•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canadien-Maple Leafs en séries : une épopée à fleur de peau

Une photo d'un match d'époque en noir et blanc

Le gardien Rogatien Vachon repousse une attaque des Maple Leafs.

Photo : Courtoisie lnh.com

Jean-François Chabot

L’une des plus vieilles rivalités du hockey professionnel revivra en séries éliminatoires après une attente de 42 ans.

La confrontation de 2021 entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto est essentiellement attribuable à la pandémie et à la réorganisation des divisions dans cette saison unique dans les annales de la Ligue nationale (LNH).

Il est étonnant de constater que ces deux équipes ne se sont affrontées qu’à 15 reprises en séries depuis la création de la LNH en 1917, dont 7 fois en grande finale. La Ville Reine peut se vanter de ses quatre victoires parmi ces sept finales.

Toronto totalise 13 conquêtes de la Coupe Stanley, la dernière en 1967, si on fait le total des Arenas, des St. Pats et des Leafs. Le CH en compte 24 (23 au sein de la LNH), mais n’a pas soulevé le célèbre trophée depuis 1993.

Curieusement, lors de ce même printemps de 93, les deux adversaires sont venus bien près de s’affronter en finale. Alors dirigé par l’ex-entraîneur-chef du Tricolore Pat Burns, Toronto avait été éliminé en sept matchs en finale de l’Association de l’Ouest par les Kings de Los Angeles. Wayne Gretzky avait inscrit le but vainqueur avec un peu plus de trois minutes à écouler à la rencontre.

C’est d’ailleurs parce que les Maple Leafs ont joué dans l’Association de l’Ouest entre 1981 et 1998 que les rendez-vous éliminatoires avec le Canadien se sont raréfiés. Durant cette période, il aurait fallu que les deux équipes atteignent la finale pour qu’un tel choc se produise.

Une photo en noir et blanc d'un match de hockey

Yvan Cournoyer (12) contourne le gardien Terry Sawchuk sous le regard du défenseur Tim Horton (7).

Photo : Courtoisie lnh.com

Des moments marquants

S’il est clair qu’une ambiance unique s’empare des deux villes chaque fois que les Maple Leafs et le Canadien se retrouvent sur une même patinoire, certaines rencontres éliminatoires ont été le théâtre de faits d’armes dont les partisans des deux équipes se targuent encore.

Parmi les face-à-face singuliers nés de ces matchs épiques, on peut penser à Jean Béliveau face à Dave Keon, à Yvan Cournoyer contre Ron Ellis, à Eddie Shack devant John Ferguson. Mais la rivalité était également présente dans les bureaux des deux équipes.

Après avoir siégé au sein de l’état-major des Leafs, Frank Selke a quitté son poste de directeur général adjoint en 1946 pour prendre les rênes du Canadien, qu'il tiendra jusqu'en 1964. Toronto a remporté le duel suivant en finale, en 1951.

Il a fallu attendre 1959 et 1960 pour voir Montréal savourer le champagne dans ce qui allait constituer le point d’orgue de la carrière de Maurice Richard et de la séquence record de cinq conquêtes de suite de la Coupe Stanley.

Une image représentant un match de hockey

Une image de l'illustrateur Sheldon Cohen dans le conte de Roch Carrier

Photo : Sheldon Cohen

La période 1963-1967 voit les grands rivaux batailler en séries cinq saisons d’affilée, les quatre premières en demi-finales (deux victoires de chaque côté) et la dernière dans cette ultime finale gagnée par les Maple Leafs en 1967.

Le gardien Johnny Bower, alors âgé de 42 ans, figure parmi les héros de la dernière Coupe Stanley des Maple Leafs remportée en six matchs. Blessé durant la troisième rencontre, il avait cédé sa place à Terry Sawchuk pour les deux matchs suivants avant de retrouver le devant du filet.

L’année 1967 marquait les 50 ans de la LNH et le centenaire de la Confédération canadienne. Les partisans du Canadien ne manquent pas de rappeler à ceux des Leafs qu’ils n’ont pas vu la coupe Stanley depuis.

Par contre, aucun partisan montréalais n’a oublié que le Graal du hockey avait passé l’été dans le pavillon de l’Ontario durant l’Expo 67, sur l'île Notre-Dame. Il n'est pas étonnant que Rock Carrier ait été tant inspiré dans la réalisation de son célèbre conte Le chandail (Nouvelle fenêtre).

La longue absence

Les deux formations ne se sont revues dans les séries que deux fois par la suite, en quarts de finale en 1978 et en demi-finales en 1979.

Le Bleu-blanc-rouge est sorti vainqueur de ces deux derniers duels, balayant Toronto chaque fois en quatre matchs (Nouvelle fenêtre) en route vers des conquêtes de la Coupe Stanley. Montréal enchaînait ainsi quatre titres de suite pour la deuxième fois de son histoire. C’était à l’époque des Guy Lafleur, Jacques Lemaire, Serge Savard, Guy Lapointe, Larry Robinson et Ken Dryden.

Un gardien fait le grand écart sur la patinoire à côté de joueurs adverses.

Yvon Lambert (11) tente de contrôler le retour de lancer de Jacques Lemaire (25) accordé par le gardien Paul Harrison.

Photo : Getty Images / Collection Denis Brodeur

Les Maple Leafs comptaient aussi dans leurs rangs quelques futurs membres du Temple de la renommée comme les attaquants Darryl Sittler et Lanny McDonald, le défenseur suédois Borje Salming et l’entraîneur-chef Roger Neilson.

Vous dire combien le temps a passé depuis cette confrontation de l’époque du hockey sans casque et des bâtons de bois, sachez simplement que Joe Thornton, joueur le plus âgé des deux formations actuelles, n’était pas encore né, et que l’entraîneur-chef par intérim du Canadien, Dominique Ducharme, n’avait que 6 ans.

En 1979, un billet dans les sièges rouges au Forum de Montréal coûtait aussi 12,50 $...

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !