•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CH de retour à l’entraînement, Gallagher sera à 100 %

Brendan Gallagher sur la glace démontrant beaucoup d'émotions.

Le fougueux attaquant Brendan Gallagher

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

La Presse canadienne

Brendan Gallagher a participé sans restriction à l’entraînement du Canadien samedi matin. Il a par la suite affirmé qu’il sera prêt à 100 % pour le premier match de la série contre Toronto, jeudi.

L’attaquant de 29 ans ne prend pas les choses à la légère. Après plusieurs blessures aux mains, il n’a pris aucun risque. On ne met pas ce chandail sans savoir les attentes. Je dois tout donner sur la glace pour mes coéquipiers, donc je ne me mettrais pas en danger si je n’étais pas à 100 %.

Il a affirmé avoir à nouveau amélioré ses gants. Il aura plus de protection afin d’éviter une nouvelle blessure malheureuse qui pourrait miner ses chances d’aider le Tricolore à progresser dans les séries éliminatoires.

L’attaquant Phillip Danault (commotion cérébrale) a aussi participé à l'entraînement sans restriction. Le gardien Carey Price (commotion cérébrale) était aussi présent.

De son côté, le défenseur Shea Weber (haut du corps) a patiné en solitaire avant ses coéquipiers.

Kotkaniemi et Caufield au travail

De retour à l'entraînement après un congé de deux jours, les jeunes Jesperi Kotkaniemi et Cole Caufield devront travailler fort cette semaine pour obtenir une place dans la formation en vue des éliminatoires de la Coupe Stanley.

Le Tricolore a repris l'entraînement samedi matin au Complexe sportif Bell à Brossard. Caufield, Kotkaniemi et Michael Frolik étaient les trois seuls joueurs à porter des chandails gris. Les autres avaient des chandails rouges ou blancs.

Kotkaniemi n'a pas marqué depuis le 30 mars. Il s'agit d'une traversée du désert de 24 matchs au cours desquels il a été limité à 4 aides.

De son côté, Caufield a disputé les 10 dernières rencontres après avoir terminé son parcours à l'Université du Wisconsin. Il a inscrit quatre buts et une aide.

Cole Caufield tente de déjouer le gardien Filip Gustavson.

Filip Gustavsson et Cole Caufield

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Questionné au sujet des jeunes qui pourraient ne pas amorcer la série contre Toronto, Brendan Gallagher n’a pas montré d’inquiétude. On a beaucoup de profondeur dans notre formation. Et si ces gars-là n’en font pas partie dès le début, on sait très bien qu’ils peuvent faire le travail. Ça crée un sentiment de responsabilité. Si un de nous joue moins bien un soir, il y a des joueurs pour venir prendre notre place.

Eric Staal en a ajouté une couche au sujet des joueurs qui pourraient être laissés de côté. Quand on regarde les séries de la LNH, on sait très bien qu’on ne peut pas remporter 16 victoires et 4 séries avec la même formation. À un moment ou à un autre, on aura besoin de tout le monde pour avancer dans les séries.

Le Canadien commencera sa série de premier tour face aux Maple Leafs, jeudi, à Toronto. Il s'agit de la première série entre les deux équipes en 42 ans.

Des vétérans se souviennent

Staal et Gallagher ont été questionnés par les médias sur leur expérience respective des séries éliminatoires, mais surtout, de quelle manière celle-ci pouvait servir aux jeunes de l’organisation.

Staal s’est immédiatement rappelé ses propres premiers pas dans les séries éliminatoires avec les Hurricanes de la Caroline… contre le Canadien, en 2006. Nous avions perdu les deux premiers matchs à la maison et on se présentait à Montréal 0-2 avec beaucoup à accomplir.

Les Hurricanes avaient alors remporté les quatre matchs suivants pour éliminer Montréal et, ultimement, repartir à la maison champions de la Coupe Stanley. Ça prouve vraiment qu’il ne faut jamais arrêter de travailler. Et peu importe les circonstances, il faut toujours y croire et continuer de jouer dur.

Gallagher, de son côté, s’est souvenu des séries de 2013 contre les Sénateurs d’Ottawa. Il a mentionné la vicieuse mise en échec d’Eric Gryba à l’endroit de Lars Eller, laissant une marre de sang sur la patinoire et un souvenir dans son esprit. Je suis un joueur émotif, ça vous le savez bien. Je me sers de ça pour aller sur la patinoire et tout donner. 

Pour Brendan Gallagher, c’est cette émotion qu’il tentera de transmettre aux jeunes de l’organisation.

Parlant d’émotions, il a mentionné au passage à quel point il espérait voir des partisans dans les gradins du Centre Bell, parce que les choses ne sont tout simplement pas pareilles sans eux.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !