•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De moins en moins de Québécois dans la LNH

Ils sont sur la ligne bleue.

Des joueurs du Canadien se tiennent debout pendant l'hymne national devant le logo des Maple Leafs.

Photo : usa today sports / John E. Sokolowski

En insérant Alex Belzile dans la formation samedi, le Canadien a évité de disputer un match sans joueur québécois, ce qui aurait été une première en plus de 100 ans.

L'attaquant de 29 ans faisait partie du groupe de réserve, mais il a été rappelé samedi lorsque le Canadien a confirmé que Phillip Danault souffre d'une commotion cérébrale.

Il n’y a pas qu'à Montréal que les Québécois manquent à l’appel. Cette situation est également un signe de l'air du temps dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Par exemple, l'adversaire du Tricolore samedi, les Maple Leafs, n'a employé aucun joueur de la Belle Province lors de la présente campagne.

Les Torontois représentent la quatrième formation de la ligue à n’avoir utilisé aucun Québécois cette saison.

Les autres équipes sont les Flames de Calgary, les Stars de Dallas et le Wild du Minnesota.

Les Canucks de Vancouver, les Sabres de Buffalo et les Devils du New Jersey font mention honorable avec un sur la glace dans une seule rencontre.

Dubois tente de protéger la rondelle, appuyé par son coéquipier Savard, face à Nashville.

Les Blue Jackets comptaient sur deux Québécois au début de la saison, mais Pierre-Luc Dubois et David Savard ont été échangés depuis.

Photo : Getty Images / Frederick Breedon

S’ils se comptaient par centaines jusqu’au début des années 2000, les Québécois sont de plus en plus rares dans le circuit Bettman. En 2020, seulement 55 représentants du fleurdelisé ont participé à une rencontre, un creux historique.

Ce déclin, accentué au tournant des années 2010, se fait désormais ressentir dans tous les clubs de la LNH.

Le principal pourvoyeur de talents locaux, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), ne produit plus autant qu’à l’époque.

Entre 2001 et 2010, pas moins de 259 joueurs issus de la LHJMQ ont obtenu un essai avec une équipe de la LNH. Mais de 2011 à 2020, ce nombre a chuté à 207 et cela en dépit du fait que plus d’équipes participent au repêchage aujourd’hui qu’il y a 15 ans.

Sous Geoff Molson (2011-2020) :

  • 14,66 % de joueurs repêchés par le Canadien provenaient de la LHJMQ.

  • 10,6 % de joueurs repêchés provenaient du Québec.

Sous Pierre Boivin (2001-2010) :

  • 18,9 % de joueurs repêchés provenaient de la LHJMQ.

  • 20,2 % de joueurs repêchés provenaient du Québec.

Le succès des programmes scolaires américains, qui forment de plus en plus la relève de la LNH, y est certainement pour quelque chose. L’intérêt de la population québécoise pour d’autres sports, comme le soccer et le basketball, aussi.

La réduction du bassin de candidats disponibles ne suffit pas à elle seule à expliquer l'absence de Québécois dans l'uniforme du Bleu-blanc-rouge.

Auparavant, l'organisation montréalaise accaparait la part du lion. Il y a 20 ans à peine, pas moins de 21 % des Québécois évoluant dans la LNH avaient joué au moins un match avec le Tricolore.

Ce taux est demeuré autour de 13 % pendant de longues années avant de dégringoler.

En 2020-2021, environ 4 % des hockeyeurs québécois qui ont eu l'occasion de se faire valoir dans la LNH l'ont obtenue grâce au CH.

Le propriétaire Geoff Molson a par le passé défendu son organigramme, soulevant notamment que plusieurs francophones évoluaient avec le Rocket de Laval, le club-école du Canadien.

Joueurs québécois avec le Rocket de Laval lors de la saison 2020-2021 :

  • Joël Teasdale
  • Rafael Harvey-Pinard
  • Yannick Veilleux
  • Alex Belzile
  • Laurent Dauphin
  • Tobie Bisson

Le hockey québécois est peut-être toutefois en train de renverser la vapeur.

Au dernier encan, 13 joueurs issus du hockey mineur québécois ont entendu leur nom être prononcé par un dirigeant de la LNH.

Trois joueurs de la province, y compris le premier choix au total Alexis Lafrenière, ont d'ailleurs été sélectionnés au premier tour pour la première fois depuis celui de 2013.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !