•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison de 14 matchs à compter d'août dans la LCF

Des joueurs font leur entrée sur le terrain.

Les Alouettes au stade Percival-Molson

Photo : DOMINICK GRAVEL / Alouettes de Montréal

La Ligue canadienne de football (LCF) a annoncé mercredi qu’elle retarde le début de sa saison et qu’elle prévoit un calendrier de 14 matchs par équipe, plutôt que 18. La campagne s’amorcera le 5 août pour se terminer avec la présentation de la Coupe Grey, à Hamilton, le 12 décembre.

Nous allons jouer au football de la LCF en 2021, a affirmé le commissaire Randy Ambrosie dans le communiqué de la ligue.

Il déclare que la situation épidémiologique de la COVID-19 partout au pays avec la troisième vague qui frappe plusieurs provinces a forcé le circuit à remettre le début de saison originalement prévu pour le 10 juin.

C’est la première fois que la LCF publie un plan de retour au jeu.

Tout n’est cependant pas encore coulé dans le béton.

La ligue doit recevoir l’approbation de la santé publique des provinces où se produisent ses neuf équipes.

La LCF souhaite aussi obtenir la permission des gouvernements pour accueillir un nombre adéquat de partisans dans un nombre suffisant de stades en début de saison et dans le reste des villes par la suite.

Le commissaire Ambrosie a d'ailleurs mis l’accent sur la présence de spectateurs.

L’impact des revenus de billetterie sur les opérations de la LCF est plus important que pour n’importe quelle autre ligue de sport professionnel en Amérique du Nord, a-t-il dit. La présence des partisans dans les gradins représente au moins la moitié de nos revenus.

Nos clubs font déjà face à des pertes financières substantielles cette année. Jouer sans partisans dans les gradins viendrait augmenter ces pertes de façon dramatique.

Une citation de :Randy Ambrosie, commissaire de la LCF

Pour les Alouettes, le chiffre adéquat de spectateurs pour jouer des matchs au stade Percival-Molson n'est pas encore arrêté.

Plusieurs éléments entrent dans l'équation, dit le président de l'équipe Mario Cecchini.

Le coût du protocole est très élevé. Le coût des tests, les coûts d’aménagement du stade pour que les gens soient en sécurité. Peut-être que, plus ça va aller, plus ces coûts pourraient être réduits.

C’est une équation qui est plus complexe que de dire 25 % ou 20 % de spectateurs.

À partir de 4000 ou 5000 personnes comme certains ont mentionné, ça commence à être… Ce n’est pas rentable, on n'est pas dans la rentabilité, mais prenons plutôt le mot "acceptable", a-t-il ajouté.

La ligue a prévu de commencer la saison dans les marchés où les équipes pourront accueillir des partisans, ce qui est plutôt difficile à prédire avec l'évolution des cas en Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta.

Winnipeg et Regina semblent être des destinations privilégiées pour le début de saison.

Certaines équipes amorceraient la saison en prenant la route pour plusieurs matchs, ce qui ne déplairait pas nécessairement aux Alouettes.

Un premier match local plus tardif permettrait d’accueillir plus de spectateurs. L’entraîneur de la ligne offensive Luc Brodeur-Jourdain en a profité pour rappeler au président de l’équipe que, la dernière fois qu'elle a gagné la Coupe Grey, elle avait disputé ses trois premiers matchs sur le terrain de l’adversaire.

Bref, l'optimisme régnait mercredi du côté des Moineaux et dans la Ligue canadienne.

Avare de détails depuis plusieurs mois, le commissaire Ambrosie a voulu envoyer un message d'espoir aux partisans

Ce qu'il est important de retenir, c’est que nous sommes persuadés qu’il y aura une saison en 2021 et qu’elle se terminera avec la présentation d’un excellent match de la Coupe Grey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !