•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Jets préparent leur prochaine mission

Dylan DeMelo et Josh Morrissey entourent leurs coéquipiers après un but des Jets dans le match no 4.

Dylan DeMelo et Josh Morrissey entourent leurs coéquipiers après un but des Jets dans le match no 4.

Photo : NHLi via Getty Images / Darcy Finley

Jean-François Chabot

Encore sur un nuage après leur balayage des Oilers d’Edmonton, les joueurs des Jets de Winnipeg envisagent la finale de la Division nord avec une confiance renouvelée.

Moins de 48 heures après s’être débarrassés des Oilers et des deux meilleurs pointeurs de la saison en Connor McDavid et Leon Draisaitl, les Jets savourent l’exploit sans s’y complaire.

Cette victoire en quatre matchs constitue une première dans l’histoire de Winnipeg au sein de la LNH et d’une première contre Edmonton après six tentatives infructueuses.

Répondant aux questions des journalistes en visioconférence, mercredi, les défenseurs Josh Morrissey et Dylan DeMelo ont d’abord évoqué la joie qui les a envahis en voyant Kyle Connor inscrire le but vainqueur en troisième période de prolongation du quatrième match.

Au-delà de l’immense soulagement, ils ont évoqué l’effet positif que pourrait avoir ce triomphe sur la suite des choses pour la troupe de Paul Maurice.

Je pense qu’on a fait un boulot solide en tant qu’équipe. Mel (DeMelo) et moi avons trouvé un degré de chimie que nous n’avions pas connue auparavant. D’un point de vue personnel, je continue de travailler sur mon jeu afin de m’améliorer, a d’abord indiqué le jeune vétéran de 26 ans qui en est à une sixième saison avec les Jets.

C’est le meilleur moment de l’année pour donner ce que vous avez de mieux et j’aborde la prochaine série dans le même état d’esprit pour relever mon jeu d’un cran, a poursuivi l’adjoint au capitaine de l’équipe.

Il est clair dans son esprit qu’il apprécie la possibilité qui s’offre aux joueurs des Jets de suivre ce qui reste de la série entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto afin de préparer la prochaine étape.

Repos et récupération

L’une des clés qui permettraient aux Jets de poursuivre sur leur lancée réside dans la capacité des joueurs à profiter des prochaines heures ou des prochains jours pour régénérer leur énergie.

Après tout, la série Jets-Oilers a été disputée à un rythme fou avec quatre matchs en six soirs, les trois derniers s’étant conclus en prolongation, les deux derniers en deux soirs avec un marathon de trois périodes supplémentaires en guise de dessert.

Ne sachant pas quel temps leur sera accordé pour préparer la prochaine étape, plusieurs joueurs des Jets ont recours à des méthodes scientifiques pour assurer une récupération optimale.

Josh Morrissey et Connor McDavid bataillent pour la possession de la rondelle.

Josh Morrissey et Connor McDavid bataillent pour la possession de la rondelle.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Nous n’avons pas de contrôle sur le déroulement de la série entre Montréal et Toronto ou sur ce que la ligue espère mettre en place (pour le prochain tour). Mais après les longs deux derniers matchs que nous avons disputés, nous voulons un maximum de repos, a dit Morrissey.

Mais après un long match, vous aurez tendance à boire du café ou d’autres boissons stimulantes plus tard qu’à l’habitude. C’est pourquoi on va avoir recours à la biomathématique ou à des appareils Normatec pour assurer une meilleure circulation sanguine de façon à mieux récupérer.

Une citation de :Josh Morrissey, défenseur des Jets de Winnipeg

De son propre aveu, Morrissey reconnaît qu’il est de ceux qui ont du mal à laisser l’adrénaline redescendre après un match. L’euphorie entourant la conclusion de la soirée de lundi n’a fait qu’amplifier la chose pour lui.

L’adrénaline vous suit surtout quand vous êtes dans le camp des gagnants. Les émotions sont là elles aussi, c’est donc difficile de se calmer. Il est important de relaxer autant que possible. Étant donné qu’on a gagné, nous n’avons pas à nous préparer pour un match no 5 ce soir, a-t-il expliqué en ajoutant que les nombreux appels de parents et amis contribuaient à soutenir la tension et le niveau d’enthousiasme.

Pour DeMelo, nouveau papa, la situation est différente dans la mesure où ses parents sont venus de London, en Ontario, pour soutenir la maman et faire connaissance avec leur premier petit-fils.

Mes parents sont rentrés à London au moment où les séries ont commencé. Ils n’avaient pas eu l’occasion de voir le bébé en raison de la COVID. Ma conjointe et notre enfant les ont suivis. Elle a retrouvé sa famille aussi. Je dors mieux, mais je m’ennuie beaucoup d’eux, a raconté le partenaire de Morrissey à la ligne bleue.

Après avoir vanté le leadership présent dans le vestiaire et les qualités de meneur du capitaine Blake Wheeler, le défenseur DeMelo a insisté sur l’inspiration qu’il a sur le reste de l’équipe.

Quand on le voit se jeter sur la glace pour bloquer un tir à bout portant, ça incite tout le monde à en faire autant. Notre groupe de leaders n’a jamais perdu le cap même quand nous étions au cœur de notre longue séquence de sept défaites [à la fin avril, NDLR] et que le reste monde semblait nous abandonner.

Une citation de :Dylan DeMelo, défenseur des Jets de Winnipeg

En fin de compte, Morrissey a indiqué que tout reposerait sur la capacité des Jets à s’adapter.

En 2019, nous avions vaincu les Predators en sept matchs. Nous avions dormi à Nashville avant de nous diriger vers Las Vegas, où l’on a dû disputer la première rencontre face aux Golden Knight dès le lendemain après-midi. Nous avons maintenant la chance de mieux nous reposer.

Enfin, face à la perspective de jouer l’ensemble des séries en l’absence de spectateurs à Winnipeg, Morrissey et DeMelo le regrettent, mais ne s’en formalisent pas.

Je comprends les décisions du gouvernement, mais ce n’est pas bon sans spectateurs, surtout en séries. En temps normal, ça nous donnerait un gros avantage de jouer devant nos partisans tous vêtus de blanc. C’est encore plus difficile quand on peut voir les matchs présentés devant public aux États-Unis, a conclu DeMelo.

En attendant, les Jets savent qu'ils auront l'occasion d'atteindre le carré d'as des éliminatoires pour la seconde fois en quatre saisons.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !