•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré les menaces de sanctions, 12 grands clubs européens lancent la Super Ligue

Le trophée de la Ligue des champions de l'UEFA

Le trophée de la Ligue des champions de l'UEFA

Photo : Getty Images / Denis Doyle

Agence France-Presse

Douze grands clubs européens ont officialisé le lancement de la Super Ligue, une compétition privée vouée à supplanter la Ligue des champions, une déclaration de guerre à laquelle l'UEFA a promis de répliquer en excluant les équipes dissidentes et leurs joueurs.

Douze des clubs européens les plus importants annoncent avoir conclu un accord pour la création d'une nouvelle compétition, "La Super Ligue", gouvernée par ses clubs fondateurs. L'AC Milan, Arsenal, l'Atlético Madrid, Chelsea FC, le FC Barcelone, Inter Milan, la Juventus, Liverpool, Manchester City, Manchester United, le Real Madrid et Tottenham se sont unis en tant que clubs fondateurs, peut-on lire dans un communiqué transmis à l'AFP.

La saison inaugurale [...] démarrera aussitôt que possible, poursuit le texte, sans fixer de calendrier précis.

Ce projet, expliquent ses promoteurs, est voué à générer des ressources supplémentaires pour toute la pyramide du football.

En contrepartie de leur engagement, les clubs fondateurs recevront un versement en une fois de l'ordre de 3,5 milliards d'euros (5,2 milliards de dollars canadiens) destinés uniquement à des investissements en infrastructures et compenser l'impact de la crise de la COVID-19, poursuit le communiqué.

Si ce chiffre est confirmé, il suppose des revenus bien supérieurs à ceux obtenus par l'UEFA pour l'ensemble de ses compétitions de clubs (Ligue des champions, Ligue Europa et Supercoupe d'Europe), qui avaient généré 3,2 milliards d'euros (4,8 milliards $) de recettes en 2018-2019, avant une pandémie qui a fortement plombé le marché européen des droits sportifs.

Selon ses promoteurs, l'European Super League fonctionnerait sous la forme d'une saison opposant 20 clubs, 15 d'entre eux (les clubs fondateurs) étant qualifiés d'office chaque année et les 5 autres bénéficiant d'invitations à travers un système basé sur leur performance de la saison précédente.

Au terme de cette première phase débutant au mois d'août, des séries de fin de saison seraient organisées jusqu'en mai pour décerner le trophée.

Menaces de sanctions et désapprobation de la FIFA

Face à l'imminence du lancement de la Super Ligue, l'Union des associations européennes de football (UEFA) avait menacé d'exclure les équipes dissidentes dimanche, tendant l'atmosphère avant une réunion cruciale lundi pour l'avenir de sa Ligue des champions, directement concurrencée par ce projet d'un nouveau tournoi lucratif fermé.

La création de la Super Ligue est une proposition honteuse de quelques clubs guidés par l'avidité, un crachat au visage de tous les amoureux du football, a ajouté lundi le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, en conférence de presse.

Ce n'est pas la première fois que l'UEFA lance une telle sommation devant de telles manœuvres, souvent ravivées par les meneurs du continent pour obtenir davantage d'indépendance. Mais l'instance dirigeante a peut-être senti que, cette fois, la menace était suffisamment sérieuse.

Quelques clubs anglais, espagnols et italiens pourraient prévoir d'annoncer la création d'une soi-disant « Super Ligue fermée, a écrit l'UEFA dans un communiqué co-signé par plusieurs fédérations et ligues nationales de soccer, qualifiant le projet de cynique.

L'UEFA a en revanche dit remercier les clubs d'autres pays, en particulier les clubs français et allemands, qui ont refusé de s'engager sur cette voie.

Selon une source ayant connaissance des tractations, le Bayern et le PSG ont été tout de même approchés, mais les quatre clubs qui semblent pousser le plus en faveur du projet seraient Manchester United, la Juve, le Barça et le Real.

La FIFA ne peut que désapprouver une Ligue européenne fermée et dissidente hors des structures du football, a dit la fédération internationale.

La FIFA veut clarifier qu'elle se positionne fermement en faveur de la solidarité dans le football et d'un modèle de redistribution équitable, écrit dans un communiqué l'instance basée à Zurich. La FIFA se positionne toujours en faveur de l'unité dans le football mondial et appelle toutes les parties impliquées dans des discussions houleuses à engager un dialogue calme, constructif et équilibré pour le bien de ce jeu.

L'expulsion en représailles

Comme en janvier, lorsque la FIFA et l'UEFA avaient signé un inhabituel communiqué commun fustigeant tout projet dissident, les instances du soccer ont menacé les clubs et leurs joueurs d'exclusion des compétitions actuelles, dont l'Euro ou la Coupe du monde.

Comme annoncé précédemment par la FIFA [...], les clubs concernés se verront interdire la participation dans toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial, et leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales, écrit l'UEFA.

Cette menace d'une exclusion des clubs dissidents serait lourde de conséquences puisqu'elle aboutirait à priver les joueurs concernés de toute carrière en sélection, alors même que les formations pressenties regorgent d'internationaux. Reste à voir si elle est conforme au droit européen de la concurrence, ce qui laisse présager une bataille juridique.

Nous appelons tous les amateurs de soccer, les amateurs, les responsables politiques à nous rejoindre pour combattre un tel projet s'il venait à être annoncé, a insisté l'UEFA, se disant prête à utiliser tous les moyens en sa possession, à tous les niveaux, judiciaire comme sportif.

Face à cette possible révolution, difficile de savoir ce qu'il adviendra de la réforme attendue de la Ligue des champions à l'horizon 2024. Cette refonte bâtie en lien avec l'Association européenne des clubs (ECA), qui réunit les ténors du continent, a été adoptée lundi par l'UEFA avec le remplacement de la phase de poules par un championnat à 36 clubs destiné à garantir plus de matchs, et donc plus de revenus, aux grands clubs.

En attendant, les prises de position contre la Super Ligue se sont multipliées dimanche, du patron de la Ligue allemande, Christian Seifert, à celui de la Ligue espagnole, Javier Tebas, en passant par la Fédération anglaise et la puissante Premier League.

Du côté des admirateurs, le réseau Football Supporters Europe (FSE) s'est dit pleinement opposé au projet visant à créer une Super Ligue sécessionniste, alléguant qu'un tel tournoi fermé serait le dernier clou dans le cercueil du soccer européen en sapant ses fondements historiques, comme le mérite sportif comme voie d'accès aux compétitions continentales.

Symbole de l'importance du dossier, l'Élysée a pris la parole pour fustiger un projet menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif.

L'État français appuiera toutes les démarches [...] pour protéger l'intégrité des compétitions fédérales qu'elles soient nationales ou européennes, a indiqué la présidence française à l'AFP.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !