•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins japonais inquiets face à la tenue des Jeux de Tokyo

Un homme portant un masque marche devant les anneaux olympiques à Tokyo.

Les Jeux de Tokyo ont été reportés d'un an

Photo : Getty Images / Behrouz Mehri

La Presse canadienne

À un peu plus de 100 jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, les organisateurs disent qu'ils atténuent les risques, mais certains experts médicaux ne sont pas convaincus.

Le coup d'envoi des Jeux sera donné dans moins de quatre mois et le relais de la flamme a commencé à sillonner le Japon avec 10 000 coureurs. Mais dans la tête de certains experts, le doute persiste.

Il est préférable de ne pas organiser les Jeux olympiques étant donné les risques considérables, a soutenu le Dr Norio Sugaya, spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Keiyu de Yokohama, à l'Associated Press. Les risques sont élevés au Japon. Le Japon est dangereux, et pas du tout un endroit sûr.

Sugaya estime que la vaccination de 50 à 70 % du grand public devrait être une condition préalable pour organiser en toute sécurité les Jeux olympiques, un scénario hautement improbable étant donné la lenteur de la progression des vaccins au Japon.

Jusqu'à présent, moins de 1 % de la population a été vaccinée et tous sont des professionnels de la santé. La majorité du grand public ne devrait pas être vacciné avant l'ouverture des Jeux olympiques, le 23 juillet.

Des dizaines de milliers d'étrangers vont entrer dans le pays, y compris les médias de masse, dans un court laps de temps, a poursuivi Sugaya, les défis vont être énormes.

Vision opposée

Le gouvernement japonais et les organisateurs locaux ont déclaré que la vaccination n'était pas une condition préalable aux Jeux, bien que le Comité international olympique encourage les 15 400 athlètes olympiques et paralympiques à se faire vacciner.

Le nombre de décès liés à la COVID-19 au Japon est d'environ 9000, bien moins que dans de nombreux pays, mais Sugaya a souligné que ce nombre était parmi les plus élevés d'Asie. Les systèmes hospitaliers sont sous pression, en particulier dans les zones les plus durement touchées telles que Tokyo.

Le Japon n'a jamais poussé les tests PCR, ce qui signifie que peu de mécanismes sont en place pour empêcher les grappes d'infection. Il n'y a pas eu de confinement national, mais le gouvernement a publié périodiquement un état d'urgence, exhortant les gens à travailler à domicile et les restaurants à fermer tôt.

La torche olympique en main, elle court et sourit à la caméra.

Azusa Iwishamizu, accompagnée par certaines de ses coéquipières championnes du Mondial 2011, a été la première à porter la flamme lors du relais olympique pour Tokyo 2020.

Photo : Reuters / POOL

Actions énergiques requises

Le Dr Toshio Nakagawa, qui dirige l'Association médicale japonaise, a exprimé sa grande préoccupation face à ce qu'il a appelé un rebond des cas de coronavirus. Il a appelé à des mesures préventives.

Pour éviter une quatrième vague, nous devons agir avec force et extrêmement rapidement, a-t-il déclaré aux journalistes plus tôt ce mois-ci.

Taisuke Nakata et Daisuke Fujii, professeurs d'économie à l'Université de Tokyo, ont réalisé des projections de propagation du coronavirus en adaptant un modèle épidémiologique standard, mais en tenant compte de l'activité économique mesurée par le PIB et les données de mobilité.

Selon leurs projections, les cas d'infection quotidiens à Tokyo totaliseront plus de 1000 personnes d'ici mai, avec un pic en juillet, juste au moment des Jeux olympiques. Les cas quotidiens ont atteint environ les 300 personnes pour Tokyo ces derniers temps.

Ils disent qu'il s'agit d'un scénario optimiste, qui suppose que les vaccins seront progressivement diffusés d'ici là.

L'autre scénario possible est que le gouvernement déclare l'état d'urgence alors que les cas quotidiens augmentent. Cela pourrait signifier que les Jeux olympiques se dérouleront au milieu d'une urgence.

Les professeurs ont refusé de commenter directement les décisions prises par l'organisation des Jeux.

Les organisateurs déterminés

Malgré les avertissements, le gouvernement japonais et les organisateurs des Jeux de Tokyo restent déterminés à aller de l'avant avec les Jeux. Tokyo dépense officiellement 15,4 milliards de dollars pour préparer les Jeux olympiques, mais plusieurs vérifications gouvernementales indiquent que cela pourrait être le double. Tout est de l'argent public, sauf 6,7 milliards .

Le principal acteur des Jeux olympiques est le CIO, qui tire près de 75 % de ses revenus des droits de diffusion et a besoin de les diffuser à la télévision.

Les organisateurs disent qu'ils organiseront des Jeux sûrs et sécuritaires en gardant les athlètes et les officiels dans une bulle, en faisant passer des tests périodiques, puis en faisant en sorte que tout le monde quitte le Japon dès que possible.

La semaine dernière, le CIO a déclaré qu'il réduirait le nombre de participants accrédités entrant au Japon, en accordant des accréditations uniquement à ceux qui ont des responsabilités essentielles et opérationnelles.

L'agence de presse japonaise Kyodo a rapporté, citant des sources non identifiées, que 90 000 personnes devraient entrer au Japon depuis l'étranger. Environ 30 000 d'entre eux sont des athlètes, entraîneurs, employés et officiels olympiques et paralympiques.

Il en reste donc 60 000, et Kyodo a déclaré que le plan était de réduire ce chiffre à environ 30 000, dont beaucoup seraient des médias d'information. En outre, les organisateurs ont déclaré que tous les détenteurs de billets étrangers seraient interdits d'entrée.

Les sondages d'opinion publique montrent que la plupart des Japonais souhaitent que les Jeux de Tokyo soient annulés ou reportés à nouveau.

Taro Yamamoto, un ancien législateur, a déclaré que le Japon n'était pas prêt à faire face à un afflux de voyageurs en provenance de l'étranger.

Si le Japon n'a pas été en mesure de protéger son propre peuple, il ne peut pas prétendre être en mesure de protéger les gens du monde entier pendant les Jeux olympiques, a-t-il déclaré. Continuer à insister pour que les Jeux se poursuivent n'est que de la folie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !