•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éric Lamaze renonce aux Jeux de Tokyo

Plan en contre-plongée d'un cheval et de son cavalier franchissant un obstacle.

Éric Lamaze en action à Rio

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Éric Lamaze, le cavalier le plus décoré du Canada en saut d'obstacles, a renoncé à participer aux Jeux de Tokyo pour des raisons de santé.

Le Montréalais de 53 ans était l'un des cinq cavaliers dont le nom avait été soumis pour compléter l'équipe olympique canadienne de sports équestres.

Vainqueur de l'or en individuel et de l'argent en équipe aux Jeux de Pékin, en 2008, sur Hickstead, ainsi que d'une médaille de bronze individuelle sur Fine Lady à Rio en 2016, Lamaze a subi des traitements pour une tumeur au cerveau ces trois dernières années.

Par communiqué, le Québécois a indiqué que son état de santé s'est stabilisé, mais qu'il s'agit de l'une des nombreuses raisons, avec la COVID-19 bien sûr, qui ont mené à ce désistement.

Je prends ma santé très au sérieux, et j'ai décidé que Tokyo n'était pas le meilleur endroit pour moi, a écrit Lamaze, qui vit maintenant à Bruxelles. Bien que mon état de santé soit stable à l'heure actuelle, il y a plusieurs facteurs de risque que je dois prendre en considération.

Il fait bien sûr référence à la quatrième vague de la COVID-19 qui frappe Tokyo et de l'état d'urgence en cours jusqu'à la fin du mois.

Le Canada ne sera pas de l'épreuve par équipe et n'enverra qu'un cavalier et sa monture.

C'est un autre facteur qui a pesé lourd dans la décision d'Éric Lamaze qui associe les Jeux olympiques à une occasion de représenter l'équipe canadienne de saut d'obstacles.

Mes succès sont tributaires à la présence de mes coéquipiers qui poussent pour que nous puissions offrir la meilleure performance pour notre pays. La présence de mes propriétaires [de ses chevaux, NDLR], de mes amis, de mes coéquipiers et des spectateurs est ce qui fait des Jeux olympiques un événement spécial [...] En y allant seul, je ne m'imagine pas puiser au fond de moi-même pour trouver la motivation pour gagner une médaille individuelle.

Lamaze a également ajouté qu'avec tout ce qui s'est passé dans la dernière année, ce n'est pas le moment de célébrer.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !