•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour remonter à la source, il faut nager à contre-courant

Photo de Xavier Jourson nageant dans un bassin.

« Culturellement, nager n'est pas dans les mœurs de nos communautés, tout comme les sports individuels. »

Photo : Sebastian Furtado

Xavier Jourson

Il n’y a pas une semaine, un jour, une demi-journée qui passent sans que je pense à cette course. Une chose est sûre, le temps s’égrène et ma rencontre avec le froid norvégien se rapproche petit à petit. Je suis entré dans une phase où mes pépins physiques sont derrière moi. Le beau temps refait surface, tout comme la pression...

Avec mon équipe, nous sommes entrés dans le vif du sujet concernant le découpage de la course. Nous analysons scrupuleusement les moindres détails. Du nombre de watts à développer pour tenir 180 km à vélo au nombre de pas à faire sur 1 km en course à pied, en passant par la moyenne du temps d’un 50 m, 100 m, 400 m, etc.

Nous avons fait des changements radicaux quant à ma façon de m’entraîner : plus d’endurance, moins de performance. Bonne nouvelle, les chiffres commencent à parler!

Certes, je souffre, mais je m’améliore. J’ai bien le sentiment que l’un ne va pas sans l’autre. Il faut bien choisir son camp. L’amusement et  le kiffe  sont déjà bien loin… Bienvenue dans mon monde où la douleur se manifeste. Parlant de souffrance, laissez-moi vous raconter la plus grande.

Nager dans l’océan de vérité, te demande de te réduire à zéro

Nager, c’est tout un apprentissage, toute une technique, et c’était également une phobie. L’eau est un puissant catalyseur, mais elle est aussi paralysante pour certains. Pourquoi ? Pour le comprendre, il faut remonter à la source.

Culturellement, nager n'est pas dans les mœurs de nos communautés, tout comme les sports individuels. Les premiers cas d’esclavage se sont faits par voie maritime. Les esclaves étaient enlevés de leur terre natale et conduits vers leur nouvelle terre par bateau. En serait-ce la cause? Ajoutons que, dans certains pays, la simple construction d’infrastructures sportives représente un réel défi. 

Tous ces problèmes réunis font que la sous-représentation des communautés noires dans les sports aquatiques est importante. Bien que nous disposions d’aptitudes, j’en suis convaincu, nous ne partons pas du même point. Cela va au-delà de la technique. Pour tout vous dire, je suis encore victime de moqueries ou de ricanements quand je débarque dans une piscine avec mon maillot de bain rouge. 

Photo de Xavier Jourson de profil dans une piscine.

« La piscine est l’endroit où briser les stéréotypes prend tout son sens. »

Photo : Sebastian Furtado

La piscine est l’endroit où briser les stéréotypes prend tout son sens. Ma motivation est débordante. D’autant plus que si je ne sors pas de l’eau à temps lors du Norseman, ma course s’arrêtera là. Je vous laisse imaginer les conséquences pour moi. Bien que certains loueront mon courage, d’autres seront les premiers à me montrer du doigt et à me critiquer. Vous me direz que de rester dans son canapé, c’est être sûr de ne prendre aucun risque…

Je suis résilié à tout  éclater , j’en ai fait une affaire personnelle avec moi-même, pour me prouver que je suis capable. Sortir de l’eau à temps représentera ma première victoire dans ce projet. Sortir avec un bon chrono changerait ma course. C’est pourquoi j’ai adopté la mentalité de  nettoyeur  comme l’évoque Tim Grover, le préparateur physique de son altesse Michael Jordan . Je ne veux plus me contenter de sortir, je veux performer!

À tel point que le crawl est devenu mon allié, tout comme le ciel. Quoi qu’il se passe, il me soutiendra toujours…

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !