•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fuyante vérité du Canadien

Le CH a connu un faux départ, jeudi soir au Centre Bell, et a perdu 4-2 contre les Jets.

Allen retourne dans son filet la mine défaite alors que les Jets célèbrent derrière lui.

Jake Allen a cédé trois fois sur neuf tirs, en première période.

Photo : usa today sports / Jean-Yves Ahern

C’est une drôle de saison, une drôle d’équipe, un brin énigmatique, qui envoie constamment des signaux contradictoires. À quelle version faut-il croire?

On a l’impression qu’on n’aura pas nécessairement la réponse de sitôt. Bien possible qu’il faille attendre le début des séries éliminatoires pour trancher, la faute à ce calendrier atypique qui a façonné prévisibilité et fatalité, exactement l’inverse de ce à quoi un peu tout le monde s’attendait.

Dans la division canadienne, les jeux sont faits. C’est long jouer contre les cinq mêmes formations à un rythme infernal alors que la saison est vidée de son suspense, de sa substance, oserions-nous.

Phillip Danault a tenu le bon discours dans sa visioconférence après le match.

Tu veux gagner chaque match que tu joues. Grimper le plus haut possible au classement. Oui, la motivation est la même. Tu veux être mieux placé pour les séries et rentrer avec un momentum, a-t-il laissé tomber quand on l’a questionné sur les sources de motivation à ce stade.

N’empêche, il y a parfois un manque d’entrain, comme on l’a vu dans deux périodes sur trois à Toronto mercredi. Ou bien des errances, des distractions, un manque d’application à l’ouvrage, comme jeudi soir dans cette défaite de 4-2 contre les Jets de Winnipeg.

Ce n’était pas un manque d’efforts, non, mais du jeu un peu brouillon d’entrée, encore une fois. Des défenseurs qui exercent un peu trop de pression vers le porteur et se font prendre à contrepied, des batailles à un contre un perdues devant le filet, un Jeff Petry un peu maladroit qui se fait déborder par Nikolaj Ehlers.

Les trois buts marqués dans les huit premières minutes par les Jets – Jake Allen a estimé sa prestation inacceptable à ce propos d’ailleurs – auront fait la différence ultimement, en dépit des efforts louables du Tricolore pour revenir dans le match.

C’étaient des erreurs mentales, des grosses, on ne peut pas donner ça, a été la réponse de Shea Weber.

Trois cadeaux. C’est dur d’avoir du succès dans cette ligue si tu donnes trois cadeaux comme ça en début de match.

Une citation de :Dominique Ducharme

Parce que l’un dans l’autre, à part ces moments d’égarements, de couvertures ratées par Joel Edmundson, Jonathan Drouin, Victor Mete et Jeff Petry, le Tricolore a tenu la dragée haute aux Jets.

Danault a évoqué la constance comme étant la plus belle qualité dans la ligue.

Répéter tous les soirs, c’est ce qui est le plus dur au hockey, a-t-il ajouté.

Il parlait alors des jeunes Jesperi Kotkaniemi et Nick Suzuki, mais, par extension, la réflexion s’applique à une équipe entière également. Pour l’instant, c’est la constance dans l’inconstance et il est difficile de mettre le doigt exactement sur l’identité de ce club qui scande ses grands dieux en avoir une.

Reste que le Canadien nous fait parfois prendre des vessies pour des lanternes.

Alors? Est-ce le groupe qui a disputé deux parties presque parfaites coup sur coup contre les Oilers et les Sénateurs et est revenu de l’arrière en troisième période à nouveau contre Edmonton au match suivant ou est-ce celle qui s’est tirée dans le pied à l’amorce des deux dernières rencontres et a accordé cinq buts en quatre matchs dans les dernières ou premières minutes de jeu d’une période, signe généralement indéniable d’une concentration galopante?

Est-ce celle qui a corrigé vertement les Jets 7-1 au Centre Bell, mais s’est inclinée bêtement deux fois de suite à Calgary alors que le CH, à ce moment-là, luttait directement avec les Flames pour sa survie?

Il s'étire la jambe lors de l'échauffement.

Nikolaj Ehlers a inscrit son 16e filet de la saison face au Canadien, jeudi.

Photo : usa today sports / Sergei Belski

Au bout du compte, c’est blanc bonnet, bonnet blanc.

À travers ses fulgurances et ses échecs lamentables, le Canadien a récolté 22 points en 18 matchs sous les ordres de Claude Julien et 21 points en 19 rencontres avec Ducharme.

On patauge dans les sables mouvants ici. Et l’on voit toutes sortes d’incongruités.

Comme le vétéran Corey Perry qui joue plus de 20 minutes après avoir été sur la glace 18:18 la veille. Ducharme a expliqué qu’il avait été souvent coincé dans son territoire, il n’en demeure pas moins que son total aurait été élevé malgré tout si vous enlevez une trentaine de secondes à ses trois plus longues présences.

Les blessures, dites-vous? Vrai qu’il manque un ailier droit de taille (et de cœur), le gardien numéro un et l’un des défenseurs des deux premiers duos, mais le Bleu-blanc-rouge est l’équipe qui a le moins souffert des blessures cette saison.

Le club a été privé de 34 petits matchs de ses joueurs partants. On est loin des plus de 200 des Blackhawks (264), des Blues (261) et des Penguins (204).

Le CH a-t-il besoin de renfort? Allons donc. Après les acquisitions d’Allen, d’Edmundson, de Tyler Toffoli, de Josh Anderson, de Perry, qui fonctionnent tous à pleine vapeur, d’Eric Staal, à qui il en reste moins, de vapeur, il en faudrait encore? Davantage?

Marc Bergevin doit commencer à trouver que sa formation est un puits sans fond. La bonne nouvelle? Avec Gallagher sur la liste des blessés à long terme, le DG risque de se dégager une marge de manœuvre d’environ 1,6 million de dollars à la date limite des échanges, selon Cap Friendly.

Il pourrait donc accueillir un haut salarié. Un joueur qui encaisse presque quatre fois ce pécule annuel. Mais cet hypothétique joueur peut-il venir solidifier une formation qui a pourtant de nombreux atouts?

Trente-sept matchs plus tard, honnêtement, c’est toujours aussi difficile à dire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !