•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dopage: le sang séché des athlètes analysé à Tokyo

L'entrée des bureaux de l'AMA à Montréal

L'AMA donne le feu vert à la détection du dopage par l'analyse du sang séché.

Photo : Radio-Canada

Agence France-Presse

L'AMA a annoncé vendredi qu'elle donnait son feu vert à une nouvelle méthode de détection du dopage qui sera utilisée aux Jeux de Tokyo.

La méthode de dépistage par gouttes de sang séché constitue une étape très importante dans la lutte contre le dopage, estime l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Cette technique innovante, plus connue sous son acronyme anglais DBS (dry blood spot, goutte de sang séché) permettra à terme de renforcer les capacités de l'AMA à traquer les tricheurs.

C'est en tout cas l'avis du Docteur Olivier Rabin, chef du département Sciences/Médecine de l'AMA, dont les bureaux sont à Montréal.

Ces tests vont commencer à Tokyo, c'est la première fois que la méthode de détection DBS sera utilisée dans une grande compétition multisports dans le cadre de la lutte contre le dopage, explique le scientifique.

Pour ne pas créer de doubles contraintes pour les athlètes, précise Dr Rabin, du sang qu'on va collecter dans le cadre du passeport biologique, quelques gouttes seront mises sur une matrice sèche (une sorte de papier buvard) ce qui permettra d'analyser de façon plus précise certaines substances.

À Tokyo, le prélèvement de sang séché sera complémentaire à ce qui se fait aujourd'hui, soit les prises de sang et les analyses d'urine. De nouvelles analyses sont prévues pour les Jeux d'hiver de 2022 en Chine.

La méthode du sang séché présente plusieurs avantages. Pas besoin de tubes et de flacons à stocker dans des frigos, simplement des piles de matrices (aux dimensions similaires à une carte postale) qui se rangent beaucoup plus facilement. Ce qui permettra des contrôles antidopage dans des régions reculées, loin des laboratoires.

Exemple de carte de détection DBS par récolte de sang séché

Exemple de carte de détection DBS par récolte de sang séché

Photo : MAIIA

Également, la méthode est moins intrusive pour les athlètes.

Certains prélèvements sont faits au bout du doigt, du lobe de l'oreille, à l'épaule, sur la cuisse, explique Dr Rabin. Et à partir du moment où vous le mettez sur un papier, le liquide sèche et se stabilise sur la matrice. Il faut se rappeler que les stratégies de dopage sont de plus en plus élaborées. Les athlètes savent très bien utiliser des substances qui ont des temps de résidence dans l'organisme relativement courts. Certaines substances, au bout de 24, 36, 48 heures, vous ne les trouvez plus.

Mais cette nouvelle méthode de détection ne remplacera pas à court terme les tests actuels.

Peut-être que dans 5 ans, 10 ans, on va être capables de mesurer l'EPO dans quelques microlitres de sang séché, fait remarquer Olivier Rabin auquel cas on dira: ça y est, on peut appliquer le DBS à l'EPO. Mais aujourd'hui ce ne serait pas réaliste de le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !