•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Danny Maciocia met le talent québécois en vitrine pour les Alouettes

Il est assis à une table derrière un micro et un casque de football.

Danny Maciocia

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Depuis sa nomination à la tête des Alouettes, Danny Maciocia a dirigé deux séances de repêchage et en a profité pour ajouter 10 joueurs issus du système de football québécois.

Maciocia a aussi fait signer des contrats à une dizaine de joueurs autonomes québécois qui évoluaient ailleurs dans la Ligue canadienne.

L’ancien patron des Carabins de l’Université de Montréal dit ne pas avoir à justifier ses choix, mais il le fait quand même.

Il y a du talent au Québec… Il y a du talent au Québec, je le répète.

À un moment donné, on va savoir si ça fonctionne ou non, si on est capable d’avoir du succès avec cette philosophie. Mais, à talent égal, on va garder nos meilleurs effectifs chez nous.

Une citation de :Danny Maciocia, directeur général des Alouettes de Montréal

Quand on lui fait remarquer qu’il a choisi beaucoup d’anciens joueurs des Carabins, il fait le parallèle avec les Cowboys sous la gouverne de Jimmy Johnson.

Regardez comment Jimmy Johnson a bâti Dallas. Beaucoup de joueurs de l’Université de Miami, mais aussi des joueurs qu’il avait tenté de recruter pour les amener à Miami, comme Troy Aikman.

Il a choisi des joueurs qui pouvaient jouer, mais qu’il connaissait, parce qu’ils avaient joué pour lui ou parce qu’il les avait recrutés.

Parmi les joueurs québécois qu’il a repêchés ou qu’il a embauchés, tous n’ont pas joué à l’Université de Montréal, mais la plupart d’entre eux y avaient été invités.

Repêcher Lestage constitue un risque calculé

Le directeur général des Alouettes a fait jaser mardi soir en utilisant son premier choix, en début de deuxième tour, pour réclamer un ancien des Carabins, le joueur de ligne offensive Pier-Olivier Lestage, même s’il est déjà sous contrat avec les Seahawks de Seattle dans la NFL.

Il ne s’attend pas à voir Lestage dans l’uniforme montréalais la saison prochaine et peut-être même jamais.

Ça valait la peine de prendre ce risque, un risque calculé, après plusieurs conversations avec Seattle. Moi, je pense qu’il va être à Seattle pour les prochaines années. Je ne peux pas dire si c’est deux ou trois, mais c’est un joueur pour qui ça vaut la peine d’attendre. Parce que, si jamais il se pointe dans la Ligue canadienne, ça peut être un joueur qui va jouer 8, 10 ou 12 ans.

Parmi les cinq joueurs repêchés mardi, certains ont déjà décidé de retourner disputer une dernière saison universitaire. C’est le cas du joueur de ligne offensive Patrick Davis, un athlète originaire de Gatineau, qui évolue avec l’Orange de Syracuse dans la NCAA.

Davis n’a joué qu’un match la saison dernière en raison d’une blessure. Il se dit maintenant rétabli et vise une solide dernière saison pour se préparer à passer au prochain niveau.

Maciocia a eu de bons mots pour les cinq joueurs choisis mardi. Il a été particulièrement élogieux à l’endroit du joueur de ligne offensive Chris Fournier, un Ontarien qui jouait à l’Université Lehigh en Pennsylvanie.

Il peut jouer partout sur la ligne. Il a eu 22 ou 23 départs consécutifs. Il a joué comme bloqueur à gauche, si je ne m’abuse, dès son année recrue. Je l’ai vu jouer au centre contre Wagner, une équipe qui avait deux joueurs de ligne défensive qui se retrouvent dans la NFL. À 18 ans, une vraie recrue à peine sortie d'Ottawa. Et il s’en est très bien tiré.

Deux Québécois de plus

Les Alouettes ont annoncé mercredi qu’ils avaient retenu les droits de deux autres joueurs du circuit universitaire québécois, le secondeur Kean Harelimana et le receveur de passes Mathieu Robitaille, deux joueurs du Rouge et Or de l’Université Laval.

Harelimana rejoindra son frère Brian à Montréal. Après avoir évolué avec les Cheetahs de Vanier au niveau collégial, les deux jeunes hommes étaient devenus adversaires à l’université, puisque Brian avait choisi les Carabins et Kean, le Rouge et Or.

Robitaille a capté 19 passes pour des gains de 223 verges, en plus d’inscrire un touché en 2019.

L’athlète de Québec a laissé sa marque contre les Carabins. Il a lancé une passe de touché de 44 verges lors d’un jeu truqué pour mener son équipe à la victoire. Il a été un membre des éditions championnes de la Coupe Vanier en 2016 et en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !