•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces faux pas si récurrents à bannir rapidement

La rondelle libre devant lui, l'attaquant du Canadien tente de contourner le défenseur Jacob Bernard-Docker, des Sénateurs, qui essaie de le retenir.

Jake Evans a joué 14 minutes contre les Sénateurs.

Photo : Getty Images / Matt Zambonin/Freestyle Photo

Tout bien compté, Dominique Ducharme aura prononcé le mot « mauvais » sept fois dans l’un de ses plus courts points de presse d’après-match de mémoire d’homme.

Et comme son règne aussi est court, fusse-t-elle d’homme cette mémoire, l’on doute qu’elle soit ici prise en défaut.

Il y avait les équivalences anglophones, évidemment, et les variantes de type on n’a pas été bons.

Mauvais, le Canadien l’a franchement été mercredi soir contre les Sénateurs dans une défaite de 5-1 à Ottawa.

Nomme une situation, on a été mauvais. Aussi simple que ça, a résumé l’entraîneur.

En soutien au porteur du disque? Mauvais.

En relance de l’attaque? Mauvais.

Dans les batailles à un contre un? Mauvais.

Arrêtez, vous allez le faire fâcher.

Pour accorder des retours et céder la propriété de l’enclave à l’adversaire à un coût modique? Ah ça, par exemple.

Le CH a obtenu cinq chances de marquer de qualité durant toute la rencontre selon le site Natural Stat Trick, et seulement deux au cours des 40 premières minutes alors que le match était toujours à sa portée.

Tout ça contre un adversaire déjà éliminé, mais qui a donné du fil à retordre au Tricolore toute la saison. Il s’agissait d’ailleurs d’une sixième victoire des Sénateurs en 10 matchs contre les Montréalais. Un adversaire qui laisse toute la place aux jeunes qui ont l’air de s’amuser comme à leur première visite aux glissades d’eau qui, évidemment, jouent sans pression dans un contexte idéal pour acquérir de l’expérience.

Tout ça joue en leur faveur. Montréal, pour sa part, a besoin de trois points pour assurer sa qualification éliminatoire et aurait pu rendre la tâche impossible à ses rivaux en allant en chercher deux ce soir. Même si sa participation éliminatoire est presque assurée, il y avait tout de même un enjeu pour le Canadien.

 Il manie la rondelle derrière le filet.

Corey Perry

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Peut-être avait-il la tête ailleurs? À Toronto, par exemple, où les attendent, les pieds sur le divan, les Maple Leafs pour un programme double jeudi et samedi. Des Leafs que le Bleu-blanc-rouge pourrait fort bien rencontrer dès le premier tour éliminatoire. À moins qu’il ne croise plutôt le fer avec les Oilers qui, eux, seront de passage au Centre Bell pour deux rencontres la semaine prochaine.

Des matchs plus significatifs. Ce serait humain d’avoir ainsi l’esprit vagabond. Jeff Petry ne partageait pas cet avis.

Je ne pense pas qu’on aurait dû penser comme ça si c’était le cas pour certains gars. On savait qu’ils compétitionneraient. Ils ont travaillé fort et on n’était pas prêts à égaler leur effort. Ça ne peut pas arriver à ce temps de l’année. On ne peut pas avoir un match plein de mauvaises habitudes. On doit resserrer tout ça et s’assurer qu’on est à notre meilleur si on veut se donner un élan avant d’arriver dans les séries, a laissé tomber le défenseur.

Parlons-en de ces mauvaises habitudes d’ailleurs.

Au suivant

Pour une cinquième fois de suite, le Canadien a accordé le premier but. Incroyablement, il avait remporté trois des quatre matchs avant ce soir. Incroyablement, car durant toute la saison, l’équipe n’avait enregistré que deux victoires avant cette séquence heureuse.

Pourquoi d’aussi lents départs?

Je n’ai pas d’explication, a lancé Josh Anderson.

Ce genre d’incongruités a toutefois une limite, que l’on a vue mercredi soir.

La bonne nouvelle : le CH pourra rapidement passer à autre chose en raison de ce duel du lendemain contre Toronto.

Le duel du lendemain, la meilleure façon d’oublier l’erreur de la veille.

À moins que le principal problème de cette équipe à ce stade de la saison soit la fatigue – ce qui est bien possible étant donné le calendrier effréné qui est le sien – auquel cas, le début de match risque d’être tout aussi compliqué face à une formation reposée et prête à en découdre après avoir laissé filer une victoire à Montréal lundi soir.

Il n’y a pas grand-chose à retirer de ce match, a cru Petry.

On n’aura pas le temps de s’attarder à ça. On doit juste s’assurer d’être prêt à temps.

Une citation de :Jeff Petry

Quelques minutes plus tard, Ducharme a nuancé ces propos.

Tu la flushes pas complètement. On doit utiliser ça pour trouver une réponse et rebondir [jeudi soir], a-t-il expliqué, ajoutant qu’il s’adonnerait, avec ses joueurs, à une séance vidéo de ladite rencontre.

Le Tricolore donne quand même l’impression d’entrer en séries éliminatoires par la petite porte dérobée. Il a profité de la faiblesse de la division canadienne pour s’y faufiler. Chaque fois qu’il laisse croire à une embellie, à une équipe qui a enfin réussi à assembler tous les beaux morceaux de casse-tête dont elle dispose, des prestations amorphes rappellent l’identité complexe de cette édition saugrenue.

Sur Twitter, le collègue Marc Antoine Godin a souligné une statistique effarante. Exception faite des 10 premières rencontres de la saison où le CH a compilé une fiche héroïque de 7-1-2, dont quatre victoires contre les Canucks, les Sénateurs ont depuis présenté un meilleur dossier, soit 44 points contre 41.

Certes, le calendrier est ardu. Vrai aussi que le Canadien joue ces jours-ci sans six de ses principaux joueurs et non les moindres.

Sans vouloir s’acharner sur les vaillants et talentueux Sens qui en feront souffrir plusieurs sous peu, c’est inquiétant malgré tout.

Le CH ne peut pas compter sur Cole Caufield pour lui sauver la mise tous les soirs. De toute façon, il faut au moins lui donner la chance d’atteindre la prolongation pour qu’il le fasse.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !