•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis songent à un boycottage des Jeux de 2022

Des ouvriers installent le logo des Jeux de Pékin.

Anneaux olympiques

Photo : Reuters

Radio-Canada

Le département d’État américain a indiqué mardi que l’administration Biden réfléchit à un boycottage des Jeux olympiques de Pékin, prévu pour l’hiver 2022, en guise de protestation contre les violations des droits de la personne par le gouvernement chinois.

Ned Price, un porte-parole du département d’État, a dit que les États-Unis envisagent une discussion avec leurs alliés sur la question du boycottage.

C'est quelque chose dont nous souhaitons assurément discuter, a-t-il indiqué mardi.

Nous avons toujours dit que, par rapport à nos réserves à l'égard du gouvernement de Pékin, y compris ses violations claires des droits de la personne, le génocide dans la province du Xinjiang, ce que les États-Unis feront aura un impact, mais ce que nous ferons aura encore plus de force si nous le faisons avec nos alliés.

Un autre haut dirigeant a tenu à spécifier un peu plus tard que le sujet n'a pas encore été discuté avec les alliés.

En réaction à ces déclarations, l'agent de joueurs de la LNH Allan Walsh a écrit sur Twitter : On dirait que la participation des joueurs de la LNH aux Jeux de 2022 est incertaine.

Les joueurs de la LNH n’ont pas participé à ceux de Pyeongchang en 2018. Lors du dernier renouvellement de la convention collective par la ligue et l'Association des joueurs, un retour au tournoi olympique était prévu.

De nombreux appels au boycottage

Des groupes humanitaires ont appelé au boycottage des Jeux de Pékin, qui doivent commencer en février 2022, spécifiquement par rapport aux abus par les Chinois des populations ouïgoure, tibétaine et hongkongaise.

La cérémonie d’ouverture est prévue pour le 4 février. Pékin se défend de maltraiter ses citoyens et qualifie les appels au boycottage d’attaques politiques.

Les autorités chinoises ont fustigé mercredi ces accusations, qualifiées de mensonge du siècle, promettant qu'elles feraient l'objet d'une réponse vigoureuse.

Un soi-disant boycottage commun des Jeux d'hiver de Pékin [...] est contraire à l'esprit de la Charte olympique, a indiqué devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

Certains groupes humanitaires ont rencontré le Comité international olympique, qui leur a répondu que le mouvement olympique doit rester politiquement neutre, et que la Chine a offert certaines assurances au sujet du respect des droits de la personne.

Le CIO, les comités olympiques et paralympiques américains et leurs pendants canadiens ont tous dit par le passé qu’ils préféraient éviter un boycottage.

Pourquoi punir les athlètes de notre pays si vous avez une dispute avec un autre pays? Ça n'a pas de sens, a dit le président du CIO Thomas Bach à ce sujet en mars dernier.

Réactions au Canada

La sortie du département d'État n'a pas changé la position officielle du Canada. Dans un courriel à Radio-Canada, un porte-parole du ministère du Patrimoine canadien a indiqué que la situation des droits de la personne en Chine est très inquiétante, mais qu'un boycottage n'est pas une solution souhaitable dans le moment.

Notre gouvernement est profondément préoccupé par les rapports horribles de violations des droits humains des Ouïgours et d'autres minorités ethniques dans la région autonome du Xinjiang. Nous avons annoncé des sanctions à l'encontre des personnes et entités impliquées dans la répression, en coordination avec des démocraties alliées, et nous continuons à demander un accès sans entrave à la région afin que des enquêteurs indépendants puissent faire un rapport de première main.

Cela dit, nous devons reconnaître l'indépendance des comités olympique et paralympique canadiens en ce qui concerne la participation du Canada aux Jeux.

Le mois dernier, le ministre Guilbeault a discuté avec les deux organisations et les a informés du résultat d’un vote à la Chambre des communes sur la Chine et les Olympiques.

Nous sommes confiants que les deux entités continueront à prendre en considération les efforts de longue haleine et le dévouement de nos athlètes pour se préparer aux Jeux et l'engagement du Canada envers les droits fondamentaux dans toute décision future menant aux Jeux.

Questionné par Radio-Canada sur un possible boycottage des Jeux de Pékin, le Comité olympique canadien (COC) a indiqué que sa position n'a pas changé depuis février dernier. Dans une lettre ouverte, le directeur général du COC, David Shoemaker, et son homologue au comité paralympique, Karen O'Neill, ont affirmé qu'ils ne minimisent pas ce qui se passe en Chine, mais que, selon eux, le boycottage n'est pas une solution.

(Avec les informations de Christian Noël)

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !