•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canadien obtient Erik Gustafsson, mais perd Victor Mete

Il manie la rondelle derrière le filet.

Erik Gustafsson

Photo : AP / Frank Franklin II

Radio-Canada

Le Canadien a acquis Erik Gustafsson des Flyers de Philadelphie, lundi, à la date limite des échanges dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Il lui en coûte un choix de septième tour en 2022. Les Flyers acceptent de retenir 50 % du salaire annuel de 3 millions de dollars de Gustafsson.

Ils avaient (Shayne) Gostisbehere et Erik un peu dans la même situation et ils en voulaient juste un des deux, a expliqué Bergevin dans un point de presse en fin de journée. Ils y sont allés avec Shayne.

Erik a récolté 60 points il y a deux ans. Le prix à payer était très raisonnable. Il n'y avait pas de risque et il nous donne de la profondeur.

Le Suédois de 29 ans, un choix de quatrième tour (93e au total) des Oilers d'Edmonton en 2012, a récolté 1 but et 9 aides en 24 matchs cette saison, en plus de maintenir un différentiel de -2. Capable d’apporter une contribution offensive, il a connu une saison de 60 points avec les Blackhawks de Chicago en 2018-2019.

Il a inscrit 29 buts et 100 aides en 245 rencontres dans la LNH avec les Blackhawks, les Flames de Calgary et les Flyers.

Le CH ajoute ainsi un deuxième défenseur en deux jours à sa formation après Jon Merrill, acquis des Red Wings de Détroit dimanche.

Comme Merrill, Gustafsson devra faire une quarantaine de sept jours à son arrivée au pays.

Ça changeait au quotidien, a dit Bergevin au sujet du marché des échanges lors de la visioconférence avant le début du duel contre les Maple Leafs de Toronto. Nous avons fait tous les appels pour nous informer des joueurs disponibles. Nous sommes contents de ce que nous avons fait au cours des deux derniers jours, en plus de l'acquisition d'Eric Staal.

Nous sommes à l'aise avec notre formation. Nous n'étions pas prêts à sacrifier nos jeunes pour des solutions à court terme.

En ce moment, je vois notre formation là où elle est, a-t-il dit. C'est une équipe qui a de bonnes séquences et des moins bonnes. C'est une équipe du milieu de peloton. Si nous pouvons être plus constants dans nos performances, nous irons du bon côté.

La réponse est dans le vestiaire. C'est un groupe qui a du caractère. Ces joueurs-là veulent devenir l'équipe qu'ils sont capables d'être. C'est à eux de le démontrer.

Mete réclamé par les Sénateurs

Placé au ballottage dimanche par le Tricolore, Victor Mete a été réclamé par les Sénateurs d’Ottawa.

Les 30 autres équipes de la LNH avaient jusqu’à midi, lundi, pour s'adjoindre ses services, à défaut de quoi le CH aurait pu l’assigner à son équipe réserve ou au Rocket de Laval, dans la Ligue américaine.

Choix de quatrième tour (100e au total) en 2016, le défenseur de 22 ans a récolté 3 aides en 14 matchs cette saison. En 185 matchs dans la LNH, il a réussi 4 buts et 30 aides.

Il avait été laissé de côté samedi pour le match contre les Jets de Winnipeg, perdu 5-0 par le Tricolore.

À la suite de l'entraînement de lundi, quelques heures avant le match contre les Maple Leafs, Paul Byron souhaitait que Mete ne soit pas réclamé par une autre équipe. C’est un bon défenseur, il pourrait aider plusieurs équipes.

Je voyais que nous avions besoin d'un changement de ce côté-là avec notre défensive, a dit Bergevin. C'est certain que quand vous mettez un joueur au ballottage, il y a un risque de le perdre.

Nous lui souhaitons bonne chance avec les Sénateurs, mais nous sommes à l'aise avec ce que nous avons ici en défensive.

Il tient son bâton et patine.

Victor Mete

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

Une journée pleine de fébrilité

Les dates limites des échanges se suivent et ne se ressemblent pas. La dernière fois, le Canadien était loin du portrait des séries, ou du moins c’est ce que tout le monde croyait. Forcément, jouer pour une équipe qui est davantage en position de faire des ajouts allège une ambiance dans un vestiaire.

On ne sait jamais ce qui peut arriver, ce n’est pas notre travail. J’ai été dans les deux situations. C’est difficile de voir des joueurs partir, mais c’est agréable d’en voir arriver, et de renforcer l’équipe. Et c’est dans cette situation que nous sommes, a expliqué Tomas Tatar.

On est dans une position différente des années précédentes. On essaye pour les séries. On a une très bonne équipe avec beaucoup de bons joueurs. On se prépare pour le match de ce soir, c'est tout, a renchéri Byron.

Des joueurs qui arrivent, il y en a eu plusieurs récemment. Le dernier en date, Jon Merrill, a déjà joué avec Tatar à Las Vegas.

Il est gros, il a une longue portée et est très bon en défensive. Je suis très heureux de le retrouver. C’est un chic type, un gars drôle, a souligné Tatar.

Tous ces ajouts viennent gonfler les attentes et, par extension, la pression.

Je ne le sens pas personnellement, mais c’est vrai qu’avec tous ces ajouts, on sent que l’on doit performer et atteindre nos objectifs qui sont de participer aux séries et de faire des dégâts. Espérons que nous pourrons mettre tous les morceaux du casse-tête en place, a poursuivi Tatar.

Byron avec Danault et Tatar

Comme Byron le soulignait, il y a un match lundi soir, et il sera appelé à remplacer Brendan Gallagher dans le premier trio avec Phillip Danault et Tatar. Comme il était noté en nos pages, le Canadien semble à court quand son petit attaquant manque à l’appel.

Il est impossible à remplacer. Il est tellement énorme pour notre équipe. On a beaucoup de bons joueurs, beaucoup de gars qui peuvent augmenter leur jeu. Ce soir, j'ai l'occasion de jouer dans son trio. C’est juste à chaque joueur de faire un peu plus, ce n’est pas juste un gars. Je pense que comme équipe, on peut monter notre niveau.

Pour Byron, c’est une saison où il aura occupé tous les sièges entre la passerelle et le premier trio. Ce sont des soubresauts d’émotions à gérer.

Un peu robotique, a-t-il confié. Chaque jour, essayer d'être le meilleur joueur que je peux être. J'ai tout vu. Je suis prêt pour tout. C'est un privilège de porter le chandail.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey
Bandeau consultez la liste des échanges dans la LNH
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !