•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cure de rajeunissement à l'équipe féminine du Canada

Elles crient.

Meghan Agosta et Marie-Philip Poulin célèbre le deuxième but de Poulin en finale du tournoi de hockey féminin aux Jeux olympiques de Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Il n'y a pas que le Canadien de Montréal qui défraie les manchettes en raison de la faible représentativité québécoise au sein de son effectif. L'équipe olympique de hockey féminin est elle aussi touchée par ce phénomène.

Hockey Canada a dévoilé mercredi sa liste des 28 joueuses invitées à son camp d'essai pour l'équipe nationale qui participera aux Jeux olympiques de Pékin en 2022, et seules 3 Québécoises y figurent.

La gardienne de but Ann-Renée Desbiens, de La Malbaie, ainsi que les attaquantes Marie-Philip Poulin, de Beauceville, et Mélodie Daoust, de Valleyfield, sont les seules représentantes de la province à avoir été retenues par l'organisation qui chapeaute le hockey au pays.

Parmi celles qui avaient été invitées aux plus récents camps d’entraînement de l’équipe nationale, mais n’ont pas été retenues pour la centralisation, on retrouve Lauriane Rougeau, qui faisait partie de l’équipe à Sotchi et à Pyeongchang.

Les attaquantes Ann-Sophie Bettez et Élizabeth Giguère espéraient certainement profiter du Championnat du monde pour impressionner les dirigeants de Hockey Canada, mais le report du tournoi semble leur avoir coupé l’herbe sous le pied.

Retour de 14 médaillées des Jeux de Pyeongchang

Des 28 joueuses invitées mercredi qui se réuniront à Calgary cet été afin de se préparer en vue de Pékin, 10 attaquantes, 3 défenseuses et 1 gardienne de but ont décroché la médaille d'argent en Corée du Sud en 2018.

Huit des nouvelles joueuses sont nées en 1998 ou plus tard.

Devant le filet, en plus de Desbiens, la Manitobaine Kristen Campbell et l'Albertaine Emerance Maschmeyer pourront lutter pour défendre la cage canadienne en Chine.

Desbiens avait effectué 18 arrêts dans un jeu blanc de 5-0 contre la Russie à son seul départ aux JO de Pyeongchang.

La gardienne de 32 ans Geneviève Lacasse n'a pas été retenue après avoir fait partie de l'équipe à Sotchi et à Pyeongchang.

En défense, Jocelyne Larocque, Meaghan Mikkelson et Renata Fast sont de retour avec l’équipe nationale.

Les défenseuses Erin Ambrose et Micah Zandee-Hart, qui avaient été parmi les dernières retranchées en vue des JO de 2018, obtiennent une nouvelle chance.

En attaque, en plus de Poulin et Daoust, Brianne Jenner, Rebecca Johnston, Sarah Nurse, Natalie Spooner, Laura Stacey, Blayre Turnbull, Emily Clark et Jill Saulnier sont toutes de retour après avoir représenté le Canada en Corée du Sud.

Poulin, Mikkelson et Johnston avaient aussi décroché les médailles d'or aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010 et de Sotchi en 2014.

Les défenseuses Ashton Bell, Jamie Bourbonnais, Ella Shelton et Claire Thompson auront la chance d’obtenir un billet pour leurs premiers Jeux olympiques.

En attaque, les Ontariennes Victoria Bach, Sarah Fillier, Julia Gosling, Emma Maltais, Kristin O'Neill et Jamie Lee Rattray obtiennent aussi une première chance de se joindre à l’équipe olympique canadienne.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !