•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

La vitesse des Jets, une autre paire de manches

Ils entourent deux coéquipiers après un but des Jets.

Dylan DeMelo (no 2) et Josh Morrissey (no 44)

Photo : NHLi via Getty Images / Darcy Finley

Les Jets de Winnipeg posent un défi bien différent que les Maple Leafs de Toronto.

Dominique Ducharme a bien joué ses cartes contre les Maple Leafs de Toronto, mais il devra varier ses atouts s’il souhaite que son équipe sorte de la Division nord. Il faudra patiner avec les Jets. Et plus vite qu’eux, si possible.

Si on excepte son gardien, c’est à ses quatre premiers défenseurs que Ducharme s’en est surtout remis pour contrer les Leafs. Avec le travail de Danault contre Matthews et la responsabilité défensive assumée par l’ensemble des attaquants, les quatre piliers de la défense du Canadien, Weber, Petry, Chiarot et Edmundson, ont pu contrôler la circulation et imposer l’ordre dans cinq des sept rencontres. Leur temps d’utilisation était ahurissant dans les deux matchs qui ont nécessité de la prolongation.

Ce qui a fonctionné contre des joueurs lents comme Spezza, Thornton, Foligno et Simmonds ne sera peut-être pas aussi efficace contre les rapides patineurs des Jets. Les Leafs n’avaient que deux trios axés sur la vitesse et l’un des deux comptait l’imprévisible Alex Galchenyuk.

Un autre jeu

Weber est lent, Edmundson pas très rapide. Pour Chariot, ça va. Mais Petry est le seul des quatre qui se démarque par son coup de patin. Quand les mouches vont leur filer aux oreilles, les quatre piliers de la défense auront moins de temps pour réagir.

Même que je ne serais pas étonné de revoir Romanov dans le deuxième match sinon dans le premier.

Du côté des Jets, outre Blake Wheeler qui commence à porter le poids des années, il n’y a guère que Nate Thompson qu’on puisse cataloguer de patineur ordinaire.

Tout ira un peu plus vite. La transition, le jeu en zone neutre, les entrées le long des rampes, l’accès aux rondelles lancées en fond de zone, tout. En prime, les Jets sont reposés. Je suis curieux de voir comment Dominique Ducharme va adapter sa stratégie.

Et puis Carey

Qu’est-ce qu’il est bon!

Par son jeu dans les moments importants, par l’aplomb affiché l’été dernier en séries et ce printemps contre les Leafs, Price montre qu’il fait partie des meilleurs.

En renouvelant sa confiance à ses coéquipiers après la dégelée de 4-0, il a aussi montré des qualités de meneur.

Je considère désormais qu’il fait partie des grands gardiens de l’histoire du Canadien. Durnan, Plante, Dryden et Roy ont eu de meilleures équipes devant eux. Price joue de son mieux avec les coéquipiers qu’on lui donne. Et il fait la différence.

Il a rendu ordinaires des équipes qui n’étaient que médiocres. Il a rendu bonnes des équipes qui n’étaient qu’ordinaires. Et cette équipe-là, il va la rendre… quoi au juste?

Premier élément de réponse mercredi contre les Jets.

Parce qu’il y a tout un gardien en face aussi.

Allez. Montréal en six.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !