•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'échappée de Van der Hoorn va jusqu'au bout dans la 3e étape du Giro

Le cycliste lève les bras et serre les poings tout en hurlant sa joie.

Taco Van der Hoorn

Photo : Getty Images / LUCA BETTINI

Agence France-Presse

Le Néerlandais Taco van der Hoorn a conclu une longue échappée pour gagner la troisième étape du Tour d'Italie, lundi, à Canale, où il a précédé le peloton de quelques secondes.

L'Italien Filippo Ganna (Ineos) a conservé le maillot rose de meneur après cette troisième journée dans le Piémont.

Seul Canadien inscrit au Giro, Antoine Duchesne (FDJ) a conclu au 157e échelon, à 13 min 5 s du vainqueur. Au classement général, le Québécois cède 14 minutes à Ganna et pointe en 160e place.

À 27 ans, van der Hoorn (Intermarché) a enlevé le quatrième succès de sa carrière, de loin le plus important depuis ses débuts en 2017.

Derrière lui, avec un retard de quatre secondes, l'Italien Davide Cimolai a réglé le sprint du peloton pour la deuxième place devant le Slovaque Peter Sagan et l'Italien Elia Viviani, au terme des 190 kilomètres, au départ de Biella.

Si l'échappée initiale, formée dès les premiers kilomètres, a réuni huit coureurs, le groupe s'est désintégré sur les petites collines de fin de parcours, dans les vignobles proches d'Alba.

À neuf kilomètres de l'arrivée, van der Hoorn a distancé son dernier compagnon, le Suisse Simon Pellaud. Il a résisté ensuite à la contre-attaque menée par le Français Tony Gallopin et l'Italien Giulio Ciccone, puis surtout au retour du peloton mené par les hommes de Sagan relayés pour finir par ceux du Colombien Fernando Gaviria.

Je ne peux pas y croire. Je voulais juste être agressif pendant tout le Giro. Je savais que ce serait très difficile de gagner une étape, a dit van der Hoorn, au comble de la joie.

J'ai saisi ma chance, mais je ne pensais pas que nous réussirions avec une minute d'avance avant le final. J'ai commencé à croire que je pouvais gagner à un kilomètre de la ligne, a ajouté le solide rouleur néerlandais, dont le précédent succès remontait au mois d'octobre 2018, quelque temps après un arrêt dû à une commotion cérébrale.

Mardi, la quatrième étape se conclut en moyenne montagne, à Sestola, où l'Italien Giulio Ciccone s'était révélé en 2016 lors de la précédente arrivée du Giro. Le sommet de la dernière montée (Colle Passerino), quelque 4 kilomètres à 10 % de pente, est situé à 2500 mètres de l'arrivée, jugée dans l'arrière-pays de Modène.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !