•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meaghan Benfeito et l'attente du plongeon

Elle s'apprête à sauter.

Meaghan Benfeito lors du Défi virtuel des nations, organisé en avril.

Photo : INSTAGRAM / MEAGHAN BENFEITO

Difficile d’imaginer un scénario qui fait plus 2020-2021 que celui qu’a vécu Meaghan Benfeito et les autres plongeuses de l’équipe canadienne la semaine dernière.

Début avril, la double médaille de bronze aux Jeux olympiques de Rio s’est élancée de la plateforme de 10 mètres, comme elle a l'habitude de le faire. Les personnes responsables de juger de sa prestation étaient toutefois, elles, à des milliers de kilomètres, devant leur écran.

En raison de la pandémie, la compétition s’est déroulée de manière virtuelle. Les plongeurs du Canada, de la Jamaïque, de la Grande-Bretagne s'exerçaient chez eux, leurs performances étant relayées en direct au jury.

C’est pendant cet exercice inusité des temps actuels que Meaghan et ses acolytes, avec qui elle était placée en isolement, ont reçu une bien mauvaise nouvelle. La Coupe du monde de plongeon, pour laquelle l’équipe s’entraînait, venait d’être annulée.

On ne peut pas dire qu’on s’y attendait, mais c’est presque devenu normal ce genre d’annulation. À la piscine, on était quand même triste sur le coup, admet celle qui garde tout de fois le moral. Cette compétition en virtuel m’a vraiment fait du bien, par contre.

Ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas sauté en compétition, j’étais claquée après, explique Meaghan, dont le dernier plongeon en compétition remontait à février 2020. Ça a fait du bien de regoûter à l’adrénaline. Même en virtuel, ce sont de grandes émotions.

Meaghan serre Caeli dans ses bras, souriante.

Meaghan Benfeito et Caeli McKay au Défi virtuel des nations, en avril 2021.

Photo : Courtoisie Plongeon Canada

Elle ajoute que cet événement aura aussi permis à l’équipe de se familiariser avec quelques-unes de leurs adversaires qu’elles doivent retrouver, aux Jeux olympiques de Tokyo, dans un peu plus de 100 jours. Elle espère répéter son exploit de Rio, alors qu’elle était montée sur le podium en solo et en duo.

La Coupe du monde à Tokyo doit justement servir de grand test, pour jauger des forces en place. Une étape cruciale dans le cycle olympique d’un athlète, pour plusieurs raisons. Ça nous permet de voir nos adversaires à l’oeuvre. Ça permet aux fédérations, aux bénévoles, de s’acclimater au lieu.

On veut absolument tenir une Coupe du monde, c’est important pour avoir nos repères. J’ai vu la piscine en photo, mais c’est pas comme y être, insiste l’athlète de 32 ans.

Et ultimement, la Coupe du monde sert de dernière occasion pour se réserver des places sur le plongeoir olympique.

Heureusement pour elle et l'équipe canadienne, la FINA a annoncé vendredi que la compétition aurait lieu du 1er au 6 mai.

Meaghan Benfeito n’est pas encore officiellement qualifiée pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui seraient ses quatrièmes. Un stress supplémentaire qu’elle gère bien.

Ça a toujours été comme ça en plongeon. À la dernière minute, on a notre confirmation olympique, affirme-t-elle. Ce qui me stresse plus, c’est qu’on n’a pas encore ouvert notre place au 10 m synchro. Mais Coupe du monde ou pas, je suis confiante que notre équipe sera qualifiée.

Des incertitudes avec lesquelles l’équipe canadienne a appris à travailler pendant toute l’année. Je ne suis pas inquiète. Meaghan conserve une excellente attitude à travers tout cela. Après tout, tous les pays font face aux mêmes défis, lance Mitch Geller, directeur haute performance de Plongeon Canada.

Et Meaghan est en ce moment au sommet de sa forme.

Une citation de :Mitch Geller

La Montréalaise abonde dans le même sens : On prend ça une journée à la fois. Ce n’est pas une année normale, mais je suis motivée, je suis en forme. J’ai la tête à la bonne place et j’ai une équipe incroyable derrière moi.

Elle et sa coéquipière montrent fièrement leurs médailles.

Meaghan Benfeito a remporté deux médailles d'or aux Jeux paranaméricains de Lima en 2019.

Photo : Reuters / HENRY ROMERO

Meaghan Benfeito aura une source de motivation supplémentaire qui arrivera incessamment par la poste : ses médailles remportées à Rio en 2016.

Perdues dans l’incendie qui a ravagé son condo cet hiver, de nouvelles sont en transit, possiblement quelque part entre Mississauga et Montréal. Je ne sais pas elles sont où, mais on m’a dit qu’elles arrivaient! J’en suis tellement reconnaissante.

Un signe qui arrive à point, pour lui rappeler comment la patience et la persévérance sont souvent récompensées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !