•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les athlètes canadiens seront vaccinés avant Tokyo, croit le médecin du COC

Ils marchent dans le stade.

Plusieurs membres de la délégation canadienne à la cérémonie d'ouverture des Jeux de Rio en 2016.

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Radio-Canada

Le médecin de l'équipe olympique canadienne est convaincu qu'avec le rythme du déploiement des vaccins au pays, tous les athlètes seront vaccinés avant les Jeux olympiques de Tokyo cet été.

Mercredi, des représentants de Natation Canada et d’Athlétisme Canada demandaient au gouvernement que la délégation olympique soit vaccinée en priorité.

Si la plupart des Canadiens vont recevoir au moins une dose du vaccin d’ici la fête du Canada, pourquoi est-ce que l’on ne pourrait pas prioriser les athlètes, mais aussi le personnel autour d’eux qui vont se retrouver dans une situation à risque, avait déclaré à nos collègues de CBC Sports le chef de la direction à Athlétisme Canada, David Bedford.

L’Australie et la France ont annoncé mardi qu’ils allaient vacciner leurs délégations olympiques en priorité et la Corée du Sud en a fait de même jeudi.

La position du gouvernement et du Comité olympique canadien (COC) a toujours été que les athlètes respecteront l'ordre de priorité dans l'administration des vaccins.

Selon le Dr Mike Wilkinson, médecin-chef du COC, prioriser les athlètes ne sera de toute façon probablement pas nécessaire.

Le Canada a vacciné environ un peu plus de 30 % de sa population, et nous nous en tirons donc plutôt bien, a-t-il déclaré à La Presse canadienne. Ça va très vite. Je suis convaincu que les athlètes vont se faire vacciner, ainsi que le reste de l'équipe (entraîneurs, etc.), avant de partir pour Tokyo.

Questionné cette semaine à ce sujet par Radio-Canada Sports, le ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault a voulu se faire rassurant.

Les provinces et territoires sont responsables de la vaccination, alors que le fédéral est responsable de l’approvisionnement, a rappelé le ministre. Je pense que, dans la mesure où il y a de plus en plus de vaccins, que le Québec croit pouvoir vacciner tout le monde d’ici la fin du mois de juin, c’est un problème qui va se régler de lui-même.

Le ministre ajoute toutefois que le fédéral reste à l’affût et qu’il ne voudrait pas que la question de la vaccination empêche nos athlètes de pouvoir participer aux Jeux olympiques.

Vaccination de masse

Le Dr Wilkinson souligne les récentes annonces en Ontario et au Québec selon lesquelles toute personne âgée de 18 ans et plus devrait avoir accès aux vaccins d'ici la fin mai.

L'arrivée du vaccin à dose unique Johnson & Johnson tombe également bien, a ajouté Wilkinson, et même une seule dose de vaccin à doses multiples offre une excellente prévention des maladies graves.

Nous devons comprendre que les vaccins préviennent des maladies graves et des complications. Cela n'élimine pas à 100 % les risques que vous contractiez réellement le virus, mais c'est une protection importante.

Mais cela ne signifie pas que vous pouvez abandonner toutes les autres mesures de prévention, et c'est pourquoi nous avons souligné que nous avons le pouvoir de minimiser l'exposition, qui passe essentiellement par les masques, la distanciation physique, l'hygiène, le lavage des mains, la désinfection et tout le reste.

Une citation de :Dr Mike Wilkinson, médecin-chef du COC

Les organisateurs japonais ont publié leur dernière édition du guide de procédures cette semaine. Il décrit les mesures de sécurité et les restrictions en vigueur aux Jeux, y compris les tests quotidiens de dépistage à la COVID-19 pour les athlètes.

Les athlètes resteront dans une bulle, se déplaçant uniquement entre le village des athlètes, les sites de compétition et les sites d'entraînement.

Une infirmière recueille un échantillon nasal à l'hôpital de Fujimino, au Japon, le 18 décembre 2020.

Une infirmière recueille un échantillon nasal à l'hôpital de Fujimino, au Japon.

Photo : Getty Images / Carl Court

Le Dr Wilkinson a révélé que les tests quotidiens étaient une bonne nouvelle et contribueraient grandement à réduire le risque que des porteurs asymptomatiques provoquent une transmission.

L'équipe canadienne prévoit de mettre en œuvre ses propres protocoles pour un niveau de sécurité supplémentaire. Il a précisé que l'équipe recherchait une technologie pour contrôler la qualité de l'air et travaillait en partenariat avec des entreprises pour la désinfection et la stérilisation de la zone canadienne du village des athlètes, qui comprend les hébergements de l'équipe canadienne et ses propres centres d'entraînement et médicaux.

Préparation au pire

Le message du Canada aux athlètes, a dit le Dr Wilkinson, est de ne pas s'inquiéter des dates de vaccination.

De toute évidence, pour les athlètes, ne pas savoir (quand et s'ils seront vaccinés) crée un stress mental et une anxiété importante, a-t-il reconnu. Nous nous préparons toujours aux pires scénarios et vous espérez vraiment qu'ils ne se produiront pas. Mais, au moins, vous avez pris en compte tous les facteurs d'atténuation.

Nous avons informé les athlètes et les équipes que nous ne voulons pas gaspiller notre énergie et notre stress mental à nous soucier de ce que font les autres, dit le Dr Wilkinson. Nous ne pouvons contrôler que ce que nous faisons. Et ce que nous devons faire, c'est minimiser nos risques.

Ce serait formidable si tous ceux qui vont aller aux Jeux olympiques étaient vaccinés. La réalité, étant donné que nous avons plus de 200 pays représentés, c'est que tout le monde ne sera probablement pas vacciné. Mais même avec cela, nous pouvons minimiser les risques de contagion.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !