•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une culture toxique dans le milieu de la gymnastique australienne

Des mains tiennent une barre.

Gros plan sur une athlète pendant un programme

Photo : AP Photo/Rebecca Blackwell

Associated Press

Un examen indépendant du milieu de la gymnastique en Australie fait état d’une culture toxique propice aux abus physiques, psychologiques et sexuels envers les jeunes athlètes.

En août dernier, après avoir reçu des plaintes d’abus physique et psychologique d’au moins 20 anciens athlètes, dont des médaillés des Jeux olympiques et des Jeux du Commonwealth, Gymnastics Australia avait demandé à la Commission australienne des droits de la personne de se pencher sur son sport, sa culture et ses pratiques.

Parmi ses conclusions présentées lundi, la Commission déplore un accent sur la victoire à tout prix, le jeune âge des athlètes féminines, une culture de domination et une tolérance des comportements problématiques.

Kate Jenkins, membre responsable des questions de discrimination sexuelle à la Commission, a indiqué que des gymnastes avaient raconté des expériences d’abus, d’inconduite et d’intimidation. L’examen de ces témoignages a révélé une culture très problématique […] qui se reflète dans les pratiques d’entraînement, la santé, la sécurité et le bien-être des gymnastes, le traitement des plaintes et la gouvernance.

Gymnastics Australia, qui qualifie le rapport de percutant, reconnaît qu’il souligne des problèmes comme le silence imposé aux athlètes, l’importance malsaine accordée au "corps parfait", particulièrement chez les jeunes athlètes féminines, et l’acceptation de pratiques d’entraînement archaïques et autoritaires.

Par communiqué, Gymnastics Australia affirme qu’elle adoptera l’ensemble des 12 recommandations formulées dans le rapport et s’excuse sans réserve à tous les athlètes et à leur famille pour toute forme d’abus qu’ils auraient subis dans leur pratique sportive.

Nous remercions également les athlètes et les autres membres de notre communauté qui ont participé, avec beaucoup de courage, à ce processus, écrit aussi la fédération.

Environ les trois quarts des quelque 320 000 personnes du milieu de la gymnastique en Australie sont de sexe féminin. Les responsables de l’examen indépendant ont reçu 138 déclarations écrites.

La gymnastique est également sous la loupe aux Pays-Bas, où la fédération nationale a suspendu son programme féminin pour se pencher sur des allégations d’intimidation et d’abus, et en Grande-Bretagne, où la fédération réclame une enquête indépendante sur des allégations de mauvais traitements.

Aux États-Unis, des centaines de femmes ont dénoncé le médecin Larry Nassar, qui a été condamné en 2018 à des peines allant de 40 à 125 ans de prison pour avoir abusé de centaines d’athlètes lorsqu’il travaillait pour la fédération nationale de gymnastique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !