•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cole Caufield prêt pour son premier match professionnel

Il met du ruban sur son bâton devant son casier.

Cole Caufield

Photo : Rocket de Laval

Jean-François Chabot

L’attaquant recrue Cole Caufield se sent visiblement très à l'aise à l’approche de son baptême du feu dans la Ligue américaine de hockey avec le Rocket de Laval.

Mercredi, le jeune homme de 20 ans fraîchement débarqué du Wisconsin a profité d’un point de presse virtuel pour parler de ses premières heures avec le club-école du Canadien de Montréal.

En plus de faire état de l’accueil chaleureux qu’il a reçu de la part de ses nouveaux coéquipiers, Caufield a souligné le soin du détail démontré par l’entraîneur Joël Bouchard.

De toute évidence, il sait de quoi il parle. Voilà quelqu’un auprès de qui je veux tirer le plus d’informations possible. Nous avons eu des séances Zoom [pendant sa quarantaine, NDLR] pour explorer le système de jeu. Il m’a donné quelques trucs et conseils pour devenir un joueur complet dans les trois zones. Je sens que j’apprends beaucoup et j’ai hâte de commencer à jouer.

Une citation de :Cole Caufield, attaquant du Rocket de Laval

À ce propos, il a confirmé qu’il sera envoyé dans la mêlée dès vendredi face aux Marlies de Toronto. Il n’a cependant pas été en mesure de dire quels seront ses compagnons de trio.

La question de son physique

Pour une énième fois, Caufield a eu à répondre à des questions concernant son petit gabarit, officiellement à 1,73 m (5 pi 8 po) et 73 kg (160 lb). Mais cela ne semble pas le préoccuper.

J’ai regardé le match d’hier. C’était très physique, a-t-il dit. Mais en parlant avec les gars, je sais un peu plus à quoi m’attendre. J’ai dû affronter ça toute ma vie. Ç’a toujours été là. Mais je vais continuer de travailler fort et à donner tout ce que j’ai pour aider l’équipe à gagner.

Pour lui, ça fait partie du hockey. Il dit s’en être bien accommodé cette année avec les Badgers. S’il sait que le jeu dans la LAH et chez les professionnels sera très différent parce que tout le monde y joue son poste, Caufield se dit prêt à relever ce nouveau défi.

À ce propos, quand on lui demande ce qu’il espère accomplir dans la douzaine de matchs qu’il reste au Rocket d’ici la fin de la saison, Caufield veut s'en tenir à des choses simples.

Je veux juste maintenir le cap. Ce sera évidemment très différent et un plus grand défi (qu’à l’université), mais je vais tenter de m’ajuster au jeu le plus rapidement possible, de trouver des façons de créer de l’attaque. Si je peux gagner 50 % de mes batailles à un contre un, ce sera déjà un grand pas pour moi. Quand je pourrai faire ça, j’aurais plus d’espace pour réaliser des jeux.

Une citation de :Cole Caufield
L'entraîneur effectue une mise en échec à son joueur.

Cole Caufield s'est fait souhaiter la bienvenue, mardi, par l'entraîneur du Rocket de Laval, Joël Bouchard.

Photo : Courtoisie Rocket de Laval

Impressionné

Cole Caufield dit avoir ressenti un petit frisson en sautant sur la glace du Centre Bell lors de l’entraînement de mardi.

Vous regardez partout et vous êtes sans mots. C’est vraiment toute une expérience. J’essayais simplement de tout absorber. J’ai eu la même impression aujourd’hui. Je crois que chaque fois que vous embarquez sur cette glace, vous êtes un peu ébahi. C’est un endroit spécial. C’est sûr qu’avec une salle comble, l’ambiance serait électrique, a-t-il souligné.

Le centre Ryan Poehling est le joueur vers qui Caufield se tourne le plus en quête de conseils. Comme lui, il a fait le saut de la NCAA vers les rangs professionnels.

Tous les gars se sont montrés généreux envers moi, s'est-il réjoui. Je pose des questions et ils m’offrent des réponses franches. Ils m’enseignent des choses qui me seront essentielles en vue de mon premier match. Nous avons un bon groupe ici et je suis juste content d’en faire partie.

Avant sa défaite de mardi face à la formation de Stockton, le Rocket traversait une période faste avec 11 victoires en 12 matchs.

Questionné à savoir si cela allait lui rendre la vie plus facile d'intégrer les rangs d’une équipe qui connaît du succès, Caufield a admis que cela constituait un avantage.

Je crois que c’est mieux ainsi. Quand vous débarquez au sein d’une équipe sur une bonne lancée, vous souhaitez continuer dans le même sens. Votre défi est de faire tout en votre possible pour aider l’équipe à gagner. Il y a une bonne ambiance en ce moment et ça en dit long sur le caractère de l’équipe et sur le travail des joueurs.

Les premiers pas de Caufield au hockey professionnel, vendredi soir, coïncideront avec l’attribution du trophée Hobey-Baker remis au joueur par excellence de la NCAA, pour lequel il est parmi les trois finalistes.

C’est une chose importante pour moi. C’était un de mes buts au début de la saison. Il y a trois excellents joueurs en nomination pour cet honneur. Je me sens privilégié d’être considéré pour cette récompense. Ça voudrait dire beaucoup pour moi. J’ai hâte de voir ce qui arrivera vendredi. Mais le plus important, c’est que j’aurai un match à disputer au même moment.

Une citation de :Cole Caufield

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !