•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des joueuses de l'équipe canadienne de rugby à 7 atteintes de la COVID-19

Elle court avec le ballon sous le bras droit devant deux adversaires.

Une joueuse canadienne

Photo : RugbyCanada/Twitter

La Presse canadienne

Rugby Canada a indiqué que certaines joueuses du programme de rugby à 7 ont reçu un résultat positif à la COVID-19. Elles étaient alors en quarantaine à leur retour au pays après une compétition à Dubaï.

La plupart sont asymptomatiques et toutes les athlètes et le personnel de l'équipe se portent bien, a assuré Rugby Canada par voie de communiqué. L'équipe est suivie de très près par le médecin en chef de Rugby Canada et elle reçoit les meilleurs soins possible pour assurer son bien-être.

La formation canadienne a annulé son camp afin de respecter des protocoles de quarantaine et d'isolement préventif supplémentaires.

Karen Paquin a confié à Radio-Canada Sports qu'elle ne figurait pas parmi les joueuses ayant reçu un résultat positif. La Québécoise estime que les joueuses ont pu être infectées dans leur vol de retour entre Dubaï et Seattle. Les membres de l'équipe se trouvent dans un hôtel, dans des chambres séparées, a-t-elle précisé.

L'équipe de rugby à 7 a récemment fait la manchette après avoir déposé une plainte contre sa fédération pour harcèlement et intimidation.

Une enquête indépendante a ensuite conclu que même si les comportements décrits dans la plainte avaient été rapportés par plusieurs joueuses, ils n'entraient pas dans la définition du harcèlement ou de l'intimidation.

L'entraîneur-chef John Tait, qui assure être innocent, a remis sa démission. Entre-temps, il a déclaré qu'il appuie la diffusion du rapport d'enquête.

Rugby Canada a cependant indiqué que sa politique l'empêche de diffuser les conclusions de l'enquête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !