•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rafaël Harvey-Pinard veut faire sa place avec le Canadien

Il effectue un virage sur la glace.

Rafaël Harvey-Pinard

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Alexandre Coupal

Rafaël Harvey-Pinard, repêché par le Canadien au septième tour en 2019, 201e au total, rencontrait les médias jeudi.

La veille, le jeune ailier gauche de 22 ans apposait sa signature au bas d’un contrat de deux saisons, son premier avec le grand club.

Ça représente beaucoup pour moi. C'est l'équipe que je suis depuis le début de mon enfance. J'avais un contrat avec le Rocket, qui fait partie de l'organisation des Canadiens. Mais le fait d'avoir un contrat d'entrée et de savoir que je peux être rappelé, c'est quelque chose de gros pour moi. Je suis extrêmement fier de pouvoir rester deux ans de plus dans l'organisation des Canadiens.

Avec plusieurs joueurs autonomes qui quitteraient l'équipe dans l’intersaison et le repêchage d'expansion du Kraken de Seattle, une première occasion pourrait venir dès le camp la saison prochaine.

C’est sûr que ça pourrait être une bonne opportunité pour moi, a dit Harvey-Pînard. Je vais contrôler les choses que je peux contrôler. Avoir un gros été d’entraînement, améliorer différentes facettes de mon jeu.

Chose certaine, je vais arriver prêt au camp l’année prochaine et je vais tout donner pour faire ma place.

Une citation de :Rafaël Harvey-Pinard, espoir du Canadien

L'attaquant a une particularité dont il a beaucoup été question ces derniers jours.

Mon objectif va être d’amener un Québécois de plus dans l’organisation.

Le chemin parcouru

À sa première année professionnelle à Laval, Harvey-Pinard en a surpris quelques-uns avec une production de 8 buts et 11 mentions d'aide en 33 rencontres. Il vient au 4e rang des pointeurs de l’équipe avec trois matchs à faire.

Il y a différents facteurs, a-t-il expliqué. Je dirais que le fait d'avoir eu une très longue pause avant que la saison commence m'a beaucoup aidé. Au lieu d'avoir un entre-saison de trois mois, j'ai eu 10 mois pour me préparer. Ça m'a permis de travailler sur plusieurs aspects de mon jeu, dont mon coup de patin. J'ai aussi travaillé pour augmenter ma force musculaire et prendre le temps pour guérir des blessures que j'avais accumulées au fil du temps.

Joël Bouchard m'a beaucoup aidé. Il m'a poussé chaque jour. Il m'a utilisé dans toutes les situations et ce fut bon pour moi.

Une citation de :Rafaël Harvey-Pinard

Dans une saison gagnante, Harvey-Pinard a pu bénéficier d’un bon encadrement, notamment grâce à certains vétérans comme Jordan Weal et Yannick Veilleux, qui ont souvent été ses partenaires de jeu.

Les vétérans ont vraiment été là pour moi et pour les recrues en général, a-t-il ajouté. Au premier jour, ils nous ont fait sentir à l’aise et ils ont été là pour nous aider. J’avais mentionné que mon anglais n’était pas super bon. Et si je ne comprenais pas des choses, ils étaient là pour m’aider et c’était la même chose avec les autres recrues.

Lorsque tu joues dans une équipe gagnante, tout le monde est positif et il y a une bonne ambiance dans la chambre. C'est certain que c'est bon pour mon développement d'avoir joué avec des équipes gagnantes.

La fameuse comparaison

Il y a un rapprochement facile à faire à propos d’un joueur de petit gabarit qui joue avec la hargne d’un guerrier, et ceux qui ont vu jouer Harvey-Pinard cette année n’avaient qu’un nom en tête, celui de Brendan Gallagher.

La comparaison est venue à ses oreilles.

C'est quelque chose de très flatteur pour moi, a dit Harvey-Pinard. Chaque fois qu'il joue, j'essaie d'observer sa façon de jouer. Je pense que c'est un bel exemple pour moi et les joueurs de hockey en général. Il se donne soir après soir. C'est une inspiration pour moi. C'est certain que c'est flatteur d'être comparé à lui.

Cependant, une différence frappante entre les deux est la courbe de leur bâton, puisque Harvey-Pinard tire de la gauche. C’est justement le flanc où il pourrait y avoir le plus de postes à pourvoir au sein du Canadien dans un avenir rapproché.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !