•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CF Montréal en quête d'un but libérateur contre l'Inter Miami

Il saute pour essayer de toucher le ballon de la tête.

Bjorn Johnsen a obtenu son premier départ avec le CF Montréal, samedi dernier, contre Vancouver.

Photo : Jeffrey Swinger-USA TODAY Sports

Olivier Tremblay

Après son début de saison tonitruant, le CF Montréal n’a plus trouvé le fond du filet depuis 228 minutes. La bonne nouvelle, c’est qu’il aura l’occasion de corriger le tir très bientôt.

Pour la première fois de la saison, l’équipe de Wilfried Nancy enchaîne trois matchs en huit jours. Et elle a en plus le luxe d’aller, en locataire exemplaire, visiter son propriétaire occupant puisqu’elle affronte mercredi soir l’Inter Miami, qui a la bonté de lui prêter son stade comme domicile temporaire.

C’est bien un match à l’extérieur, mais c’est dans un milieu qu’ils connaissent relativement bien que les Montréalais tenteront de mettre fin à leur disette doublée d’une récolte d’un point sur une possibilité de six depuis deux matchs. Une disette à plus forte raison frustrante que l’équipe donne l’impression d’avoir mieux attaqué et mieux défendu, particulièrement contre Columbus il y a 10 jours, qu’à ses deux premières rencontres.

Elle s’est en tout cas créé des occasions drôlement franches, à commencer par la balle de but de Bjorn Johnsen qu’a sauvée le gardien des Whitecaps Maxime Crépeau, samedi.

L’auteur du tir en question ne s’inquiète pas trop. Il est encore tôt pour le faire, même si Johnsen reconnaît qu’il devra s’assurer de mettre ces ballons dans le but à l’avenir, d’autant plus qu’en quatre jours, Montréal, 8e, affrontera Miami, 9e, et Atlanta, 7e.

Nous essayons simplement différentes combinaisons, a soutenu Johnsen en point de presse virtuel mardi. Comme je l’ai déjà dit, le football est une question de rythme. Quand on arrive à la mi-saison, les chiffres s’améliorent. Je n’ai pas eu de présaison avec les gars. Je suis nouveau. Mon équipe nationale m’a convoqué, alors je n’ai pas eu beaucoup de séances avec le club. Je n’ai pas pu développer de chimie avec Romell [Quioto], Erik [Hurtado], Mason [Toye] ou Lassi [Lappalainen].

C’est dur de trouver du rythme avec tout le monde, mais nous voyons aussi notre progression chaque semaine.

Une citation de :Bjorn Johnsen

La veille, l’entraîneur-chef Wilfried Nancy avait clairement exposé ce qu’il espérait de son équipe en attaque : des nombres. Si au moins cinq joueurs ne participent pas à la phase offensive, a-t-il établi, c’est qu’on a mal attaqué. C’est ce que Nancy a observé dans le premier quart d’heure de la défaite contre Vancouver, mais il a aussi vu ses hommes s’ajuster pendant les trois quarts d’heure qui ont suivi.

Il donne des instructions à un joueur.

Wilfried Nancy (à gauche) a mené le CF Montréal à un dossier d'une victoire, deux matchs nuls et une défaite jusqu'ici.

Photo : Associated Press / Lynne Sladky

Il souhaite voir les siens appliquer ce principe dès le départ contre Miami, une équipe qui n’a pas gagné dans son domicile encore cette saison, contrairement à son locataire temporaire.

L’Inter a toutefois bien joué le week-end dernier pour sauver le match nul contre Atlanta sur sa pelouse, où Nancy a fait d’une pierre deux coups en espionnant ses deux prochains adversaires parmi les 8000 spectateurs. Une foule qui, selon le technicien montréalais, donne l’impression qu’il y a 100 000 personnes dans les tribunes.

On ne sera pas du tout chez nous, a répété Nancy. On sera à l’extérieur. On est habitué à ça. Mais je me disais, pendant le match de l’Inter contre Atlanta, qu’on a vraiment hâte de revenir au jeu, parce que Miami a eu des moments difficiles. Et grâce au public, ils ont trouvé l’énergie nécessaire pour revenir au pointage, sachant qu’ils étaient mal barrés. On ne sera pas chez nous.

La foule, on va faire abstraction de ça. Les joueurs sont bien concentrés sur la tâche.

Une citation de :Wilfried Nancy

Bjorn Johnsen, en tout cas, n’oserait jamais appeler la Floride un domicile pour le CF Montréal. Il emploie plutôt le terme zone de confort, une manière peut-être d’apprivoiser la distance tout en espérant au plus vite un retour à la maison.

La familiarité des lieux fait en sorte que l’enjeu est forcément rehaussé contre Miami. Avec une visite à Atlanta le week-end prochain, Johnsen se permet même de souhaiter tout haut une récolte d’au moins quatre points.

Au début de la semaine, nous espérions l’amorcer avec une victoire, a indiqué Johnsen. Nous nous attendons à gagner chaque match, c’est notre philosophie. Nous ne sommes pas allés chercher de résultat à Salt Lake [contre les Whitecaps], mais nous sommes de retour, et nous nous attendons à un résultat et à des points. Tous les points sont importants.

Après les débuts intéressants de Joaquin Torres contre Vancouver, un autre joueur au profil provocateur, Ballou Tabla, devra de son côté s’armer de patience puisqu’il s’est encore blessé à l’aine à l’entraînement. Il se remettait d’un problème semblable. Il sera absent pour une durée indéterminée.

Le bilan médical reste autrement le même, avec l’arrière central Luis Binks (genou), qui était cependant à l’entraînement mardi matin, le défenseur latéral Zachary Brault-Guillard (cuisse) et l’attaquant Mason Toye (cuisse).

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !