•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de partisans au Centre Bell à court terme

Une bâche rouge et une bâche bleue recouvrent les gradins aux abords de la patinoire. Des logos du Canadien et des commanditaires y sont apposés.

Le Centre Bell vide

Photo : FACEBOOK / CANADIENS DE MONTRÉAL

« Ça me fâche tellement de savoir qu’il n’y aura personne dans les gradins », a lancé Ben Chiarot mercredi soir à propos de la série qui se profile à l’horizon entre le Canadien et les Maple Leafs. Rien pour remonter le moral du défenseur, ça ne devrait pas changer de sitôt.

Si le Canadien fait un petit bout en séries, tout est possible, a indiqué, mi-blagueuse, mi-sérieuse, la vice-présidente directrice et chef des affaires commerciales du Groupe CH, France Margaret Bélanger, mercredi après-midi.

Au début du mois de mai, François Legault avait lui-même ouvert la porte à un retour des partisans dans les amphithéâtres de la province.

C’est une très bonne question que j’ai posée au Dr [Horacio] Arruda plusieurs fois et j’attends la réponse, avait dit le premier ministre le 4 mai dernier.

Selon Mme Bélanger, numéro deux du Groupe CH après le propriétaire Geoff Molson, il n’y a pas eu beaucoup d’avancées sur la question dans les derniers jours, même si l’équipe est en communication fréquente avec la direction de la santé publique québécoise.

À ce sujet, la porte, contrairement à celles du Centre Bell, n’est pas fermée, mais c’est essentiellement le statu quo depuis 14 mois.

C’est encore une possibilité, bien que la priorité, c’est la sécurité de tout le monde. Il faut y aller étape par étape. S’il y a une possibilité de le faire, on ouvrira. Ce serait un nombre restreint, évidemment. Je ne peux pas confirmer si ç’aura vraiment lieu parce que, pour le moment, pour ce qui est des semaines prochaines, ce sera sans partisans, a expliqué Mme Bélanger.

La couverture vaccinale augmentant de façon importante dans la province – plus de 4 millions de doses ont été administrées et environ 45 % de la population québécoise a été vaccinée selon les données de Québec – la vice-présidente du Groupe CH a affiché un fond d’optimisme.

Au Centre Bell, les équipes se préparent à tous les scénarios. L’aréna sera en mesure de s’adapter aux éventuelles permissions de la santé publique, assure-t-on.

Si on avait le feu vert, on serait capable. Le Centre Bell à 10 % de sa capacité, c’est environ 2100 personnes. Alors, 2100 personnes, les gens auront quand même beaucoup d’espace entre eux. Le Centre Bell, c’est grand, a indiqué Mme Bélanger.

L’incertitude s’étend toutefois au-delà des présentes séries éliminatoires et touche aussi la prochaine campagne.

On se prépare à ouvrir nos portes la saison prochaine, mais ce n’est pas nécessairement tout clair. La vaccination semble bien aller au Québec, mais personne ne peut dire ce qui arrivera. C’est difficile pour moi de dire quelles permissions on va obtenir, jusqu’où on pourra se rendre pour accueillir des partisans.

D’ailleurs, jeudi, le Canadien a annoncé que son amphithéâtre s’est vu octroyer l’accréditation GBAC STAR (Global Biorisk Advisory Council) pour souligner la qualité des mesures sanitaires mises en place pendant la pandémie, une première au pays.

Il s’agit d’une marque de reconnaissance décernée par l’Association internationale de l’industrie de l’entretien sanitaire (ISSA Canada).

Diversifier les revenus

France Margaret Bélanger s’est entretenue avec les médias mercredi à l’occasion de l’ouverture du nouvel espace VIP au Centre Bell. Le Tricolore a converti une partie de la zone Desjardins pour y installer 202 sièges de luxe avec accès à des repas haut de gamme et alcool à volonté.

Installé à une extrémité de l’amphithéâtre, le salon VIP offre un point de vue intéressant sur la glace et beaucoup d’espace pour en profiter.

Il s’agit d’abonnements de saison vendus environ 20 000 $ l’unité. Le Canadien a déjà écoulé 95 % de l’offre en vue de la saison prochaine.

Une dizaine de places sont toujours vacantes, essentiellement pour faire découvrir le salon à des clients potentiels, a expliqué Mme Bélanger.

La construction a commencé au début de la pandémie et s’est achevée en février.

On a investi beaucoup. Le salon n’a pas été créé en réaction à cette pandémie. Nos idées étaient déjà faites auparavant, a-t-elle ajouté.

On s’est promené à travers la Ligue nationale. On est toujours à l’affût de ce qui se fait dans les autres arénas, et on a vu que les autres équipes avaient ce genre de salon. Et on s’est dit, à Montréal, pourquoi pas? On pense que ce serait assez populaire. On avait planifié ça il y a déjà deux ans. On allait commencer la construction, mais on sait ce qui s’est produit en mars 2020. On a attendu un peu, mais on a quand même entamé la construction. Ça s’est conclu le 5 février dernier et on l’a vendu pas mal à partir de ces dates. La demande a été incroyable, a affirmé Mme Bélanger.

L’industrie du spectacle et du divertissement ayant été durement touchée par la crise sanitaire, l’avocate de formation s’est estimée chanceuse de l’intérêt du public dans le contexte.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !