•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Super Ligue fait craindre un recul du soccer féminin en Europe

Elle montre du doigt une adversaire sur le terrain.

Nadine Kessler

Photo : Getty Images / Michael Regan

Associated Press

La création d’une Super Ligue va nuire et même faire reculer le développement du soccer féminin en Europe. C’est ce qu’avance Nadine Kessler, responsable du volet féminin à l'Union des associations européennes de football (UEFA).

Les 12 clubs qui ont annoncé dimanche la création de la Super Ligue ont affirmé vouloir ajouter une compétition féminine le plus tôt possible après sa mise en place.

Nadine Kessler affirme que cette ligue fermée nuira aux efforts qui visent à bâtir une ligue féminine professionnelle et durable en Europe.

Malheureusement, seule une petite proportion des joueuses peuvent faire du soccer leur emploi à temps plein, ce qui leur garantit un accès à des installations de qualité, a-t-elle écrit sur Twitter.

Nous n’avons pas seulement besoin de plus de clubs, mais d’un meilleur équilibre entre ceux-ci pour éviter que seules quelques joueuses puissent y prospérer, a-t-elle ajouté.

Mme Kessler souligne que le soccer féminin européen n’en est qu’à ses balbutiements et que toutes ses instances doivent avoir le même objectif en tête. La création d’une nouvelle ligue va encore diluer les efforts.

Les 12 clubs de la Super Ligue ont des équipes féminines, mais seulement celles d'Arsenal et de Barcelone ont atteint une finale de la Ligue des champions. Les équipes de Chelsea et de Manchester City connaissent toutefois une croissance rapide.

Les meilleures équipes féminines sont liées à des clubs qui ne seront pas dans la Super Ligue, soit Lyon et Wolfsburg.

Une refonte de la Ligue des champions féminine était d’ailleurs prévue cet été.

Si la Super Ligue va de l’avant, tout le chemin parcouru au cours des dernières années, y compris le travail des pionnières pour professionnaliser le soccer féminin en Europe, aura encore moins de chance de devenir réalité, estime Nadine Kessler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !