•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coupe Billie-Jean-King : Leylah Annie Fernandez donnera le ton à l'équipe canadienne

Elle lève le poing au ciel après avoir remporté un point.

Leylah Annie Fernandez

Photo : The Associated Press / Rebecca Blackwell

Radio-Canada

La Québécoise Leylah Annie Fernandez donnera le ton au duel entre le Canada et la Serbie dans le cadre de la Coupe Billie-Jean-King, la compétition internationale de tennis par équipe auparavant connue sous le nom de Fed Cup.

C'est ce qui est ressorti jeudi du tirage officiel de cette rencontre de barrage. Il a déterminé les affrontements qui se dérouleront en salle sur le dur vendredi et samedi, à Kraljevo, en Serbie.

L'équipe canadienne, dirigée par la capitaine Heidi El Tabakh, est composée de Fernandez, de Rebecca Marino, de Carol Zhao et de Sharon Fichman.

Les Canadiennes disputeront deux matchs de simple vendredi, suivis de deux autres inversés et d'un double samedi.

Fernandez, 72e à la WTA, affrontera en lever de rideau Olga Danilovic, 162e.

Cet affrontement sera suivi vendredi de celui entre Marino, 230e raquette mondiale, et la Serbe Nina Stojanovic (87e).

Même si elle n’a que 18 ans, Fernandez représente le Canada à ce tournoi pour la troisième fois déjà. Elle y a d’ailleurs remporté l'une de ses plus belles victoires en février 2020. Elle avait alors vaincu la Suisse Belinda Bencic, qui était au 5e rang du classement mondial.

La jeune Québécoise se souvient bien de cette victoire en deux manches.

C’était certainement une grosse victoire. J’étais contente de ma performance. Ça a montré que mon jeu pouvait être au plus haut niveau.

Avec l’expérience acquise par Fernandez au cours de la dernière année et en l'absence de Bianca Andreescu, son rôle a évolué dans l’équipe canadienne.

C’est certain que je suis plus à l’aise pour m’exprimer au sein de l’équipe et dire ce dont j’ai besoin à l’entraînement. Mais je sais qu’elles [ses coéquipières, NDLR] sont plus expérimentées que moi et que je peux apprendre d’elles.

Le pays vainqueur accédera aux qualifications de l'an prochain, tandis que le perdant devra refaire ses classes dans le groupe 1 de sa région.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !