•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une qualification olympique après avoir souffert d'une leucémie

Ému, elle place sa main droite sur son visage.

Rikako Ikee participera à ses deuxièmes Jeux olympiques l'été prochain devant son public.

Photo : Getty Images / Charly Triballeau

Agence France-Presse

La nageuse Rikako Ikee s'est qualifiée pour les Jeux de Tokyo, dimanche, un peu plus de deux ans après qu'on lui a diagnostiqué une leucémie.

La Japonaise de 20 ans a décroché son billet olympique avec son triomphe en finale du 100 m papillon des Championnats nationaux. Son temps de 57 s 77/100 a été insuffisant pour une qualification individuelle, mais assez bon pour lui permettre d'intégrer le relais 4 x 100 m quatre nages.

En février 2019, après avoir ressenti des symptômes lors d'un camp d'entraînement en Australie, Ikee est rentrée d'urgence au Japon, où elle a appris qu'elle était atteinte de la leucémie. Elle a quitté l'hôpital en décembre 2019, après 10 mois de traitement.

Il y a un an, j'ai juré que je ne perdrais pas ce combat contre moi-même. Grâce à ma famille, à mes amis et à tous ceux qui m'ont soutenue, j'ai réussi à l'emporter, avait-elle affirmé en mai 2020 dans une vidéo enregistrée après son retour à l'entraînement dans les bassins.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, lui avait alors adressé un message sur Twitter. Continuez de rêver, Rikako Ikee. Toute la famille olympique est derrière vous.

Lors des Jeux asiatiques de 2018, organisés en Indonésie, Ikee est devenue la première athlète à remporter six médailles d'or lors d'une seule et même compétition. Elle avait également gagné l'argent à deux occasions.

Aux Jeux de Rio, en 2016, la Japonaise a terminé au 6e rang en finale du 100 m papillon et a été éliminée dès les séries du 200 m libre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !