•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hésitations persistantes autour du passage de la flamme à Osaka

La torche olympique en main, elle court et sourit à la caméra.

Azusa Iwishamizu, accompagnée par certaines de ses coéquipières championnes du Mondial 2011, a été la première à porter la flamme lors du relais olympique pour Tokyo 2020.

Photo : Reuters / POOL

La Presse canadienne

Aucune décision n'a encore été prise quant au détournement du relais de la flamme olympique plus tard ce mois-ci autour de la ville d'Osaka, a révélé la présidente du comité organisateur des Jeux de Tokyo.

Nous discutons avec le gouvernement préfectoral d'Osaka ainsi qu'avec le comité exécutif afin que nous puissions parvenir à une conclusion le plus tôt possible, a déclaré Seiko Hashimoto lors d'un breffage en ligne.

Le maire d'Osaka et le gouverneur de la préfecture ont fait savoir jeudi qu'ils souhaitaient que les étapes du relais à travers la ville, le 14 avril, soient annulées en raison de la hausse des cas de COVID-19.

Le relais est parti du nord-est du Japon il y a une semaine et sillonne le pays avec 10 000 coureurs. Il doit se terminer le 23 juillet, lors de la cérémonie d'ouverture.

Le relais est un test pour voir si les organisateurs peuvent organiser un événement à grande échelle pendant la pandémie. Tout échec suscitera plus de questions sur les risques de l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques avec 15 400 athlètes entrant au Japon, accompagnés de dizaines de milliers d'officiels, de juges, d'entraîneurs et de membres des médias.

Les organisateurs ont déclaré le mois dernier que les spectateurs étrangers ne seraient pas autorisés à assister aux Jeux olympiques et paralympiques.

Hashimoto a précisé à plusieurs reprises qu'une décision serait annoncée ce mois-ci sur les capacités maximales des sites intérieurs et extérieurs. Vendredi, elle a laissé entendre que la décision pourrait être retardée.

Au cours du mois d'avril, les circonstances pourraient changer. Mais nous aimerions dégager une direction générale au cours de ce mois. Mais à quel point serons-nous en mesure de prendre cette direction? Je ne suis pas en mesure de le dire maintenant. Nous sommes en pleine discussion en ce moment.

Une citation de :Seiko Hashimoto, présidente du Comité organisateur Tokyo 2020

La question budgétaire

Les organisateurs espèrent remplir autant que possible les lieux de spectateurs locaux. Ils avaient budgété 800 millions de dollars américains pour les revenus de la vente de billets, mais des millions manqueront en raison de l'interdiction des spectateurs étrangers.

Tout déficit devra être comblé par des entités gouvernementales japonaises. Le coût officiel des Jeux olympiques est de 15,4 milliards $ US, mais plusieurs vérifications gouvernementales suggèrent qu'il pourrait être le double. Tout, sauf 6,7 milliards $ US, provient des deniers publics.

Hashimoto a déclaré que les organisateurs ont protesté auprès du magazine hebdomadaire Shukan Bunshun, qui a publié cette semaine 280 pages de documents divulgués sur la planification des cérémonies d'ouverture et de clôture.

La présidente du Comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto.

La présidente du Comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto

Photo : Getty Images / Tomohiro Ohsumi

Les organisateurs ont demandé que le contenu soit retiré de la version en ligne du magazine. Hashimoto a déclaré que les documents divulgués contiennent des informations confidentielles qui doivent rester au sein du comité organisateur, ce qui pourrait éventuellement entraver la gestion efficace du comité d'organisation.

La plupart des documents semblent traiter de la communication interne et non de plans concrets pour les cérémonies. Dans un communiqué publié vendredi, le magazine a ajouté qu'il agissait dans l'intérêt public parce que l'argent des contribuables était en jeu.

Il est clair que cette publication ne constitue pas une violation du droit d'auteur ni une interférence avec les opérations commerciales, a déclaré le magazine.

Nous pensons qu'il est anormal qu'une organisation d'intérêt public qui reçoit de l'argent des contribuables fasse cette demande inhabituelle. Nous refusons de céder à de telles demandes injustes et nous continuerons nos efforts de couverture et de rapport.

Gskuji Ito, directeur financier du comité d'organisation, s'exprimant aux côtés de Hashimoto, a reconnu que les dépenses consacrées aux cérémonies impliquaient des fonds publics.

Sur la base du rôle assigné au gouvernement métropolitain de Tokyo, nous avons une partie de ce type de subvention dans le fonctionnement et la planification des cérémonies, a reconnu Ito.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !