•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

La Super Ligue, une occasion extraordinaire de repenser le football

Le trophée de la Ligue des champions de l'UEFA

Le trophée de la Ligue des champions de l'UEFA

Photo : Getty Images / Denis Doyle

Le conflit ouvert entre les instigateurs de la Super Ligue et l’UEFA pourrait être une chance extraordinaire de repenser le football.

Pourrait seulement, car on a assisté, depuis trois jours, à un triste spectacle offert par les plus grands dirigeants de clubs européens.

Selon Florentino Perez, président du Real Madrid et de cette Super Ligue, l’idée serait de sauver le football, en proie à de graves problèmes financiers et d’audimat en raison d’un désintérêt grandissant du grand public envers ce sport roi.

La pandémie aurait également accéléré le processus, qui était dans les tiroirs depuis une dizaine d'années.

L'UEFA a de son côté fustigé la création d’une ligue fermée qui n’aurait qu’un seul but : celui de faire encore et toujours plus d’argent.

Sauf qu’à mes yeux, les deux parties sont tout autant responsables de la situation actuelle.

D’un côté, les clubs n’hésitent pas à dépenser des sommes mirobolantes pour attirer ou conserver les meilleurs joueurs du monde.

Dois-je rappeler le montant du dernier contrat de Lionel Messi, qui le lie au FC Barcelone?

Je vais le faire : on parle de 540 millions d’euros de salaire...

De l’autre, l’organisation des compétitions de la part de l’UEFA manque cruellement de cohérence et d’équité sportive.

Comment expliquer que le champion de Grèce n’accède pas directement à la Ligue des champions, quand les quatre premières équipes du championnat anglais ont un billet assuré chaque année?

J’ai ma réponse! On a tout simplement oublié que l’argent devait être au service de ce magnifique sport et non l’inverse.

On a surtout oublié ceux qui donnent une âme et une ferveur incroyable à ce jeu : les partisans.

Ce sont eux qui paient leur billet pour aller voir leur équipe au stade, ce sont eux qui puisent dans leur budget pour suivre les plus belles rencontres à la télévision.

Et c’est pourtant eux qu’on essaie de convertir en simples clients, sans prendre en compte leurs impressions et ressentis.

J’ai été heureux de voir ces supporteurs du Chelsea FC aller manifester tout leur mécontentement envers leurs dirigeants dans les rues de Londres.

Petr Cech, ancien gardien de but de Chelsea et actuellement directeur technique, discute avec des supporteurs venus manifester leur mécontentement.

Les supporteurs de Chelsea avaient bloqué l'entrée du bus de l'équiped

Photo : Getty Images / Rob Pinney

Cela a d'ailleurs eu pour effet d'enclencher la volte-face des dirigeants de cette coalition.

Le football représente à mes yeux des valeurs qui sont bien loin de ces enjeux financiers. Ce sont des souvenirs d’enfance, à imiter les joueurs comme Zidane ou Ronaldo, qui nous faisaient rêver.

C’est aussi cette musique de la Ligue des champions, que l’on chantait avant chaque rencontre dans les ruelles de nos quartiers entre amis.

Cet état d’esprit qui anime nos jeunes, qui rêvent un jour de fouler un jour les mêmes pelouses que leurs vedettes préférées.

C’est pourquoi j’espère que tout cela donnera lieu à de nouvelles discussions plus sereines, afin de préserver le rêve de notre jeunesse : celui de vibrer devant les matchs d’une compétition qui m’a tant fait rêver, la Ligue des champions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !