•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La NWHL retarde ses plans d'expansion pour Montréal

Elle suit la rondelle des yeux pendant un match.

La gardienne de but du Six de Toronto, Elaine Chuli

Photo : Michelle Jay/NWHL

Radio-Canada

La Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) a annoncé mercredi qu'elle renonçait pour le moment à l’ajout d’une équipe à Montréal.

Le circuit professionnel féminin a aussi indiqué qu'il doublera son plafond salarial à 300 000 $ pour chacune de ses six équipes.

Cela signifie que le salaire moyen passera à 15 000 $. Le partage des revenus de commandites permet aux joueuses d’aller chercher quelques dollars supplémentaires.

La NWHL est parvenue à augmenter sa visibilité cette saison grâce notamment à la télédiffusion des demi-finales et de la finale qui ont attiré en moyenne plus de 100 000 téléspectateurs sur NBCSN.

Miles Arnone, président du Pride de Boston et investisseur dans le groupe BTM qui dirige l’équipe de Toronto, est aussi celui qui est derrière le projet d’expansion dans la métropole québécoise.

Il estime que le circuit pouvait se permettre l’augmentation des masses salariales, même si la ligue ne génère pas encore de profits.

C’est substantiel, mais ce n’est pas la fin. C’est le début d’un processus que nous pensons poursuivre au cours des prochaines années.

Solidifier Toronto avant de lancer Montréal

Pour ce qui est de l’expansion à Montréal, la ligue a décidé de la remettre jusqu'à la saison 2022-2023 en raison des incertitudes liées à la pandémie, particulièrement au Canada.

Miles Arnone a donné un second souffle à la NWHL depuis qu’il a acquis le Pride, il y a deux ans.

Il veut maintenant consolider l’équipe torontoise avant de lancer un nouveau projet à Montréal.

Nous allons avoir une expansion. Nous avons des plans très concrets pour le faire et je pense que vous pouvez vous attendre très certainement à une expansion pour la saison 8, a déclaré M. Arnone.

À notre avis, il vaut mieux prendre un peu plus de temps et mettre en place une meilleure infrastructure pour cette nouvelle équipe, avec les meilleures personnes pour avoir une meilleure chance de succès.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !