•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le soccer anglais veut une loi pour contrer le racisme sur les réseaux sociaux

Des joueurs de soccer font leur entrée sur le terrain.

Le message « Non au racisme » lors d'un match de la Ligue des champions

Photo : AP / Francois Mori

Agence France-Presse

La Fédération anglaise de soccer (FA) a appelé le gouvernement à légiférer sans tarder pour obliger les réseaux sociaux à agir contre les insultes en ligne après quatre jours de boycottage par les équipes, les instances et les joueuses et joueurs.

Le ministre britannique du Numérique, des Médias, de la Culture et des Sports, Oliver Dowden, s'est engagé le 30 avril à ce que l'examen parlementaire d'un projet de loi commence rapidement.

Les sanctions possibles vont d'une amende pouvant atteindre 10 % du chiffre d'affaires mondial des réseaux sociaux incapables de mettre fin aux messages racistes et haineux, jusqu'au blocage de ces réseaux s'ils échouent à les supprimer.

La loi entrerait en vigueur en 2022.

La FA, les clubs de la Premier League, de la deuxième division et de la Super Ligue de soccer féminin avaient décidé ce week-end de ne pas alimenter leurs comptes, soit du vendredi 30 avril au lundi 3 mai, en signe de protestation.

D'autres organisations du monde du soccer représentant les athlètes, les arbitres et les entraîneurs, ainsi que d'autres sports comme le rugby, le cricket et la F1 se sont joints au mouvement.

Plusieurs pilotes de F1, dont le Canadien Nicholas Latifi, avaient exprimé leur point de vue avant de fermer leurs comptes pour le week-end du Grand Prix du Portugal.

Je ferai silence ce week-end sur les réseaux sociaux, a écrit le Torontois. Je suis fier d'appuyer le combat contre la haine et l'intimidation qui font souffrir trop de gens. Je suis pour toute initiative pouvant braquer les projecteurs sur ce problème.

Cela doit cesser.

Une citation de :Nicholas Latifi, pilote de F1 de l'équipe Williams

Dans un communiqué, publié mardi, la FA a affirmé que cette initiative démontrait notre colère collective, mais ne suffirait pas à éliminer les insultes.

Nous allons continuer de demander aux propriétaires des réseaux sociaux de modifier le fonctionnement de leurs plateformes, aux gouvernements d'adopter rapidement une législation forte et de demander que les gens dénoncent et informent sur les insultes en ligne quand ils les constatent.

Plusieurs joueurs, comme Marcus Rashford (Manchester United) et Reece James (Chelsea), ont été la cible d'insultes sur les réseaux sociaux ces derniers mois.

Une affiche qui dit : pas de place pour le racisme.

Des propos antisémites ont été tenus par un groupe d'amateurs de West Ham United avant un match de la Premier League.

Photo : Getty Images / Julian Finney

Le ministre Dowden avait annoncé en décembre 2020 un projet de loi sur la sûreté en ligne qui devait établir une référence mondiale avec réglementation plus exhaustive.

Il tente de maîtriser le ballon devant un adversaire.

Le message de Cristiano Ronaldo sur Instagram : Dans le monde et dans le monde du soccer, nous avons besoin de plus d'éducation et de plus de respect. Non au racisme et à toute autre forme d'insulte et de discrimination.

Photo : Instagram / Cristiano Ronaldo

Nous demandons maintenant à Facebook, Instagram et Twitter d'utiliser leur pouvoir pour changer les choses et s'assurer qu'il y a de véritables sanctions pour la haine en ligne, a expliqué la FA. Nous invitons ces réseaux sociaux à répondre à nos demandes.

Dans un message sur Twitter, Manchester United a affirmé que le boycottage est fini. Mais notre tâche d'éliminer toute forme de discrimination ne l'est pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !