•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutteuse Michelle Fazzari se bat contre le cancer

L'air déterminé, elle marche sur le tapis pendant un combat.

Michelle Fazzari

Photo : Lutte Canada

Radio-Canada

Le monde de la lutte canadienne a été secoué par la lettre écrite par Stephanie Fazzari pour révéler que sa sœur jumelle, Michelle, athlète olympique accomplie, livrait son combat le plus dur contre le cancer.

Michelle Fazzari participait le 5 mars à la finale des -62 kg au tournoi UWW Matteo Pellicone de Rome quand elle a finalement réalisé que quelque chose n’allait pas.

Elle a gagné le combat, mais elle a eu du mal à récupérer et se sentait fatiguée, explique sa sœur Stephanie dans une lettre publiée sur le site GoFundMe.

Sa famille, inquiète, l’a encouragée à faire d'autres tests et à obtenir des réponses du corps médical.

Elle a déjà eu de grosses blessures et a combattu quand même. Alors, à l’entendre se plaindre, on savait que quelque chose n’allait pas, poursuit sa sœur.

Mais pouvions-nous imaginer que c’était le cancer? Non.

C’est depuis juin 2020 qu’elle sent que son corps ne réagit pas bien, mais il lui a été difficile d’obtenir des réponses claires des médecins à qui elle parlait au téléphone en raison de la pandémie.

Je ne comprends pas pourquoi ils ne l’ont pas détecté plus tôt, admet Stephanie. Elle a fait tous les tests possibles et imaginables.

C’est une biopsie qui a permis de comprendre l’origine des douleurs. L’athlète a reçu son diagnostic le 16 avril, et ses parents l’ont rejointe à Calgary où elle s’entraînait.

Michelle a entrepris un traitement de chimiothérapie et de radiation au Centre de cancérologie Juravinski, à Hamilton, précise Stephanie.

Le cancer s’est déjà étendu, ajoute-t-elle. Le cancer est de stade 3 et s’est propagé à ses ganglions lymphatiques.

La famille n’a pas voulu révéler de quel type de cancer elle souffre. Michelle n’est pas encore prête à donner plus de détails. Elle met toutes ses énergies dans ce nouveau combat.

La campagne de financement par le site GoFundMe a dépassé les attentes de la famille.

L’objectif de 15 000 $ a été très vite dépassé. À ce jour (le lundi 31 mai à 13 h), le site a amassé 81 797 $.

La page de la campagne de financement GoFundMe créée par Stephanie Fazzari pour sa sœur Michelle

La page de la campagne de financement GoFundMe créée par Stephanie Fazzari pour sa sœur Michelle

Photo : gofundme

Stephanie explique la générosité des gens du fait que sa sœur jumelle Michelle a toujours eu le cœur sur la main et est toujours prête à aider. D’ailleurs, on la surnomme Mère Teresa.

Vous n’avez même pas à le lui demander. Elle est toujours là pour aider, et elle n’attend rien en retour, elle est généreuse de nature, explique Stephanie.

Michelle Fazzari grimace en tentant de faire tomber son adversaire.

Michelle Fazzari va traverser cette épreuve, croit sa sœur Stephanie.

Photo : Lutte Canada

Elle est une championne sur le tapis et se comporte comme tel en dehors. Elle est franche et les athlètes l’admirent pour ça, dit la directrice générale de Lutte Canada Tamara Medwidsky.

La maladie vient faucher ses espoirs de participer aux Jeux de Tokyo.

Elle fait partie de l’équipe depuis longtemps. Elle a su se sortir de nombreuses situations difficiles. Ce qui lui arrive ne pouvait pas survenir à un pire moment de sa carrière. C’est tragique, et nous pensons très fort à elle, ajoute Tamara Medwidsky.

Michelle Fazzari a terminé en 17e place aux Jeux de 2016 et s’entraînait trois fois par jour pour se rendre à Tokyo, rappelle sa sœur.

C’est dur pour elle, c’est dur pour nous, sa famille, mais elle va passer au travers, j’en suis persuadée, conclut sa sœur jumelle, reconnaissante de toutes les marques d'affection qu'elle transmet à Michelle. Ce n’est pas le premier obstacle qu’elle tente de franchir.

(D'après un texte de CBC)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !