récent de ses coéquipiers de Bahrain sur le Giro (Tratnik 2e au Zoncolan, Caruso 2e du classement final).

Si un autre coureur de la même équipe, l’Australien Jack Haig, est resté à l’affût (5e), le précédent porteur du maillot jaune, Alexey Lutsenko, a limité la casse. Le Kazakh a franchi la ligne juste derrière Thomas et a reculé seulement d’un cran au classement, à 17 s désormais de Porte.

La montée de La Plagne, trop dure pour Guillaume Martin qui se remet d’une chute, a mis en relief l’Australien Ben O’Connor. Son équipe AG2R Citroën a prolongé pour trois années supplémentaires son contrat. De même que David Gaudu, remuant dans le final et premier Français à l’arrivée (7e).

Dimanche, la dernière étape, entre La Léchère-les-Bains (Savoie) et Les Gets (Haute-Savoie), est dessinée pour prolonger le suspense le plus longtemps possible. Le sommet de Joux-Plane (11,6 km à 8,5 %), suivi d’une descente très technique, est situé à seulement 16 km de l’arrivée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !