•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entraîneur de l'équipe canadienne de rugby féminin à 7 démissionne

Les joueuses se tiennent par les bras.

John Tait entouré de ses joueuses, lors d'un match en 2015.

Photo : The Canadian Press / NEIL DAVIDSON

Radio-Canada

Rugby Canada a annoncé lundi que l’entraîneur de l’équipe de rugby féminin à 7, John Tait, a remis sa démission. En janvier dernier, d’anciennes et actuelles joueuses de l’équipe s’étaient plaintes de son comportement.

John Tait a aidé l’équipe canadienne à triompher aux Jeux panaméricains, à Lima, en 2019. Il travaillait à la fédération canadienne depuis plus de 10 ans.

Une enquête a été menée cet hiver par une tierce partie, une firme spécialisée en ressources humaines, afin de déterminer si le comportement de l’entraîneur contrevenait à la politique de la fédération sur l’intimidation et le harcèlement.

Les enquêteurs ont récolté les témoignages de 37 athlètes. Ils ont conclu que le comportement adopté par Tait ne se qualifiait pas comme étant du harcèlement, selon la définition de la fédération.

Les deux parties ont toutefois décidé qu’il était préférable que Tait quitte l'équipe.

L'ancien joueur professionnel a donc remis sa démission comme entraîneur-chef et comme directeur de la haute performance.

Je n’ai pas été surpris que l’enquête, à laquelle j’avais donné mon appui, ait révélé que les plaintes étaient non fondées et ne brisaient aucune règle de la politique de Rugby Canada, a mentionné Tait dans une déclaration écrite lundi. Mais peu importe, je ne désire plus poursuivre mon implication au sein de l’équipe nationale.

Dans un communiqué publié ultérieurement, la fédération a reconnu que les résultats de l’enquête ne satisfaisaient pas les joueuses. Nous constatons que les joueuses sont frustrées et consternées par les conclusions de l’enquête, a indiqué le président de Rugby Canada, Allen Vansen. Il y a une évolution en cours, sur ce qui est considéré comme étant un comportement approprié dans le monde du sport. Il est important pour nous de rester aux faits de ces changements.

Les joueuses ont indiqué à La Presse canadienne leur souhait de digérer la nouvelle avant d’émettre des commentaires mardi.

Mick Byrne, en poste à titre d'entraîneur intérimaire depuis février, va continuer de diriger l’équipe jusqu’aux Jeux olympiques de Tokyo.

Les Canadiennes tenteront de remporter une autre médaille, après celle de bronze gagnée à Rio sous les commandes de Tait. Le tournoi se déroulera du 26 au 31 juillet.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !