•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Isabelle Ducharme, nouvelle directrice générale de Sports Québec

Elle sourit à la caméra.

Isabelle Ducharme

Photo : Courtoisie Sports Québec

Jean-François Chabot

Avec sa nomination au poste de directrice générale de Sports Québec, Isabelle Ducharme a inscrit son nom sur une page d’histoire en complétant un quatuor féminin inédit au sommet de la pyramide du sport organisé.

La dirigeante de 45 ans entrera en fonction le 10 mai. À compter de ce jour-là, elle siégera aux côtés de la présidente Julie Gosselin.

En y ajoutant la ministre responsable des Sports et des Loisirs, Isabelle Charest, et sa sous-ministre adjointe Dominique Breton, le sport québécois se retrouve avec quatre femmes à des postes clés.

C’est vrai que c’est une première et on a bien hâte de collaborer toutes ensemble. On s’est toutes écrit hier pour échanger nos (adresses) courriels et nos numéros de téléphone. On est très contentes de pouvoir donner un nouveau souffle au monde sportif, a indiqué Isabelle Ducharme en entrevue à Radio-Canada Sports.

Ça me dit que les femmes ont fait leur travail. Elles ont acquis de l’expérience. Ce n’est pas un geste calculé où on s’est dit qu’on allait mettre des femmes à la tête du sport.

Une citation de :Isabelle Ducharme, nouvelle directrice générale de Sports Québec

Chacune de ces femmes a un bagage impressionnant d’expériences et de connaissances et une personnalité qui ont fait qu’elles ont accédé à la direction de ces organismes. Je pense qu’on peut juste être honorées et fières de ça, a-t-elle ajouté.

Un parcours solide

Isabelle Ducharme compte déjà plus de 25 ans d’expérience, à tous les niveaux, dans le milieu du sport, que ce soit comme joueuse de softball, de volleyball de plage, comme organisatrice d’événements, à titre d'officielle, en tant qu’entraîneuse, gestionnaire ou membre d’un conseil d’administration.

La détentrice d’une maîtrise en administration n’avait que 16 ans quand elle a été nommée présidente d’un championnat de softball à Boisbriand, où elle a ensuite travaillé au service des loisirs pendant 10 ans.

Le plus drôle dans mon histoire, c’est que je ne viens pas du milieu de la natation, mais plutôt du volleyball, du volleyball de plage, du softball et du baseball. Ce sont mes sports de prédilection. J’ai jeté les bases du volleyball de plage jusqu’à devenir assistante entraîneuse des équipes du Québec. Mais je suis avant tout une gestionnaire de sport , a-t-elle expliqué.

Parallèlement, au début des années 2000, elle s’est impliquée dans les Jeux du Québec, que ce soit auprès des délégations régionales, des comités organisateurs ou de Sports Québec. Depuis 2014, elle agissait en tant que directrice générale de Natation Québec, fauteuil qu’elle devra abandonner lorsqu’elle amorcera le nouveau chapitre de sa carrière.

Elle a été choisie au terme d'un long processus de sélection parmi la centaine de candidatures reçues à Sports Québec, entité qui regroupe et représente 67 fédérations.

Tir groupé

Quand on lui demande ce qu’elle considère être la matière la plus urgente qu’elle souhaite aborder dans son nouveau rôle, Isabelle Ducharme espère créer une plus grande solidarité entre les fédérations et les différents partenaires de Sports Québec.

Dans les prochaines actions, il faut regarder l’état de la situation actuelle, en faire une analyse et ensuite prendre les bonnes décisions pour trouver les meilleurs mécanismes pour travailler ensemble. Il en existe déjà. Est-ce qu’on a besoin d’en créer d’autres? Est-ce qu’on a besoin de les stimuler? C’est mon premier travail auquel je vais m’attarder dans les prochaines semaines.

Une citation de :Isabelle Ducharme

Face à la question de la santé financière des fédérations, des organismes locaux et régionaux et des clubs sportifs partout au Québec, elle sait qu’il y a encore beaucoup à faire.

Même quand on lui rappelle que le plus récent budget provincial ne comportait aucun argent frais pour le sport contre une enveloppe additionnelle de 150 millions de dollars pour la culture, elle se fait rassurante quant à l’avenir immédiat de toutes les structures du sport organisé.

Pour le sport, les argents ont déjà été annoncés (la ministre Charest avait accordé 70 millions de dollars supplémentaires l’automne dernier). Est-ce qu’il y en aura plus? Il y a des discussions actuellement avec le ministère, a-t-elle soutenu.

Je ne suis pas celle qui va aller comparer d’un milieu à un autre. Ce n’est pas ce qu’il nous faut. Il faut vraiment savoir ce dont on a besoin et aller le chercher. C’est ce que le milieu de la culture fait. C’est ce que le milieu sportif fait actuellement. Je pense qu’on va pouvoir arriver et faire plus tard des annonces qui pourront aider le milieu à se revitaliser, a ajouté Mme Ducharme.

Elle en veut pour preuve une annonce qu’elle dit imminente de la part d’Ottawa qui injectera 5,7 millions de dollars dans un programme destiné à l’ensemble de la communauté sportive locale et régionale à travers les unités régionales de sports et loisirs (URLS). Il s’agit en l’occurrence d’un partenariat entre les fédérations sportives, Sports Québec et le gouvernement.

Il y a l’argent, mais le défi est de repartir la machine. Actuellement, les clubs sont limités à faire de la pratique (des entraînements), ce qui n’aide pas à la relance. Il y a plusieurs volets qu’il faudra adresser. Il y a des pourparlers tous les jours entre les organismes et les partenaires du milieu sportif pour relancer le milieu sportif.

Une citation de :Isabelle Ducharme

Soulignons que l'actuel directeur général par intérim de Sports Québec, Luc Fournier, demeure en poste le temps d'assurer la transition.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !