•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des investissements de 70 millions dans les infrastructures sportives de Montréal

Une femme en tailleur donne un point de presse.

Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Les gouvernements fédéral et provincial ont annoncé lundi qu’ils investiront près de 70 millions de dollars dans 10 projets d’infrastructures récréatives et sportives dans la grande région de Montréal.

Québec et Ottawa réserveront notamment une enveloppe totale de 20 millions de dollars pour la rénovation et la reconstruction du complexe récréatif Gadbois, dans l’arrondissement du Sud-Ouest. Une réfection partielle du Patro le Prévost, dans Villeray, et la réfection de la piscine et de la pataugeoire Joseph-Paré, dans Rosemont–La Petite-Patrie, font également partie des projets retenus.

Cette annonce s’inscrit dans le Programme d'aide financière aux infrastructures récréatives et sportives. Il prévoit des investissements de quelque 294 millions de dollars dans 176 projets, a précisé en conférence de presse Isabelle Charest, ministre québécoise déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine.

Je crois que la pandémie nous a fait réaliser à quel point les activités physiques étaient importantes pour notre santé physique, évidemment, mais aussi pour notre santé mentale, a souligné Mme Charest. Pouvoir donner des infrastructures de qualité à nos citoyens, ça contribue au plaisir, au bonheur, à la santé.

La ministre Charest a cependant reconnu que le travail est loin d’être terminé. La valeur totale des projets présentés, qu’ils aient été acceptés ou non, atteint 1,5 milliard de dollars, a-t-elle indiqué.

Les installations récréo-sportives, au Québec, ont grandement besoin d’amour, a ajouté sa collègue Chantal Rouleau, ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal. Ça saute parfois aux yeux. Parfois, c’est un peu caché et diffus. Mais les besoins sont là à divers degrés pour ces installations. Montréal n’y échappe pas, c’est une réalité.

Les besoins de rattrapage vont continuer d’être très présents pendant encore quelque temps […] Les travaux de rénovation et de reconstruction du centre Gadbois donnent un réel exemple des possibilités qu’un tel programme de financement conjoint peut offrir.

Une citation de :Chantal Rouleau, ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

Les 10 projets retenus recevront également un peu plus de 84 millions de dollars des municipalités ou d’autres partenaires.

D’autres annonces sont prévues dans différentes régions du Québec au cours des prochaines semaines.

Du bon en attendant la relance pour Sports Québec

L'annonce commune a été accueillie favorablement du côté de Sports Québec, l'organisme directeur du sport fédéré dans la province.

Son directeur général par intérim, Luc Fournier, souligne cependant qu'il s'agit là d'une petite dose d'espoir en attendant que se réalise l'objectif à court terme du milieu du sport québécois, c'est-à-dire la relance des activités.

Ça motive les gens, ça motive les bénévoles, ça motive tout le monde à vouloir embarquer. Mais concrètement, je le répète, ma préoccupation, c’est de repartir le plus vite possible en respectant les consignes de la santé publique. On sait qu’il y a un problème. Il faut maintenant voir comment on peut le régler. Des annonces comme celle-là, ça nous motive. Ça nous dit qu’il y aura quelque chose de mieux. Mais vite, repartons.

Le DG par intérim de Sports Québec souhaite par ailleurs que de telles annonces contribuent à atténuer le désengagement de la population envers le sport depuis le début de la pandémie, particulièrement parmi les adolescents, et rappelle que de nombreuses fédérations sportives en ont souffert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !