•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Natation Artistique Canada lève la suspension de deux entraîneuses

Natation Artistique Canada s'est basée sur une enquête interne à laquelle les plaignantes d'un recours collectif contre la fédération ont refusé de participer.

Une femme sourit près d'une piscine. On voit une de ses nageuses en arrière-plan.

Meng Chen

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Radio-Canada

Natation Artistique Canada (NAC) met fin à la suspension de deux de ses entraîneuses visées par des allégations d’abus et de négligence dans une demande d’autorisation de recours collectif déposée contre la fédération le 9 mars dernier.

Meng Chen et Leslie Sproule avaient été suspendues provisoirement à la mi-mars, le temps qu’une enquête externe soit menée par l’officiel du sport sécuritaire.

Lundi, NAC a annoncé par communiqué que son conseil d’administration a déterminé que les suspensions provisoires actuelles des deux entraîneuses soient levées avec effet immédiat.

Le conseil d’administration explique sa décision ainsi :

[...] l’officiel du sport sécuritaire a mené une enquête préliminaire et a remis son rapport au conseil d’administration de NAC. Cette enquête comprenait une évaluation complète de la politique et une communication avec chaque partie plaignante et/ou leurs représentants légaux. Au cours de l’enquête préliminaire, aucune des parties concernées n’a indiqué qu’elle était disposée à procéder à titre de plaignante dans le cadre d’une enquête de sport sécuritaire.

Une citation de :communiqué de Natation Artistique Canada

Dans son rapport, l'officiel du sport sécuritaire a donc recommandé qu’aucune autre mesure ne soit prise.

Les plaignantes n'ont cependant pas participé à l'enquête de la fédération.

Nos clients ont refusé de participer à l'enquête interne de NAC, car leurs plaintes ne sont pas formulées à l'encontre d'entraîneurs en particulier, mais portent plutôt sur l'échec institutionnel de NAC à protéger ses athlètes contre les abus psychologiques, la négligence ainsi que le harcèlement, a indiqué dans un courriel à Radio-Canada Me Cara Cameron, qui représente les plaignantes.

NAC était parfaitement au courant des plaintes des athlètes concernant leur traitement lorsqu'elles étaient sous la supervision de Leslie Sproule et de Meng Chen et, à l'époque, pourtant, NAC n'a pris aucune action ou mesure significative pour y remédier.

En fin de compte, la décision de NAC de suspendre temporairement la participation de deux personnes alors que ces dernières n'étaient plus entraîneurs des équipes nationales n'a jamais été considérée comme une réponse acceptable aux faits exposés dans la procédure.

Nos clients estiment que l'incapacité de NAC à répondre de manière appropriée au litige démontre une fois de plus que NAC n'est pas enclin à faire les changements tant au niveau institutionnels qu'au niveau de la gestion, pourtant nécessaire pour assurer la protection de ses athlètes contre les effets à long terme que peuvent avoir les abus psychologiques, la négligence et le harcèlement.

Une citation de :Me Cara Cameron, avocate des plaignantes du recours collectif contre Natation Artistique Canada

Elle a précisé que la lutte des plaignantes du recours collectif est loin d'être terminée.

Nos clients restent fermement déterminés à poursuivre leurs procédures judiciaires. Le nombre d'athlètes aussi bien actuels qu'anciens, qui nous ont contactés à titre de conseillers ne cesse d’augmenter, et s'élève désormais à plus de 50. Nous nous attendons à ce que, tant que notre procédure soit autorisée, de nombreux autres athlètes se joignent à l'action et deviennent également requérants.

Processus refusé

Dans une lettre envoyée à l'officiel du sport sécuritaire de NAC Lise Maclean, un autre avocat des plaignantes a évoqué les raisons pour lesquelles leurs clientes refusent de porter plainte, malgré la gravité des allégations contre les entraîneuses Chen et Sproule. Puis, il a spécifié ce qui suit.

Nos clientes n’ont aucune confiance qu’un tel processus de traitement des plaintes en interne puisse les aider à atteindre leurs objectifs. Notamment, pareil processus serait ignorer l’élément central de leur demande, soit que NAC a eu connaissance de l’inconduite alléguée de Mmes Chen et Sproule et qu’elle n’a pas su agir de façon significative, ou pas du tout.

Une citation de :Me Carlos Sayao, avocat des plaignantes du recours collectif contre Natation Artistique Canada

Si Natation Artistique Canada souhaite imposer des sanctions disciplinaires à Mmes Chen et Sproule, ajoute Me Sayao dans sa lettre, NAC devrait le faire par ses propres moyens.

Meng Chen a été entraîneuse-chef du Canada de 2012 à 2017, et Leslie Sproule lui a succédé brièvement (2017-2018). Leurs suspensions s’appliquaient au niveau provincial et à toutes les organisations affiliées.

Chen est aussi entraîneuse adjointe au Pacific Wave Synchronized Swim Club et membre du conseil d’administration de la Fédération de natation artistique de Colombie-Britannique, alors que Sproule agit à titre de consultante à son propre compte.

L'actuel entraîneur-chef du Canada, Gabor Szauder, lui aussi visé par des allégations d'abus et de négligence dans la demande de recours collectif, n'est pas suspendu, avait précisé NAC au moment d'annoncer les suspensions de Meng Chen et de Leslie Sproule. Il a annoncé à la fin mars qu'il prenait un congé personnel dans l’attente de la décision du comité disciplinaire qui se penche sur son cas.

NAC et M. Szauder ont convenu mutuellement que la situation était devenue trop difficile à gérer pour l'équipe et pour lui, avait alors expliqué NAC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !