•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des investisseurs à la rescousse de Raphaël Lessard?

Il a les mains dans les poches, à droite de sa camionnette.

Raphaël Lessard

Photo : Getty Images / Chris Graythen

Le groupe d'investisseurs québécois qui a financé en majeure partie l'ascension de Raphaël Lessard aux États-Unis serait disposé à l'appuyer de nouveau en 2022 après une pause d'une saison, mais à certaines conditions.

Le pilote, contraint de renoncer au reste de la saison 2021 au volant de sa camionnette de la série NASCAR en raison d'un manque de fonds, pourrait miser sur cette réconciliation pour poursuivre sa prometteuse carrière sur les circuits ovales.

Mercredi, la famille Lessard a fait savoir qu'elle préférait prendre un peu de recul avant de commenter publiquement la situation. Elle a précisé qu'elle n'avait pour le moment rien de concret à annoncer à propos de la prochaine saison.

Selon nos sources, ces hommes d'affaires, qui sont pour la plupart de grands amateurs de courses, désirent accorder une autre chance au coureur. Mais ils doivent rétablir des liens solides avec sa garde rapprochée pour que le projet se matérialise. Ces investisseurs n'ont pas participé au financement du pilote en 2021 en raison d'une mésentente sur le fonctionnement et la gestion de la carrière de l'espoir québécois.

Lundi, l'écurie GMS Racing, son équipe pour sept courses cette saison, a mis un terme à regret à son association avec lui parce qu'il n'était plus en mesure de verser une somme estimée à environ 200 000 $ mensuellement pour maintenir sa place dans la camionnette no 24. Sa 3e place sur la terre battue de Bristol a été son meilleur résultat.

GMS Racing en priorité

Selon ce qu'on a appris, les alliés de la première heure de Raphaël Lessard souhaitent avant tout qu'il retrouve son volant avec GMS Racing en 2022. Ils seraient beaucoup moins enclins à piger dans leurs poches si Lessard devait se contenter d'un volant dans une écurie de milieu ou de fond de grille.

Si l'équipe championne de la saison dernière laissait le jeune homme monter à nouveau à bord de l'une de ses camionnettes en 2022, leur présence auprès de Lessard serait, dit-on, assurée à 100 %.

Un pilote de talent doit demeurer dans une bonne équipe, auraient-ils convenu. Autrement dit, ils ne financeront pas la carrière de quelqu'un qui ne peut pas se battre pour la victoire à chaque course.

Par contre, il faudra que toutes les personnes autour de l'athlète de 20 ans s'entendent sur un plan d'affaires précis pour éviter les frictions qui ont mené à la division du groupe en novembre. Cela n'est pas chose faite.

Cet épisode a coûté cher au jeune Beauceron en 2021, car il n'a pas été en mesure de boucler son budget. Lessard n'aura pris part qu'au tiers de la saison.

L'embauche tardive en 2020 de Libeccio Racing pour procéder à la recherche de commanditaires n'a pas fourni les résultats escomptés. Une mission jugée par plusieurs observateurs trop ambitieuse dans un contexte économique rendu plus difficile par la pandémie. L'agence aurait encore des contacts avec le clan Lessard, bien qu'elle soit moins présente.

De bonnes intentions

Un rapprochement inattendu entre les différents acteurs de cette aventure aurait eu lieu récemment. Les frustrations de l'époque se seraient petit à petit estompées, même si tout n'est pas réglé. Mais tous les intervenants seraient remplis de bonnes intentions. Mais on sait que les bonnes intentions n'ont pas beaucoup de valeur quand arrive le temps de payer ses comptes...

Selon nos informations, les investisseurs voient d'un bon oeil l'idée d'un retour en piste en 2022 plutôt qu'un sauvetage in extremis de la saison 2021. Cette pause accordera une certaine marge de manœuvre au clan Lessard pour établir avec eux une meilleure planification, une meilleure structure, pour bien définir les rôles de chacun et pour éviter les mauvaises surprises de dernière minute.

La présence d'un intermédiaire fort entre l'écurie et le pilote serait un atout non négligeable. Mais il faudra que tout le monde passe à l'action rapidement pour envoyer un message clair à GMS Racing ou à une autre écurie qui souhaiterait faire confiance à Raphaël Lessard et, surtout, à ses créanciers.

Le jeune pilote a, dans la tourmente, faut-il le souligner, maintenu un discours positif envers tous.

Lessard est toujours en Caroline du Nord. Il prévoit de rentrer bientôt au Québec pour occuper un emploi dans la compagnie de transports de son père cet été. Il s'accroche à l'espoir d'un retour, mais il avoue que c'est un peu frustrant pour lui de voir d'autres pilotes parmi ses rivaux ne pas avoir à se soucier de l'aspect financier de leur carrière. Visiblement, cela commence à nuire à son moral, mais sa force de caractère ne fait pas de doute.

Il a souvent réussi à sortir un lapin de son chapeau pour surprendre la galerie comme lors de sa victoire au prestigieux circuit de Talladega en octobre 2020, ou chaque fois qu'il a dû courir sans savoir s'il s'agissait de sa dernière épreuve, faute de moyens pour maintenir sa place parmi l'élite.

Cette fin de saison forcée pourrait toute de même tourner à la faveur de Lessard. Surtout si elle procure une occasion à son entourage de mettre en place un plan de match pour satisfaire ses alliés de longue date qui souhaitent le voir disputer une saison complète l'an prochain et assister aux épreuves.

Solution à court terme

Cependant, même si la pandémie de COVID-19 a le dos large, cela n'écarte pas une vérité criante : il faudra non seulement l'ajout d'autres partenaires, mais aussi un jour, dans un avenir pas si lointain, d'un commanditaire majeur pour que Raphaël Lessard continue sa route aux États-Unis. Ce groupe d'investisseurs ne peut déjà suffire aux besoins d'un jeune pilote de la troisième division de la NASCAR à lui seul. Gravir les échelons s'annonce un projet emballant, mais périlleux et dispendieux.

Leur présence aux côtés de Raphaël Lessard ne permettrait à son équipe que de gagner du temps pour convaincre des entreprises de grande envergure de s'associer au pilote.

Depuis le début de la semaine, sur la page web de GMS Racing, la photo de Raphaël Lessard n'apparaît plus parmi celles des pilotes. Elle a spécifié que c'est en raison de circonstances malheureuses que Lessard ne piloterait plus sa camionnette no 24 cette saison.

Le Québécois doit maintenant espérer qu'un heureux concours de circonstances le ramène avec des appuis solides en piste, et assez vite. Parce que la ligne d'arrivée est proche. Et que son prochain tour pourrait être digne de celui d'un magicien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !