•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir flirté avec les 9000 points, Damian Warner pense à l'or olympique

Il lève un pouce en l'air, souriant, devant un tableau indicateur.

Damian Warner

Photo : apa/afp via getty images / DIETMAR STIPLOVSEK

Mathieu Massé

Le décathlonien Damian Warner est devenu cette semaine le premier athlète à gagner six titres à l’Hypo Meeting de Gotzis, en Autriche. Son pointage de 8995 est le cinquième de l'histoire. Ce n'est cependant qu'un début pour l'Ontarien qui s'entraîne en vue des grands honneurs aux Jeux olympiques.

Il a indiqué que le fait de gagner ce titre pour la sixième fois représente beaucoup pour lui, puisque de nombreux athlètes de renom y sont passés.

Ce que je retiens, c’est qu’avec mes entraîneurs, on parle des 9000 points depuis que je m'entraîne au décathlon. Pour une longue période, ce n’était que des paroles, nous n’avions pas les résultats pour soutenir les paroles, a-t-il raconté.

Aller là-bas et arriver près du résultat recherché démontre qu’il y a de la substance derrière les mots. Ce n’était pas un rêve, c’est un objectif pour lequel on travaille.

Une citation de :Damian Warner

Seuls trois athlètes ont atteint la marque de 9000 points. Il s'agit d'un rêve qu'il caresse depuis qu'il s'entraîne à cette discipline en 2010.

Au fil du temps, j’ai compris que ça prenait pour se rendre là. C’est vraiment difficile. Je me suis battu comme j’ai pu lors de ce décathlon et il m’a manqué cinq points, a analysé l'athlète de 31 ans.

Warner voit sa performance en Autriche comme un excellent départ afin d'atteindre cet objectif. Il a encore beaucoup de pain sur la planche cependant, car il croit que le plus important reste la préparation.

Tu ne peux arriver là et "espérer" que tout soit en place. Tu dois être préparé et être prêt à exécuter.

Une citation de :Damian Warner

Selon lui, il est arrivé à une bonne performance à l'Hypo meeting de Gotzis, mais il y a place à l'amélioration, notamment aux lancers du poids et du javelot où sa performance aurait pu être meilleure.

Tu ne peux pas être complètement prêt pour toutes les épreuves. Il va toujours y avoir quelque chose que tu négliges. Le javelot et le lancer du poids allaient bien à l’entraînement et on les a un peu laissés de côté pour travailler sur d’autres choses, a-t-il expliqué.

Il atterrit dans le bac de sable.

Le saut en longueur de 8,28 m de Damian Warner au décathlon constitue un record canadien de la discipline.

Photo : Getty Images / APA/AFP/DIETMAR STIPLOVSEK

Il a maintenant hâte de revenir au Canada pour se remettre à l'entraînement, car il espère bien réaliser d'aussi bonnes performances aux Jeux olympiques de Tokyo dans quelques semaines.

Pour que je puisse avoir du succès à Tokyo, il faudra que je sois constant dans ces épreuves.

Si la pandémie a eu un effet autre que d'affecter la qualité de son entraînement, il affirme que c'est d'avoir réalisé à quel point il est important de savoir s'adapter.

Il croit que les leçons apprises lors de cette année marquée par la COVID-19 se transposent facilement au décathlon.

J’ai toujours été assez adaptable au décathlon pour passer d’une épreuve à l’autre, mais je crois que la dernière année a renforcé ça et on a pu le voir le week-end dernier.

Avec les informations de Diane Sauvé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !