•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences Rangers-Capitals : la LNH montrée du doigt

Deux joueurs se battent sur la glace.

Les bagarres ont été nombreuses entre les Rangers et les Capitals mercredi.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Jean-François Chabot

Danièle Sauvageau et Enrico Ciccone sont unanimes et dénoncent le laxisme de la Ligue nationale de hockey (LNH) dans la flambée de violence entre les Rangers de New York et les Capitals de Washington.

Selon la directrice générale des Carabins de l’Université de Montréal et le député de la circonscription de Marquette à l’Assemblée nationale, la ligue a raté l’occasion de montrer qu’elle avait à coeur la sécurité des joueurs.

La LNH vient d'imposer une amende de 250 000 $ aux Rangers pour avoir remis en question le professionnalisme du directeur du département de la sécurité des joueurs, George Parros. Ce dernier avait limité à 5000 $, sans le suspendre, la sanction à Tom Wilson, des Capitals, pour ses attaques délibérées lundi soir à l’endroit d’Artemi Panarin et de Pavel Buchnevich. Les deux équipes se sont retrouvées mercredi, et leur match a été assombri par de nombreuses bagarres.

Danièle Sauvageau s’insurge devant l’inaction des dirigeants de la LNH, à qui elle impute la faute.

C’est définitivement le manque de responsabilité et de transparence de la Ligue nationale. Ils auraient dû expliquer davantage leur décision (de ne pas suspendre Wilson). Si on regarde le geste comme tel, c’est débattable. Mais si on parle de sécurité, de faire la promotion des meilleurs joueurs.

On a vu que la ligue a tenté de faire le ménage ces dernières années. Mais on connaît le joueur et ce n’est pas un geste de hockey. Ce n’est pas comme une mise en échec. C’est un geste délibéré, a d'abord dit l’ancienne entraîneuse en chef de l’équipe canadienne de hockey féminin.

Danièle Sauvageau

Danièle Sauvageau

Photo : Radio-Canada

Si elle se trouvait à la place des dirigeants des Rangers, Sauvageau tenterait une autre sortie.

Être à leur place aujourd’hui, je ferais un autre commentaire en disant : "Donnez-moi un autre 250 000 $ d'amende" pour, en même temps, démontrer l’absurdité de toute la situation. "Tu me donnes 250 000 pour un commentaire, et seulement 5000 à un gros bonhomme qui a pris un des meilleurs joueurs de la LNH en se laissant tomber sur lui?" Il aurait pu lui casser le cou!

Une citation de :Danièle Sauvageau, directrice générale des Carabins

Elle croit que les Rangers ont bien fait de répliquer à LNH en critiquant Parros. La réponse de la LNH, avec l’amende de 250 000 $, prouve toute l’incohérence derrière ces deux jugements, selon elle.

Extrait Enrico Ciccone sur la violence dans la LNH

Questionner les bonnes personnes

Pour le député et ancien joueur de la LNH Enrico Ciccone, il ne fait aucun doute que la ligue a manqué à son devoir.

Ce qui est le plus terrible dans tout ça et ce qui est incompréhensible, c’est que Tom Wilson est un récidiviste. Selon les règlements de la LNH, il avait déjà été suspendu pour sept matchs au mois de mars, a souligné Ciccone.

Ç’aurait dû être une suspension exemplaire parce qu’il faut lui faire comprendre. On n’aurait pas vu ce qu’on a vu hier. Je vous assure à 100 % que l’on n’aurait pas vu ces gestes de violence et de bagarres des années 1970, a-t-il renchéri.

Enrico Ciccone espère qu’une réflexion pourra découler de toute cette situation.

Peut-être qu’on va commencer à questionner les bonnes personnes à savoir qu’il faut prendre des décisions, mais qu’en tant que ligue, on n’a pas le droit d’en échapper une. Il faut vraiment bien analyser la situation et prendre des mesures en conséquence.

Une citation de :Enrico Ciccone, député libéral de Marquette
L'attaquant des Capitals empoigne Artemi Panarin par les cheveux lors d'une mêlée avec plusieurs autres joueurs des deux équipes.

Tom Wilson a reçu 14 minutes de punition lors d'une séquence dangereuse.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Au bout du compte, pour l’ancien dur à cuire, il est important d’offrir un bon spectacle tout en préservant la sécurité sur la patinoire.

En 48 heures, on n’a rien vu de ça. Il y a eu une faute grave et ça vient directement de la ligue, a-t-il affirmé.

En terminant, Ciccone a mentionné à quel point son projet de loi visant à interdire les bagarres au hockey chez les jeunes de moins de 18 ans avait reçu des accueils différents au Canada et aux États-Unis.

Mon projet a traversé les frontières du Québec et du Canada. J’ai reçu des messages, notamment d’Américains qui me traitaient de tous les noms, alors qu’ici au Québec, on saluait mon initiative.

On voit qu’il y a des mentalités complètement différentes et on comprend que la majeure partie du marché de la LNH est aux États-Unis. Gary Bettman est là pour plaire aux gouverneurs. Il est là pour leur faire faire de l’argent. Les cotes d’écoute et la majorité de ceux qui achètent des billets sont américains.

Une citation de :Enrico Ciccone

(Avec les informations d'Antoine Deshaies)

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !