•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sagan savoure un premier succès au Tour d'Italie

Un cycliste, en position de sprint, est pourchassé par ses rivaux.

Peter Sagan fonce vers la ligne d'arrivée de la 10e étape du Giro.

Photo : Getty Images / LUCA BETTINI

Agence France-Presse

Peter Sagan (Bora) a remporté au sprint la 10e étape du Tour d’Italie, lundi à Foligno, le premier succès du Slovaque depuis le départ à Turin.

Egan Bernal (Ineos) a gardé le maillot rose au lendemain de sa prise de pouvoir au sommet de la station de ski Campo Felice.

Le Colombien a toutefois dû laisser le Belge Remco Evenepoel lui ravir une seconde lors d'un sprint intermédiaire très disputé à 18 kilomètres de l'arrivée.

Bernal, troisième de ce sprint enlevé par l'un de ses coéquipiers (Jhonatan Narvaez), a empoché une seconde de bonification. Evenepoel, 2e, pointe désormais à 14 secondes du Colombien au classement général.

Le Québécois Antoine Duchesne (FDJ) a conclu dans le gruppetto, à 10 min 11 s du vainqueur, au 166e rang. Au classement général, le Saguenéen figure au 155e échelon, avec un retard de 1:42:29 sur le maillot rose.

À l'arrivée de cette étape de 139 kilomètres, précédant la première des deux journées de repos, Sagan a devancé un autre Colombien, Fernando Gaviria, et l'Italien Davide Cimolai, au bout d'un final tortueux avec un dernier virage à moins de 250 mètres de la ligne.

Sagan et Bora ont parfaitement joué leurs cartes et je pense que tout le monde s’y attendait. Par conséquent, le final était très rapide, a déclaré Duchesne dans un communiqué de son équipe.

À 31 ans, Sagan a enregistré son deuxième succès dans le Giro. L'année passée, pour ses débuts dans la course rose, il avait également gagné une étape.

Triple champion du monde de 2015 à 2017, le Slovaque compte 117 victoires à son palmarès.

L'échappée (Pellaud, van der Hoorn, Marengo, Rivi, Goessens), lancée dès le départ, a été reprise à 43 kilomètres de l'arrivée, sur l'accélération du peloton mené par l'équipe Bora qui entendait distancer les sprinteurs dans la seule ascension du parcours.

Plusieurs d'entre eux (Groenewegen, Merlier, Nizzolo) ont été lâchés, sans pouvoir revenir, puisque l'équipe Israël Start-Up Nation de Cimolai a relancé l'allure dans la descente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !