•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Derrière Mercedes-Benz (encore) la référence, Aston Martin veut progresser

Il tourne à gauche dans l'Aston Martin AMR21 au circuit de Bahreïn.

Lance Stroll

Photo : Getty Images / Bryn Lennon

Agence France-Presse

Lewis Hamilton a réalisé vendredi le meilleur temps des essais libres du Grand Prix F1 d'Espagne, quatrième manche de la saison.

Après les grandes inconnues du circuit de Portimao au Portugal, les équipes retrouvent un terrain connu à Barcelone, car elles connaissent parfaitement le circuit de Montmelo pour y avoir fait beaucoup d'essais.

Valtteri Bottas a été le plus rapide de la première séance. Lewis Hamilton a devancé son coéquipier dans la deuxième, par 139 millièmes de seconde, avec un chrono imbattable de 1 min 18 s 170/1000.

C'est un bon point de départ, a reconnu Hamilton. La piste convient parfaitement à la voiture, qui est bien équilibrée, tout comme à Portimao. Notre rythme est bon.

Un pilote dans sa voiture tourne à gauche, son coéquipier le suit.

Valtteri Bottas et Lewis Hamilton

Photo : Getty Images / Bryn Lennon

Max Verstappen (Red Bull), qui n'avait cédé que 33 millièmes de seconde au Finlandais dans la première séance, a chuté au 9e rang, à 6 dixièmes de Hamilton dans la deuxième.

À la 29e minute, le Néerlandais a raté son approche du nouveau virage no 10, ce qui a ruiné son tour. Il ne s'est pas approché de Mercedes-Benz par la suite, handicapé par un bris de l'aileron avant quand il roulait en pneus tendres.

La voiture semble assez compétitive. À part ma mauvaise approche au virage no 10, rien à signaler de particulier. On a bien travaillé, a simplement dit Verstappen. Ce nouveau virage nous fait gagner du temps sur un tour. Il est plus rapide et plus agréable à négocier. Cela dit, pour les dépassements, ce sera plus dur.

Le vent a forci en fin de séance, ce qui a gêné quelques pilotes. Les rafales avaient déjà créé des problèmes à Portimao il y a une semaine.

Derrière le duo Mercedes-Benz, on retrouve la Ferrari de Charles Leclerc, à 165 millièmes de seconde du temps de référence. Il a devancé les deux pilotes de l'équipe Alpine-Renault, Esteban Ocon (+0,296) et Fernando Alonso (+0,348).

Barcelone est toujours difficile pour l’adhérence et l’exploitation des pneus, donc il y a beaucoup à apprendre et à comprendre, a dit Ocon. Je pense que le nouveau virage no 10 est intéressant et, de notre côté, nous avons encore du chemin à faire. Nous avons fait un grand pas entre les deux séances et je l’ai ressenti dans la voiture.

Les deux séances étaient denses, nous avons essayé beaucoup de choses sur les deux voitures et cela nous donne beaucoup de données à analyser pour trouver davantage de vitesse, a-t-il ajouté.

L'équipe française progresse bien en ce début d'année et veut clairement faire partie du quatuor de tête.

C'est incroyable à quel point Alpine, McLaren et Ferrari ont fait des progrès, pas juste Red Bull, et ça nous met de la pression, a admis Hamilton, admiratif.

Aston Martin aspire à mieux

Lewis Hamilton n'a pas mentionné Aston Martin, car au contraire de ses rivales, l'équipe de Lawrence Stroll semble faire du sur place.

Le circuit de Montmelo devrait a priori mieux convenir à l'AMR21 que Portimao. En Espagne, les deux pilotes bénéficient des améliorations apportées à la voiture de Lance Stroll au Portugal.

Vendredi, Sebastian Vettel a fini la deuxième séance 11e à 77 centièmes de Hamilton, tandis que Lance Stroll a pris le 14e rang (à 0,964 s) au terme de ses 29 tours de piste (54 au total du jour).

On a beaucoup tourné, a dit Stroll. On veut en apprendre plus sur le comportement de la voiture. Il faisait chaud, il y avait du vent, mais on a bien travaillé. Les nouvelles pièces aérodynamiques nous permettent d'aller dans la bonne direction.

Ce n'est pas facile de dépasser sur ce circuit, et les temps au tour sont serrés, fait-il remarquer. Il faut donc connaître un bon samedi, et réussir les tours quand ça comptera.

L'équipe admet aujourd'hui que les changements apportés à l'AMR21 sont majeurs.

Les améliorations concernent l'aileron avant, les pontons, le fond plat, a détaillé le directeur de l'équipe Aston Martin Otmar Szafnauer.

En fait, nous travaillons sur toute la surface du fond plat pour tenter de minimiser la perte (générée par le nouveau règlement) par rapport à l'an dernier, a-t-il précisé.

Il négocie un virage.

Sebastian Vettel dans l'Aston Martin AMR21

Photo : Getty Images / Joe Portlock

Après le week-end encourageant qu'il a connu à Portimao, Vettel montre qu'il apprivoise tranquillement la voiture, malgré une instabilité du train arrière qui le surprend encore.

Il souhaite que l'équipe continue de travailler sur l'AMR21. Les équipes préparent déjà la saison 2022 qui verra l'arrivée de la nouvelle génération de monoplaces, et plusieurs équipes ont déjà arrêté le développement de leur voiture pour 2021.

Ce serait vraiment une occasion manquée d'arrêter le développement de cette auto, a-t-il expliqué dans le paddock à la presse spécialisée. La question est : sur quoi se baser pour prendre cette décision? Le nombre de points marqués? Le nombre de podiums? De victoires?

Il y a encore tant de choses qu'on peut améliorer, a-t-il ajouté.

En F1, ce sont toujours les détails qui font la différence.

Une citation de :Sebastian Vettel, pilote de F1, Aston Martin

Le circuit a changé

Il n'est plus possible de comparer les chronos, car les propriétaires du circuit ont procédé à des changements majeurs durant l'hiver. Le virage 10, un gauche serré, a fait place à une grande courbe que les pilotes n'abordent pas de la même façon.

Sur la photo, on voit bien la nouvelle courbe qui a remplacé l'ancien virage plus serré, les deux étant séparées par la grande inscription Circuit de Barcelona sur fond rouge.

Vue aérienne du virage no 10 du circuit de Montmelo, redessiné en 2021 (zone en rouge avec inscription Circuit de Barcelona)

Vue aérienne du virage no 10 du circuit de Montmelo, redessiné en 2021 (zone en rouge avec inscription Circuit de Barcelona)

Photo : Circuito de Montmelo

Le Torontois Nicholas Latifi a conclu avec le 18e temps (à 1,876 s). Il n'a pas encore réussi à descendre dans les 79 secondes au tour.

L'adhérence était mauvaise aujourd'hui, a noté Latifi. Nous avons fait des changements, mais il y a encore matière à travailler l'équilibre de base de la voiture. Nous avons travaillé sur les réglages en configuration de course, avec beaucoup d'essence. Nous ne sommes pas encore où nous voulons être.

L'équipe Williams, très handicapée par les rafales à Portimao qui déstabilise la FW43B, espère un week-end globalement plus calme à Barcelone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !