•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre médailles d'or pour Jacqueline Simoneau à Budapest

Les Canadiennes Jacqueline Simoneau et Claudia Holzner ont pris le 7e rang en finale du programme technique de nage synchronisée aux mondiaux de la FINA à Budapest

Claudia Holzner et Jacqueline Simoneau

Photo : Reuters / Bernadett Szabo

Radio-Canada

Jacqueline Simoneau a vécu un week-end parfait à Budapest pour remporter quatre médailles d'or en solo et en duo avec Claudia Holzner.

Jacqueline Simoneau a remporté l'or dans les programmes libres en solo et en duo dimanche.

Simoneau et Holzner avaient déjà connu une excellente journée, samedi, en terminant au 1er rang du programme technique avec une note de 88,2 points.

Dimanche, à l'issue de leur programme libre, elles ont obtenu une note de 90,3.

Dans la piscine, on s'est sentie aujourd'hui encore plus confortable, a expliqué Simoneau à Radio-Canada.

On savait à quoi s'attendre. On connaît mieux la piscine, et ça a aidé notre préparation mentale. C'est notre meilleure performance à ce jour, n'hésite-t-elle pas à dire. Ce n'était peut-être pas parfait, mais notre ligne de base, c'était l'or à ces Séries mondiales là.

On a bien montré aux juges tous nos éléments de difficulté dans nos routines libres. Je crois que les juges ont bien apprécié nos routines, estime la Québécoise. D'ailleurs, des juges et des entraîneurs russes sont venus me voir après mon solo libre pour me dire à quel point ils étaient impressionnés par les éléments que j'ai mis dans ma routine. Tout cela veut dire qu'on est sur une bonne route.

Ce résultat est ce qu'espérait Jacqueline Simoneau, samedi soir, après les programmes techniques qui lui ont valu ses deux premières médailles d'or.

Le programme libre permet d'avoir de meilleures notes, alors on vise dimanche des notes plus haut que 90, disait-elle à Radio-Canada samedi.

Simoneau et Holzner ont devancé dans le programme libre les Autrichiennes (89,3) et les Israéliennes (85,1).

Dans le programme libre, on a très peu de restrictions à suivre. Ça nous donne la liberté de présenter aux juges des figures qui font ressortir nos forces, précise l'athlète de Chambly.

Jacqueline Simoneau, habillée d'un t-shirt rouge, regarde la caméra de son ordinateur.

Jacqueline Simoneau en entrevue à Radio-Canada

Photo : Société Radio-Canada

C'est ce programme libre que Jacqueline Simoneau et Claudia Holzner comptent présenter à Tokyo.

Le plan, c'est de refaire cette routine-là aux Jeux olympiques, confirme-t-elle. Mais il pourrait y avoir quelques petites modifications.

On n'est pas encore rendues à notre performance qu'on vise pour les Jeux. Il reste encore beaucoup de travail à faire en termes d'exécution et de synchronisme, même si ça a l'air presque parfait en synchro.

Jacqueline Simoneau a ensuite récolté dans le programme libre en solo la note de 91,0.

Elle a devancé l'Autrichienne Vasiliki Alexandri (88,7) et la Slovaque Nada Daabousova (78,3).

Il y a encore beaucoup de détails à travailler, la position des doigts, des mains, les angles des bras, il faut travailler tous les angles que les juges voient, dit l'athlète de 24 ans. Et pour améliorer ça, il faut travailler avec les images vidéo, avec un entraîneur très proche qui connaît très bien la chorégraphie, et de pratiquer nos mouvements en les mimant devant des miroirs.

Elle fait un geste de la main droite.

Jacqueline Simoneau dans la piscine pendant une épreuve de natation artistique

Photo : Getty Images / Clive Rose

Jacqueline Simoneau revient au Canada sans trop savoir le reste de son calendrier préolympique, mais elle compte profiter de la quarantaine obligatoire pour continuer à travailler ses figures avec sa partenaire par lien vidéo.

On devait aller en Russie, à Kazan, mais notre voyage a été annulé. On n'a pas eu les papiers à temps. Là, en rentrant, on doit passer trois jours à l'hôtel à Montréal puis une dizaine de jours chez nous, précise-t-elle. On va pouvoir reposer notre corps, mais aussi on va travailler via Zoom ou Google Meet, Claudia et moi, à trouver d'autres manières créatives de faire.

Jacqueline Simoneau sourit en s'entraînant devant son ordinateur.

Jacqueline Simoneau s'entraîne devant son ordinateur avec sa partenaire Claudia Holzner grâce à un lien vidéo.

Photo : Capture d'écran / Zoom

Affronter les meilleures

À Budapest, Jacqueline Simoneau n'a pas affronté les meilleures du monde, les Russes et les Chinoises. Elle espère pouvoir les croiser avant les Jeux.

C'est certain que l'idéal, c'est de confronter les meilleures de notre sport avant les Jeux olympiques pour voir notre niveau. C'est évident qu'on va analyser les images vidéo qui vont sortir de Kazan.

Il est possible qu'on aille aux Séries mondiales d'Alexandroupolis en Grèce début juin, où on pourrait peut-être les affronter, a conclu l'athlète de 24 ans.

Ces quatre médailles d'or lui donnent un surplus de confiance, comme elle attendait depuis un an et demi de retrouver la compétition. Le résultat de Budapest l'a soulagée.

On a encore en nous ce feu de la compétition, a-t-elle conclu avec ce sourire radieux qui ne la quitte pas.

La réussite apporte son lot de joie, mais de stress aussi. On attendra de Jacqueline Simoneau aussi bien, voire mieux, dans les prochaines compétitions. Elle en est tout à fait consciente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !